fbpx
French VERSION
,

Bilan 2020-2021-Maroc : Mi-figue, mi-raisin pour les Lions de l'Atlas

Maroc - Ziyech -Bilan-Lions de l'Atlas
Hakim Ziyech se sublime toujours en sélection

Avec les Hakim Ziyech, Achraf Hakimi, Youssef En-Nessyri ou encore Sofiane Amrabat, le Maroc est vu comme une sélection qui doit proposer du jeu. Du "joga bonito" pour les plus férus, les plus exigeants. Pourtant, depuis plusieurs rencontres, les Lions de l’Atlas laissent leurs inconditionnels sur leur faim, même s’ils ne perdent pas. Des attendes jugées légitimes au vu de la qualité de cet effectif. Les protégés de Vahid semblent en tout cas manquer de créativité pour s’imposer comme une équipe irrésistible et plaisante à voir jouer, à l’image de l’Algérie.

En manque de créativité

Pourtant, sur le plan comptable, cela se passe plutôt bien. Depuis sa défaite concédée aux tirs du but contre le Bénin en quarts de finale de la dernière CAN, en juillet 2019, le Maroc n’a en effet plus essuyé aucun revers sur le rectangle vert. Les Lions de l'Atlas ont pourtant disputé une dizaine de matchs pour sept succès et 3 nuls concédés contre la RDC et la Mauritanie à deux reprises. Les protégés de Halilhodzic ont d’ailleurs dominé des sélections solides sur le papier : Sénégal (3-1), Ghana (1-0) et Burkina Faso (1-0), toutes battues à Rabat en amical. Ils ont aussi composté aisément leur ticket pour le Cameroun dans un groupe abordable tout de même (Maroc, Mauritanie, Centrafrique et Burundi).

Cependant, exceptée la rencontre face au Sénégal (3-1) où ils ont affiché un visage plutôt séduisant, les Marocains ont toujours manqué de créativité lors des autres sorties. La faute à leur manque d’automatisme, conjugué aux systèmes de Vahid qui ont, en effectivement, beaucoup évolué entre les rencontres. Le coach opte pour le 4-3-3 ou le 4-4-2 et parfois le 3-5-2. Cependant, il n'arrive pas encore à trouver la formule qui met en évidence ses offensifs et qui permet de créer beaucoup d’occasions. Vahid donne d’ailleurs l’impression de se chercher encore et encore. En deux ans, il a essayé une cinquantaine de joueurs. Plusieurs éléments ont été convoqués à de nombreuses reprises, alors que des cadres semblent rangés aux oubliettes (Belhanda, Fayçal Fajr…). Les nouveaux tardent toutefois à convaincre (Rahimi, Jabrane, Amallah...). Les prestations restent insuffisantes. Pour preuve, les Lions n'ont marqué que 16 buts en 10 matchs.

Ziyech, souvent sauveur des Lions de l'Atlas

Heureusement, le onze national peut compter sur la patte gauche de Ziyech. Ayant vécu une saison frustrante à Chelsea, le maître à jouer marocain enfile le costume de sauveur en sélection. La Tanière constitue certainement sa bouffée d’oxygène. Le joueur est moins entouré que chez les Blues, mais il se libère plus dans son jeu. Avec les Lions de l’Atlas, il détient les clés et excelle dans les coups de pieds arrêtés, devenus aujourd’hui une arme fatale des Marocains. Le Blue compte d'ailleurs 3 buts et plusieurs passes décisives à son actif. Il forme avec l’attaquant de Séville Youssef En-Nessyri (3 buts sur la même période), Yassine Bounou et Achraf Hakimi (3 buts) l'épine dorsale de la sélection. On pourra aussi y ajouter Sofiane Amrabat, régulateur de l'entrejeu.

Le Mondial 2022 en ligne de mire

Ce concentré de talents ne se traduit cependant pas comme attendu sur la pelouse. Ce qui rend contrasté le bilan de Halilhodzic. Le coach a d'ailleurs essuyé quelques critiques après une série de rencontres insipides (RDC, Ghana, Burkina Faso, Mauritanie et Burundi) avec seulement 4 buts inscrits. Mais Vahid semble droit dans ses bottes. C’est le bilan comptable qui l’intéresse avant tout. Sous sa houlette, le Maroc a en effet rapidement pris ses marques dans son groupe de qualification à la CAN 2021 au Cameroun.

Il a fini en tête de sa poule devant la Mauritanie, la Centrafrique et le Burundi. C'est le premier pari gagné. Une position logique qu’il faudra défendre en terre camerounaise. Mais l’échéance la plus pressante pour le coach sera la course à la qualification au Mondial 2022. Le Maroc vise en effet une deuxième participation de suite et une quatrième dans son histoire. Outre le Mondial, Vahid devra au moins se retrouver dans le dernier carré de la CAN 2022. Un objectif atteignable, si la sélection affiche un meilleur visage que lors de ses précédentes sorties.

Mohamed HADJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram