fbpx
French VERSION

Congo-Paul Put : «Ce que j’ai vu lors du stage des Diables Rouges m’a plu»

Le Belge Paul Put sélectionneur du Congo
Le Belge Paul Put sélectionneur du Congo

Sport News Africa : Ce stage en Turquie a été organisé au dernier moment. Avez-vous néanmoins pu travailler comme vous le souhaitiez ?

Paul Put : C’est vrai, ce n’était pas vraiment prévu. Quand j’ai signé au Congo, on attendait la nomination du Premier ministre, du ministre des Sports, il y avait une Assemblée générale de la fédération… Mais des efforts importants ont été faits pour que ce stage puisse avoir lieu. Et ce n’était pas évident : beaucoup de joueurs étaient déjà en vacances, il fallait réaliser des tests Covid, préparer le voyage, trouver au moins un match amical. La fédération s’est montrée très efficace, et je suis très content d’avoir pu rencontrer les joueurs. J’ai découvert les hommes, les caractères des uns et des autres, j’ai observé les comportements.

Combien de joueurs ont répondu favorablement à cette convocation ?

Ils étaient 24 en Turquie. Certains étaient blessés. Thievy Bifouma, qui joue en Chine (Shenzhen FC) n’a pas pu venir en raison du contexte sanitaire. Mais que tant de joueurs aient accepté de venir, alors qu’ils étaient en vacances, est un point très positif. Cela prouve qu’ils sont professionnels et motivés par la sélection. Ce que j’ai vu lors de ce stage m’a plu.

Le Congo n’a disputé qu’un match amical, face au Niger (1-0, le 9 juin). Auriez-vous souhaité en jouer au moins un autre ?

Bien sûr. Mais c’était compliqué, car les autres sélections avaient déjà leur programme. C’est une bonne chose d’avoir gagné. Cela dit, nous avons bien travaillé, avec des entrainements, des séances vidéo, des discussions. C’était important pour moi de rencontrer les joueurs, de passer du temps avec eux, car nous ne nous reverrons que pour les deux matches qualificatifs pour la Coupe du Monde 2022, début septembre, face à la Namibie et au Sénégal.

«Je souhaiterais convaincre des joueurs de porter le maillot du Congo»

Allez-vous repartir rapidement au Congo ?

Oui, même si je dois respecter une période de quarantaine depuis mon retour en Belgique. Il y a des joueurs d’origine congolaise que je souhaiterais convaincre de porter le maillot des Diables Rouges. Je vais proposer une liste de six ou sept noms, et si j’ai l’accord de la fédération, j’irai les voir en Europe. Je vais également superviser des internationaux quand les championnats reprendront en Europe.

Le Congo est toujours en lice dans les qualifications pour la Coupe du monde…

Nous sommes dans un groupe où le Sénégal est le favori. Le Congo, le Togo et la Namibie sont des équipes qui sont d’un niveau assez proche. On va jouer nos chances à fond. On enchaînera l’année prochaine avec les qualifications pour la CAN 2023, une compétition à laquelle nous avons la volonté de participer. Je sais que le Sénégal est l’équipe la plus forte de notre groupe pour la Coupe du monde, mais j’ai atteint la finale de la CAN 2013 avec le Burkina Faso (0-1 face au Nigeria, Ndlr). Et avec les Etalons, nous avions atteint le dernier tour qualificatif pour la Coupe du monde 2014, contre l’Algérie (3-2, 0-1). Vous savez, quand vous réussissez une grosse performance avec une sélection qui ne fait pas partie des trois ou quatre meilleures d’un continent, c’est toujours une grande satisfaction.

Vous aviez quitté la Guinée après la CAN 2019, en étant accusé par la Fédération guinéenne de corruption.  Êtes-vous heureux de revenir travailler sur ce continent ?

La façon dont les choses s’étaient terminées en Guinée n’ont pas été agréables, on a dit des choses fausses sur moi, mais je ne veux plus en parler. Je suis focalisé sur le Congo. Après la Guinée, je suis parti au Bangladesh, entraîner le club de Saïf SC. Ce fût une bonne expérience. Mais oui, je suis content de revenir en Afrique. J’ai entraîné plusieurs sélections (Gambie, Burkina Faso, Kenya, Guinée), un grand club algérien, l’USM Alger. C’est un continent qui adore le football. Quand on vient travailler en Afrique, il faut accepter d’être éloigné de sa famille, c’est parfois difficile, mais quand vous avez des résultats, les supporters vous montrent beaucoup de reconnaissance.

Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram