fbpx
French VERSION

Botola Pro D1 : Pourquoi les départs vers le Golfe font craindre le pire

Bouftini-Botola Pro D1-Départs
Soufiane Bouftini évoluera désormais à Al Ahli SC au Qatar

Soufiane Rahimi, Soufiane Bouftini, Ben Malango, pour ne citer que ces trois figures de la «Botola Pro D1 Inwi», n’évolueront plus dans le championnat marocain. Les trois premiers seront dans le Golfe la saison prochaine. Rahimi, qui disputera son dernier match avec le Raja lors de la finale de la Coupe arabe le 21 août face à Al Ittihad Djeddah, a été transféré à Al Ain (Emirats arabes unis) par le Raja Casablanca, tout comme son ancien compère d'attaque Ben Malango, l'un des nouveaux fers de lance de Sharjah FC. Quant à Soufiane Bouftini, il évoluera à Al Ahli SC dans le championnat qatari.

Rahimi, meilleur joueur et meilleur buteur de la saison 2019/2020, et Malango, meilleur buteur du Raja cette saison vont « terriblement » manquer aux Verts qui veulent reprendre le titre cédé au Wydad. Soufiane Bouftini également, fut l’un des piliers du Hassania. Il s’était d’ailleurs, lui aussi, distingué lors du dernier CHAN 2020 avec deux buts, dont un en finale.

Malango - Rahimi quittent la Botola pour le Golfe

Malango et Rahimi quittent la Botola pour le Golfe

6,5 millions dans les comptes du Raja

Les deux Rajaouis vont rapporter toutefois 6,5 millions d’euros à leur ancien club, endetté et interdit de recrutement par la FIFA. Une manne financière qui sonne comme une belle bouffée d'oxygène. Le hic, la brèche ouverte ne risque pas de se fermer de si tôt. D’autres piliers de la Botola Pro D1 sont en effet les cibles de clubs de Ligue 1 française notamment. Le prometteur défenseur central du Wydad, Achraf Dari est dans l'œil de Nîmes, Metz, Strasbourg….

Ayoub El Kaâbi, meilleur buteur de la saison écoulée, risque de partir libre aux Emirats arabes unis. L’attaquant figure dans les petits papiers de Beni Yas. Son coéquipier en club, Yahya Jabrane, est convoité en Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis. Le départ des deux internationaux, si c’est acté, sera difficile à combler pour les Rouge et blanc. Par ailleurs, l'ailier du Mouloudia d'Oujda, Adam Ennafati, devrait rejoindre les Emirats.

Effectifs faibles par rapport à Al Ahly

Le Wydad, s’était aussi séparé de son meilleur élément Ismail El Haddad, champion d’Afrique. Cette année, le club casablancais s’est ainsi manqué en demi-finale de la Ligue des champions pour la deuxième fois de suite. La faute à quelques joueurs jugés « pas au niveau ». Quant au Raja, il a certes remporté un titre africain, mais moins prestigieux que la Ligue des champions. La faiblesse sur certaines lignes, comparé à la force de frappe d’Al Ahly, a notamment joué de mauvais tours aux Verts sur la scène africaine.

De leur côté, les FAR ne jouent plus les premiers rôles depuis plusieurs années. Cette saison, elles ont notamment cédé Imad Errahouli au club qatari d’Al Kharitiyath SC. Les militaires, en pleine reconstruction, réussissent toutefois des recrutements bien ciblés sur le continent (Yannick Bangala, Lambert Araina...).

« Des agents négligent le plan de carrière »

De l'avis de certains observateurs, ces départs répétés de joueurs de la Botola risquent ainsi d’affaiblir les meilleurs représentants du Maroc sur la scène africaine. D’aucuns estiment que des jeunes joueurs qui partent tôt dans le Golfe manquent d’ambition sur la scène internationale.

«Certains départs peuvent se comprendre parce que les clubs ont besoin d’argent et les montants en jeu ne se refusent pas. Je ne comprends cependant pas le départ de Rahimi dans le Golfe par exemple. A mon avis, il a le niveau pour évoluer dans des équipes des cinq meilleurs championnats européens. Surtout qu’il est encore très jeune et est international marocain», regrette Rida Ahezoum, agent de joueur agréé par la Fédération royale marocaine de football (FRFM).

«Mais il y a un phénomène qui existe: ce sont certains agents qui poussent même leurs joueurs à choisir le Golfe et l’argent au lieu d’avoir un vrai plan de carrière. C’est regrettable finalement», déplore-t-il. «Par le passé, on a beaucoup parlé d’un joueur comme Mourad Batna (ancien du FUS ndlr) ciblé par des clubs espagnols comme Villarreal, Getafe et Alavès. Il avait finalement préféré le Golfe. Aujourd’hui, il est oublié», poursuit Ahezoum.

Achraf Dari

Achraf Dari

Ambitions africaines revues à la baisse pour les clubs de la Botola

Chez les supporters du Raja, des craintes subsistent encore quant aux possibilités d’exister sur la scène africaine, bien que les transferts du duo d’attaque renflouent quelque peu les caisses du club. Ce phénomène n’augure rien de bon pour des équipes de la Botola Pro D1 qui comptent remporter la Ligue des champions de la CAF. Surtout que les géants égyptiens Al Ahly et Zamalek s’y mettent également en attirant les meilleurs joueurs du championnat marocain ces dernières années (Badr Bennoun, Mohamed Ounnajem, Achraf Bencharki, Walid Azzarou…). Al Ahly essaie même d’avoir le prêt de Percy Tau, joueur de Brighton et un des meilleurs talents offensifs du continent.

D’autres observateurs craignent même une stratégie des clubs égyptiens visant à se faciliter le chemin du sacre en LDC ou en Coupe de la CAF. Mais selon cet agent qui a choisi l’anonymat, «les clubs marocains devront aller chercher les meilleurs joueurs dans d’autres championnats africains pour exister sur la scène continentale et garder le bon niveau de la Botola». «Le transfert de Malango au Raja a été une belle réussite, mais ce sont des profils qu’on ne trouve pas chaque année lors du mercato», avertit-il.

Mohamed HADJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram