60 ans d’indépendance de la RDC: le bilan sportif

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

A la UneActus FootballBasketballChampionnat africainFlash InfosFOCUSFootballL'actu SNASport News AfricaUNE

60 ans d’indépendance de la RDC: le bilan sportif

Référence sur la scène internationale, pays aux dimensions continentales, la République Démocratique du Congo est un géant dans le domaine du sport. Du 30 juin 1960 au 30 juin 2020, des sportifs de diverses disciplines ont écrit en lettres d’or l’histoire sportive congolaise. Voici leurs expoits en 60 ans de souverainté.

L’histoire politique congolaise avec ses guerres, trahisons, assassinats politiques, massacres et coups de théâtre politique est palpitante à tout point de vue. Elle est par conséquent au centre de l’attention en ce 30 juin, jour de célébration des 60 ans d’indépendance du Congo. Mais le sport, ciment entre les peuples et vecteur de paix, a plus que jamais une grande part dans l’histoire générale de ce grand pays qu’est la République démocratique du Congo. Les sportifs ont placé la nation des Léopards sur la carte, avec à la clé des moments de gloire dans plusieurs disciplines.

Sous son premier Président, Joseph Kasa-vubu, le Congo n’avait pas encore de structures sportives capables de briller à la face du monde. Le deuxième dirigeant du pays, le mémorable Maréchal Mobutu Sese Seko, finit de placer le pays sous les projecteurs dans le domaine sportif. C’est de là qu’est née la vocation sportive du pays.

1965: Mobutu, le précurseur

Les Léopards de Mobutu, faste et décadence d'un football au ...

Dès son accès au pouvoir en 1965, Joseph-Désiré Mobutu prouve son attachement aux sports, notamment le football. A partir de 1966, plusieurs fédérations sont créées, dont celle de basket. Mais le sport roi avait déjà pris son avance sur l’échiquier continental et international.

1966-1974, le foot règne sans partage, la boxe pour briller à l’international

En 1966 et 1967, un club du centre domine l’Afrique, c’est le Tout Puissant Mazembe Englebert. Le club de la ville de Lubumbashi s’offre successivement deux Ligues des champions de la Confédération Africaine de Football. Les deux années suivantes, en 1968 et 1979, le TPM échoue en finale de la même compétition.

Trois ans plus tard, un club de la capitale zaïroise écrira autrement l’histoire du foot national. L’AS V Club de Kinshasa devient vainqueur de la plus prestigieuse des compétitions interclubs de la CAF, la Ligue des champions en 1973.

VISITEZ LE SITE DU DARING CLUB MOTEMA PEMBE - 2mukwata DMTV

L’équipe nationale, les Lions rebaptisés Léopards, n’est pas en reste. Les Fauves ont marché deux fois sur l’Afrique en 1968 (0-1 face au Ghana) et en 1974 (2-2 et 2-0 face à la Zambie). Un Léopard marquera à jamais l’histoire de la CAN avec 9 buts en une seule édition. L’exploit de Pierre Ndaye Mulamba n’a jamais été égalé.

1974, c’est aussi le Zaïre de Mobutu qui devient la première équipe d’Afrique noire à participer à la coupe du monde. L’aventure se solde par un échec cuisant. Aucun but marqué, 14 encaissés. Le Zaïre est bon dernier du groupe avec 0 point.

Le combat du siècle: Ali Bomaye

The Pulpit Is Not Your Platform – The Jagged Word

Les années Zaïre ne représentent pas seulement une période sombre. L’année 1974 voit enfin le pays devenir une référence mondiale en abritant le championnat du monde poids lourd, en boxe. Un des rendez-vous sportifs les plus en vue des années 1970. Le combat du siècle entre George Foreman et Mohamed Ali se tient à Kinshasa. Le choc est organisé au Stade 20 Mai, actuel Tata Raphaël. On n’aurait pas pu trouver mieux pour vendre l’image tant politique que sportive du Zaïre.

Pour couronner le tout, les Léopards version basket finissent quatrièmes à l’Afro Basket organisé en Egypte. Un bond qui permet de préparer les années 80 et 90.

1981-1994, le basket s’impose, le foot à la traîne

Vers les années 1980, le foot et la boxe passent le relais au basket. Chez les dames, d’abord, avec une deuxième place en 1981. Ensuite les titres s’enchaînent. Les Léopards dames font parler d’elles comme jamais auparavant. Trois trophées de championnes d’Afrique en 1983, 1986 et 1994. Un parcours élogieux couronné aussi de trois autres médailles d’Argent en 1980 et 1990.

Le football s’amoindrit avec des finales perdues par Vita Club, Bilima et Sodigraf. Il prend une bouffée en 1994 avec le sacre du Daring Club Motema Pembe en coupe des vainqueurs de coupe. C’est l’unique trophée africain des Immaculés et le dernier du Maréchal Mobutu. Fin d’une ère.

M’ZEE Kabila et ses 3 médailles: le retour des Lions 

COUPE DE LA CAF – Après le nul face à SuperSport (0-0) : Le Tp ...

Laurent-Désiré Kabila vient mettre fin au règne de 32 ans du Maréchal Mobutu, affaibli par la maladie et contraint de s’exiler au Maroc. Kabila s’offre sa première médaille d’argent après la défaite en finale de l’Afrobasket des Léopards Dames du Zaïre, devenues Simba de la RDC, en Afrique du Sud (1997). Une année après, les Simba dégringolent à la 3ème place avec la médaille de Bronze. Mais en football, les Rois de l’Afrique centrale occupent la troisième marche du podium lors de la CAN organisée au Burkina Faso. Ils ont battu le pays organisateur dans un match fou et mémorable, comptant pour la 3ème place.

Cette troisième place sera encore celle de la RDC en 2000 avec les Léopards version Basket Dames. Une médaille de Bronze accompagnée d’une qualification aux Jeux olympiques de Sydney en Australie. C’est la dernière célébration de Laurent-Désiré Kabila, assassiné le 16 janvier 2001. Il sera remplacé par son fils, Joseph.

Joseph Kabila: un cou en Or

CHAN 2016 : Les vainqueurs reçoivent chacun un 4x4

2001 marque l’arrivée du Président au dossard numéro 4, Joseph Kabila. Ses 18 années au pouvoir seront marquées par une décennie riche en résultats toutes disciplines confondue. Cependant, le football garde la part du lion.

2006-2018, le ballon rond règne en maître

Le football féminin déjoue en premier les pronostics en signant deux qualifications à la coupe du monde (2006 et 2008). Les footballeuses donnent ainsi le go à un rythme sans pareil. D’abord avec le championnat d’Afrique des Nations en 2009, le doublé de Mazembe en Ligue des champions de la CAF (2009 et 2010). Et la finale de la Coupe du monde des clubs perdue par les Corbeaux de Lubumbashi en 2010.

En 2014, c’est l’AS Vita Club qui, après 1981, refait surface en finale de la Ligue des champions en dépit de sa défaite face à l’ES Sétif d’Algérie. C’est toujours sous la conduite de Florent Ibenge qu’en 2015, les Léopards football (messieurs) renouent avec le podium de la scène continentale. Ils sont classés troisièmes en Guinée équatoriale.

Officiel-Leopards : Florent Ibenge démissionne — Congo Profond

Meilleur entraîneur africain en 2014, selon «The Best», Florent Ibenge mène la RDC à sa deuxième consécration au CHAN (2016). Cette année-là,  le TP MAZEMBE se lance pour une troisième fois dans la série de doublé sur la scène africaine mais cette fois en Coupe de la confédération (2016 et 2017). En plus, les hommes de Moïse Katumbi avaient gagné la Ligue des champions en 2015.

L’athlétisme, l’exception

Pour une première, la RDC inscrit son nom en grand caractère aux jeux africains de Brazzaville (2015) avec plusieurs médailles remportées dont les deux premières en or, l’oeuvre de Denis Indondo (Lown tennis).

Saviez-vous que c’est en 2016 que la RDC s’est qualifiée pour la première fois aux Jeux olympiques ? C’était grâce à Rosa Keleku en taekwondo. Talentueuse, l’espoir de toute une discipline s’envole à la suite du décès de son mentor, Franck Kenzo Mukendi.

L’athlétisme viendra inscrire son nom dans ce riche palmarès. En 2017, Makorobondo Salukombo offre à son pays sa première médaille d’Or aux Jeux de la Francophonie. Pendant cette période, la boxe, le judo, le karaté, la lutte et le tennis de table font briller le Congo aux différents rendez-vous tant sur le continent qu’à l’international, avec en première ligne, le taekwondo.

Valdo YAMBA

Commentez ici

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com