fbpx
French VERSION

Guinée-équatoriale : l'histoire des mystérieuses soeurs Simporé

Les soeurs Simporé sont de retour en Guinée-équatoriale

On peut facilement les confondre à des hommes. De loin ou de près, les sœurs Simporé n’ont rien d’une fille. La coiffure, le style renvoient à ces «garçons manqués», néanmoins souvent trahis, par une petite touche féminine que ce soit la poitrine ou les formes. Mais avec Salimata et Bilguissa Simporé, rien de tout ça.

Atteintes sans doute d’hyperandrogène, un excès naturel d’hormones sexuels mâles. Ces dernières ne sont pas encore frappées par les mesures imposées à l’athlète sud-africaine Caster Semenya, qui ne peut plus courir sur 800m. Mais, la morphologie des Simporé devrait encore alimenter les débats dans le football féminin en Guinée-équatoriale.

Déjà à leur retour au bercail, après plus de dix ans d’absence, la télévision d’Etat, a déployé une équipe de reporters à l’aéroport international de Malabo pour immortaliser l’arrivée de Salimata et Bilguissa Simporé. Elles débarquent en provenance d’Israël où elles évoluaient dans le championnat d’élite féminin d’Israël, au sein du Dinamo-BGU.

Recrutées par Malabo King

Le club de première division féminine Malabo King devrait faire parler de lui dans les prochains jours ou même tout au long de la saison. Car, les soeurs Simporé attisent la curiosité. Mais pour Juan Maye Ondo Ntsama, l’essentiel est ailleurs. «Je suis heureux qu’elles soient avec nous pour nous aider à renforcer notre équipe féminine. Elles vont étoffer nos effectifs en vue des tournois internationaux que nous préparons en ce moment», se réjouit le président de Malabo King.

Les deux anciennes joueuses du Nzalang féminin font donc leur come-back à Malabo, treize ans après leur dernier séjour en terre équato-guinéenne. Salimata Simporé, attaquante, est aujourd’hui âgée de 32 ans. Tandis que Bilguissa, défenseuse, a déjà soufflé ses 35 bougies.

 Au cœur d’une grosse polémique en 2008

Ce n’est pas la première fois que les Simporé font parler d’elles. En 2008, lors de la CAN féminine organisée par la Guinée-équatoriale, elles ont fait en effet, l’objet d’une grosse polémique.

Les sœurs étaient accusées d’être des garçons par la délégation camerounaise. Mais, les Simporé ont rejeté ces accusations tout en refusant de passer les tests de féminité. La CAF, appelée à la rescousse, n’avait pas alors tranché l’affaire. Et naturellement, elles ont pris part à cette compétition.

Si la CAF a fermé les yeux, la FIFA quant à elle, va les sanctionner. Alors qu’elles s’apprêtaient à prendre part à la coupe du monde féminine de 2011 avec la Guinée-équatoriale.

Arrivées en 2005 dans ce pays, elles joueront pour la première fois sous les couleurs d’Aguillas Verdes. Le même club dans lequel évoluait la star locale du football féminin Anonma Genoveva Nze, meilleure joueuse africaine en 2009. Elles opteront ensuite pour la nationalité équato-guinéenne. Puis prennent part à la CAN féminine de 2008 et de 2012.

Leur histoire avec le football

Les sœurs  Simporé ont toujours attiré l’attention depuis leur tendre enfance. Selon, une de leurs connaissances, «ces dernières passaient leur temps aux côtés des garçons dans les ruelles du quartier Patte d’Oie de Ouagadougou» raconte un supporter de Malabo King qui les côtoyées pendant plusieurs années. «J’avais 12 ans quand nous avons commencé à jouer avec les garçons. Entre-temps, l’ami de ma grande sœur est venu nous informer du projet de mise en place d’une équipe féminine de football. Nous avons donc ma  sœur  et moi, adhéré à cette équipe dénommée les Sirènes» racontait il y a quelques semaines, Salimata Simporé aux médias locaux burkinabè.

Malgré ces propos, Salimata et Bilguisa, continuent d’être accusées d’être des hommes. Même leur démenti ne semble pas les dédouaner. Leur retour au devant de la scène pourrait connaître un nouveau rebondissement. «Ces deux joueuses intriguent. On s’attendait à voir au moins des formes et des coiffures féminines. De quoi susciter une vive polémique autour de leur genre»,  Eleme Asumu, observateur du football équato-guinéen.

La CAF s’est toujours refusée à tout commentaire à propos de cette affaire. Et les sœurs Simporé continuent d’entretenir leur mystère.

Fabien ESSIANE

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram