fbpx
French VERSION

JO 2021-100 m : le Kenyan Omanyala tacle les Jamaïcains et les Américains

Ferdinand Omanyala dégage une assurance inébranlable

Réputé très fort dans les courses à longues distances, le Kenya produit pourtant des sprinteurs. Mais dans ces courses de vitesse, le pays peine pour l'heure à exister. On les attend beaucoup plus  dans les courses de fond. Cependant à Tokyo, pour les Jeux olympiques, deux coureurs de 100 m, espèrent changer la perception.

Ferdinand Omanyala et Mark Otieno pensent pouvoir créer la surprise dans une course la plus ouverte depuis de nombreuses années après la retraite d'Usain Bolt.

Décrocher une médaille leur fera donc entrer dans la légende. Car, ça sera la première fois que le pays aura des concurrents au 100 m. «La plupart des gens dans le monde ne croient pas que les Kenyans puissent sprinter. Mais nous changeons cela lentement», confie l’entraîneur Bernard Ouma.

Omanyala, qui détient le record national avec un chrono de 10’’01, s'est qualifié aux essais olympiques du Kenya le mois dernier. «Ce n'est pas seulement pour les Jamaïcains et les États-Unis (le sprint). Ils ne sont pas en acier, ils n'utilisent pas d'essence. C'est juste dans l'esprit. Changez d'avis et tout change»,  tacle Omanyala

La route d'Omanyala vers Tokyo n'a pas été facile. Ce dernier avait cependant purgé une suspension de 14 mois imposée par l'Agence antidopage du Kenya en 2017. Il a donc dû se battre contre les responsables pour obtenir gain de cause.

«Les Américains ne courent pas avec de l’essence»

Otieno, qui a un meilleur de 10’’05, est également convaincu que le moment est venu d'écraser les équipes  jamaïcaine et américaine. «Pour le moment, vous ne pouvez pas  dire qui va remporter la course. Il peut y avoir des surprises la semaine prochaine. Car tout peut arriver», note Otieno. «J'ai hâte d'atteindre la finale et de voir qui va remporter les médailles», poursuit-il. Même s’il considère l'Américain Trayvon Bromell comme une source d'inspiration.

De son côté, Omanyala espère descendre en dessous des 10 secondes à Tokyo. «Peu importe le type de chrono : 9’’60, 9’’50, je le ferai», promet-il. «Je ne crains personne», soutient Omanyala. «Je vais à cette course en sachant que je suis aussi comme ces gars-là  (les Jamaïcains et les Américains). Nous sommes tous qualifiés», enchaîne audacieux, le Kenyan. «Je peux gagner la course. Pourquoi pas ?», conclut-il

Pour cette épreuve du 100 m, l’Américain Bromell est le grandissime favori. Il avait réalisé cette année le plus rapide avec  9’’77. Par contre, il est loin du record olympique d’Usain Bolt qui est de 9’’58.

Jim CEESAY

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram