400 m: Masilingi, la foudre namibienne de 17 ans

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

A la UneActus AthlétismeAthlétismeCAACompétitions d'Athlétisme

400 m: Masilingi, la foudre namibienne de 17 ans

La Namibie peut commencer à miser sur Beatrice Masilingi pour une qualification aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo. La spécialiste du 400m explose les compteurs et établit un nouveau record national. A 17 ans, elle court déjà le tour de piste sous les 51 secondes. Ahurissant !

«Le talent n’attend pas le nombre des années», dit l’adage. On nait dès fois avec un potentiel énorme. Grâce au travail et à un bon encadrement, on devient un phénomène. Béatrice Masilingi est sans aucun doute de cette lignée. En elle, la Namibie tient, à coup sûr, un diamant du sprint long. Aux dirigeants namibiens de bien la polir!

Tout près du record d’Afrique en juniors

En effet, à chacune de ses courses, Masilingi confirme qu’elle est plus qu’un espoir fiable. L’adolescente peut être la digne héritière de Frankie Fredericks, meilleur sprinteur de l’histoire de l’Afrique. Elle est jeune et elle a du talent. À 17 ans, elle a déjà établi un nouveau record national sur 400 m. C’était le 3 octobre passé à Nairobi au Kip Keino Classic, comptant pour la World Continental Tour. Beatrice Masiling fait un chrono de 50’’99. Ce record lui permet d’effacer Tjipe Herunga (51,24) qui détenait le meilleur temps national en senior. Mais le plus impressionnant, c’est que Masilingi s’approche du record d’Afrique (junior) sur le tour de piste, détenu par la Nigériane Fatima Yusuf depuis 1990 (50’’59). Aucune Africaine de moins de 18 ans n’a jamais couru aussi vite! Et cette année 2020, c’est le meilleur chrono mondial d’une athlète U18.

«La course n’était pas du tout planifiée comme ça. Nous prévoyions juste de franchir la barrière des 52 secondes. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais je pense que le plan de course s’est bien déroulé. Quand j’ai atteint la barre des 150 m, j’ai juste accéléré. Donc, je pense que la stratégie a très bien fonctionné», constate pourtant Masilingi.

Justement, l’adolescente de 17 ans, surprise de sa performance ajoute: «Je ne m’attendais certainement pas à ça. Mais parfois, vous vous entraînez si dur que vous ne réalisez pas à quel point vous travaillez. Cependant, si vous faites bien le travail, tout vient naturellement. Au départ, je ne connaissais pas mon temps. Mais après, j’ai demandé à mon entraîneur et il a dit qu’il était de 50,99. Je n’arrivais pas à y croire».

La ruée vers le diamant namibien

Les performances de Beatrice ne sont pas passées inaperçues dans le giron de l’athlétisme mondial. Certaines universités ou écoles se précipitent sur elle pour l’enrôler. «Je pense que cela a déjà changé sa vie et que le téléphone n’a pas cessé de sonner. Je suis son conseiller et tout le monde doit passer par moi car elle n’a encore que 17 ans et nous ne voulons pas que des personnes inutiles la contactent», avance son entraîneur Henk Botha. Le technicien du joyau révèle:  «J’ai eu une conversation très intéressante avec l’Université de l’Oklahoma qui veut lui donner une bourse complète. Nous avons également reçu de nombreux appels venant d’Europe. J’ai même reçu un appel d’une station de radio en Allemagne. Le nom de Beatrice Masilingi est actuellement sur toutes les portes».

Avec ce chrono, Masilingi sait déjà qu’elle peut se qualifier pour les JO de Tokyo 2020, prévus l’été prochain. Au mois de janvier prochain, elle sera alors attendue pour répéter cette même prouesse. «Je suis sûr qu’elle peut se qualifier pour les Jeux olympiques et je pense que nous verrons des temps encore meilleurs (avec elle) dès le début de l’année prochaine. Nous prévoyons de participer à certaines compétitions en Namibie, en Afrique du Sud ou même en Australie. Puis, dans l’hémisphère nord. J’espère qu’elle sera invitée à une réunion de la Diamond League», souhaite Henk Botha. Sa protégée nourrit les mêmes ambitions. «Je pense que je peux me qualifier pour les Jeux olympiques, alors je me prépare juste pour ça, c’est mon plus gros objectif et je pense que je vais me qualifier», espère Bea.

Jim CEESSAY

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com