fbpx
, , ,

Burundi : nouvelle crise au Comité national olympique

Le président de la Fédération d’athlétisme du Burundi, Dieudonné Kwizera, ne se rendra pas aux Jeux olympiques de Paris à cause du conflit l’opposant au Comité national olympique (CNO) burundais et la délégation choisie par ce dernier.

Par Romain Molina

Lydia Nsekera, présidente du CNO burundais.

Rien ne va plus dans la famille olympique burundaise. Comme expliqué dans Sport News Africa, le président de la Fédération d’athlétisme avait eu la désagréable surprise de voir sa liste d’officiels pour les Jeux Olympiques modifiée unilatéralement par le CNO. Dieudonné Kwizera écrit donc à la présidente, Lydia Nsekera, pour trouver « une solution commune ».

Lire aussi : Burundi : souci pour la délégation d’athlétisme aux JO 2024

Cinq jours plus tard, il rédigea un nouveau courrier à Nsekera pour expliquer sa désapprobation d’avoir eu sa demande « classée sans suite […] Plus grave encore, vous vous êtes permise de nommer à mon insu un entraîneur qui ne figurait pas sur la liste que je vous ai transmise. Cela prouve votre volonté préméditée de réduire les officiels de la Fédération d’athlétisme pour réattribuer leurs places aux autres personnalités de votre choix ».

Les sports aquatiques aussi en opposition contre le CNO

Avec quatre athlètes déjà qualifiés, l’athlétisme est le plus important contingent burundais pour Paris. Grâce à ce quota, la fédération dispose en théorie de cinq officiels dans la délégation. Néanmoins, à cause de ce problème avec le CNO, le président Kwizera a annoncé qu’il renonçait à se rendre à Paris « en guise de solidarité à mes techniciens et officiels victimes de votre injustice que je me refuse de cautionner ».

Un geste rare qui montre le conflit ouvert avec le Comité et sa présidente, Lydia Nsekera. D’autres fédérations, notamment celle des sports aquatiques, ont d’ailleurs soulevé des problèmes similaires quant à l’attribution des places dans les délégations, ainsi que l’opacité financière entourant le CNO.

Loin d’être une fête, la préparation pour les Jeux illustre aujourd’hui les soucis de gouvernance du Comité olympique burundais et de sa toute-puissante présidente connue pour avoir été la première femme à avoir dirigé une fédération de football.

Romain MOLINA

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram