fbpx
French VERSION

Finale LDC-Chelsea : la folle ascension d’Édouard Mendy

Édouard Mendy.
Édouard Mendy.

Édouard Mendy continue d’écrire son incroyable histoire de footballeur. Ce samedi 29 mai (19h UTC), dans un coin du stade du Dragon de Porto (Portugal), il va ajouter une ligne à son récit : le gardien de but international sénégalais de Chelsea va disputer contre Manchester City la finale de la Ligue des champions. La conclusion d’une saison majuscule au cours de laquelle l’ancien portier de Rennes, qui a rejoint le club londonien l’été dernier, n’a pas arrêté d’impressionner son monde par ses performances XXL avec le quatrième de Premier League.

Cerise sur le gâteau, Édouard Mendy se positionne, aux côtés de l’Algérien Ryad Mahrez, pour le trophée de meilleur joueur africain de l’année. L’attaquant de City, qui tentera ce samedi de le discréditer, semble avoir pris une petite avance sur lui grâce notamment à son titre de champion d’Angleterre et son succès en Coupe de la ligue anglaise. Pour espérer combler son retard, se relancer dans la course pour la succession de son compatriote Sadio Mané, vainqueur en 2019, une victoire en finale de la Ligue des champions s’avère impérative.

Le cauchemar Cherbourg

Incroyable pour le natif de Montvilliers en France ! Il y a seulement six ans et demi, celui qui est désormais cité parmi les meilleurs gardiens d’Europe était au chômage. Non conservé par le club de Cherbourg alors en CFA2, Mendy dut pointer à pôle emploi pour vivre et nourrir un enfant qui était en route.

«J'avais vraiment des doutes quant à savoir si je continuerais. C'était incroyablement difficile, rembobine-t-il dans L’Équipe. Ma compagne attendait notre premier bébé et donc l'aide au chômage n'allait pas suffire... J'ai commencé à chercher un autre travail.»

Le rebond eut lieu quelques mois plus tard. Il passe avec succès un test à l’Olympique de Marseille où il dispute 8 matchs avec l’équipe réserve lors de la saison 2015-2016.

Reims puis Rennes : la révélation

Édouard Mendy a eu raison de n'avoir pas arrêté sa carrière de footballeur après Cherbourg. Ses piges avec l’OM B tombent dans les oreilles des scouts du Stade de Reims. Le club champenois, alors en Ligue 2, décide d’enrôler le portier de 24 ans. Un match avec la réserve et huit avec l’équipe A plus tard, durant la saison 2016-2017, la doublure de Johann Carrasso gagne du galon.

La saison suivante, il devient titulaire. Dispute 34 rencontres et devient champion de Ligue 2, synonyme de montée en Ligue 1. Dans l’élite française, Édouard Mendy prend tout de suite ses marques. Il se distingue au cours des 38 matchs à son compteur, le promu champenois termine huitième du championnat, à six petits points des places européennes.

Cette belle copie, pour sa première saison en Ligue 1 (2018-2019), permet au gardien sénégalais d’être élu meilleur joueur du Stade de Reims de la saison et nommé pour le trophée de meilleur gardien de but de Ligue 1 (remporté par Mike Maignan). Surtout, elle permet à Mendy d’attirer les dirigeants du Stade rennais, qui déboursent 4 millions d’euros pour le faire venir en Bretagne.

La grande muraille Blue

L’investissement s’est avéré judicieux : Édouard Mendy se montre décisif au sein de la deuxième meilleure défense (24 buts concédés en 28 matchs) de cette saison écourtée suite à la pandémie de Covid-19. Rennes, troisième, décroche la première qualification en Ligue des champions de son histoire. Rançon de ce succès, les grandes écuries européennes ciblent son gardien. Ce sera finalement Chelsea, en quête d’un concurrent à l’Espagnol Képa Arrizabalaga Revuelta, qui le signe en septembre 2020.

Malgré l’impact de la pandémie sur les finances des clubs, Chelsea décide à l’été 2020 d’investir plus de 25 millions d’euros pour s’attacher les services du portier formé au Havre. Les conseils de la légende et ancien gardien du club Petr Cech ont pesé. Le board des Blues a eu le nez creux, selon l’ancien international français Frank Lebœuf, un ancien de la maison.

«Je ne sais pas s’il y a un autre gardien de but que Chelsea pourrait trouver, mais pour cette somme d’argent, c’est une bonne affaire d’avoir Mendy, décrète le champion du monde 1998, repris par les médias français. C’est un grand gardien de but, très agile et je suis sûr qu’il fera le travail. Mais Kepa ne peut plus faire le travail.»

Sur les traces de Diouf et Mané

Il n’a pas fallu plus d’une saison pour qu’Edouard Mendy mette tout le monde d’accord. Des débuts rêvés avec une collection de clean sheets (matchs sans but encaissé). Début avril, en quart de finale retour de Ligue des champions, il entre dans l’histoire en réalisant un dixième clean sheets depuis le 27 janvier (arrivée de Thomas Tuchel sur le banc de Chelsea). Mieux que tout autre gardien de but dans les cinq grands championnats sur la période.

Si Tuchel réussit une si belle saison avec le club londonien, il le doit en grande partie à «la grande muraille blue» sénégalaise. Chelsea a réussi à refaire son retard en championnat pour arracher au bout de la course une nouvelle qualification en Ligue des champions. Les coéquipiers de Mendy ont également été finalistes de la FA Cup.

Une victoire ce samedi en finale de C1, la deuxième de l’histoire du club du milliardaire russe Roman Abramovitch après 2012, et la boucle sera bouclée de la meilleure des manières possibles. Et le Normand sera en bonne posture pour devenir le troisième Sénégalais Ballon d’or africain après El Hadji Diouf (2001 et 2002) et Sadio Mané (2019).

Moustapha M. SADIO

LIRE AUSSI Finale LDC-Man. City : Riyad Mahrez, de chétif de Sarcelles à géant d’Europe

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram