fbpx
French VERSION
, ,

Mondial de futsal : El Mesrar, la bonne étoile du Maroc

Le Maroc affrontera le Brésil, ce dimanche 26 septembre, pour un quart de finale historique de Coupe du monde de futsal. S’ils ne partent pas favoris face à l’ogre brésilien, les Lions de l’Atlas ont tout de même quelques atouts qui pourraient bien gêner les Auriverde. Soufiane El Mesrar en est un.

De notre correspondant au Maroc

Soufiane El Mesrar.
Soufiane El Mesrar.

Le Maroc sait qu'il n'est pas favori. Mais il n'entend pas se présenter en victime expiatoire face au Brésil qu’il affronte, ce dimanche 26 septembre, en quarts de finale de la Coupe du monde de futsal. Le coach des Lions de l’Atlas, Hicham Dguig, l’a fait savoir à l’issue du huitième de finale remporté face au Venezuela (3-2) au Zalgiris Arena de Kaunas, en Lituanie. Son prochain adversaire, au Vilnius Arena, est en effet l’équipe la plus titrée de cette compétition (5 sacres). Mais les Marocains ne manquent d'atouts. En premier, il y a Soufiane El Mesrar.

Le joueur de l’ACCS Paris a déjà inscrit quatre buts dans cette compétition, dont un retentissant triplé en huitième. En phase de groupes, il a souvent déclenché des offensives dangereuses, mais la maladresse des autres joueurs ou encore la solidité des gardiens de but adverses a souvent mis en échec les Lions de l’Atlas.

Une figue du futbal

Soufiane El Mesrar est une figue du futsal marocain. Il a brillé avec l’AS Dynamo Kénitra, le meilleur club du pays qu’il avait rejoint en 2010 en terminant deux fois champion du Maroc (2016-2017 et 2017-2018). Il étoffe son palmarès en remportant la Coupe du Trône en 2018. Cette même année, le joueur part à Montpellier Méditerranée Futsal avec son compatriote Bilal Bakkali. Avec le club méditerranéen, ils terminent cinquièmes de D2, avant que son équipe soit exclue de toute compétition pour des «raisons extra-sportives». Arrive l’étape de l’ACCS FC, club qu’il rejoint avec Bakkali.

En sélection, El Mesrar est un habitué. Il a pris part à aux Coupes du monde de 2012 et de 2016 durant lesquelles le Maroc n’a pas pu dépasser la phase de groupes. Ces échecs seront toutefois atténués par les deux titres de champion d’Afrique remportés en 2016 en Afrique du Sud et en 2020 à domicile. A chaque fois, El Mesrar a inscrit trois buts dans cette compétition, dont un doublé lors de la  finale de 2020 face à l’Egypte (5-0).

Entre les deux CAN, le joueur de l’ACCS Paris a également brillé au tournoi international de Changshu (Chine) durant lequel il termine meilleur buteur.

«Huit ans de travail»

El Mesrar reste confiant pour la suite de la compétition et assure que les résultats de la sélection étaient attendus. «Ce résultat n’arrive pas comme ça par hasard. Cela fait huit ans de travail avec Hicham Dguig, a-t-il confié à FIFA.com après le huitième de finale. La fédération a mis un plan en place pour développer le futsal marocain. Aujourd’hui, on en récolte les fruits et on est fiers de nous.»

Le joueur rêvait d’affronter le Brésil. Le Maroc avait d’ailleurs programmé des matchs amicaux face aux Auriverde et aux Argentins, mais ces rencontres avaient été annulées. Le quart de finale est une belle occasion d’affronter enfin les Sud-Américains. «Si tu joues trois Coupes du monde et que tu ne joues jamais contre le Brésil, c’est frustrant ! J’ai enfin cette chance pour la première fois», s’est-il réjouit.

El Mesrar à l’instar de ces coéquipiers respectent le Brésil, mais n’entend pas se présenter en victime expiatoire. «Tout le monde connaît cette équipe, son histoire, ses stars, a-t-il admis. On sait que ce sera un match difficile, que nous serons sous pression, et  il faudra qu’on défende très bien.»

Mais pour le meilleur buteur du Maroc, «ce sera très difficile pour nous, mais il faut que cela le soit pour eux aussi !».

Jouad, le benjamin, assume

Youssef Jouad (4).

Le Maroc peut par ailleurs miser sur un joueur qui brille en Lituanie : Youssef Jouad. Buteur à deux reprises dans cette compétition, Jouad a terminé meilleur buteur (7 buts) de la Coupe arabe disputée en Egypte et meilleur joueur de la finale. Le Benjamin des Lions de l’Atlas (21 ans) est réputé pour sa polyvalence, sa capacité à défendre et à se projeter rapidement pour marquer.

«C’est un joueur spectaculaire, décrit sur FIFA.com Graeme Dell, instructeur de futsal de l’instance mondiale. Il se sert de sa polyvalence pour évoluer librement sur le terrain. Il a fait la démonstration de l’étendue de son potentiel.»

Jouad figure parmi les cinq jeunes talents les plus attendus de ce Mondial. A ce stade, il a assumé ce statut avec brio.

Mohamed HADJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram