fbpx
French VERSION

JO-2021- 400m haies (F) : Nawal El Moutawakel, une légende sans héritière

Moroccan athlete Nawal El Moutawakel wins the women's 400 metre hurdles at the Los Angeles Memorial Coliseum during the Summer Olympics, August 1984. (Photo by Tony Duffy/Getty Images)
Nawal El Moutawakel jubile après son titre olympique au 400m haies

Au Maroc, Nawal El Moutawakel reste une légende du sport. Hors des frontières, elle l’est aussi. L’ancienne spécialiste du 400 m haies est entrée dans l’histoire de cette discipline en devenant la première femme africaine et arabe à glaner le titre olympique. Et son exploit fut retentissant à l'époque.

Nous sommes en 1984 à Los Angeles. El Moutawakel dominait sur la piste l'Américaine Judi Brown et la Roumaine Cristina Cojocaru, en 54’61. Ce chrono lui avait d’ailleurs permis de signer la meilleure performance africaine sur la distance. Cette prouesse historique a marqué une génération qui la lui rappelle toujours. Avec sa breloque olympique, l’ancienne athlète enchainera avec deux nouveaux titres africains sur 400 m haies, en 1984 puis en 1985. Quatre années plus tard, elle devient entraineur après avoir obtenu son diplôme d’éducation physique à l'Université américaine de l'Iowa. Commence alors une autre vie hors des pistes, mais toujours aussi remplie de succès.

Nawal El Moutawakel -

Nawal El Moutawakel

Consécrations internationales pour Nawal El Moutawakel

La légende cumule ainsi les distinctions et les reconnaissances à l’international. Au Maroc, c’est feu le Roi Hassan II qui la nomme, en août 1997, secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et des Sports. Elle y reste jusqu’en mars 1998. Neuf ans plus tard, El Moutawakel gravit les échelons et devient  ministre de ce département avant de céder ce poste en juillet 2009. La carrière politique ne prend toutefois pas fin, puisque l’ancienne reine du 400 m haies fut élue en octobre 2016 comme représentante de la circonscription nationale sur la liste des femmes. Elle reçoit d'ailleurs de nombreuses décorations des mains de Hassan II, Abdou Diouf ou encore de Mohammed VI.

Au CIO et à l’IAAF, ce sera également une pluie de consécrations. Nawal El Moutawakel a notamment occupé de nombreux postes de responsabilité. Elle fut, entre autres, membre du comité exécutif de la Fédération internationale d'athlétisme amateur (IAAF) et membre du CIO en 1998. Au Maroc, elle a été aussi vice-présidente de la Fédération marocaine d’athlétisme (FRMA). La championne olympique marocaine est par ailleurs en 2005 membre de la commission de coordination des Jeux olympiques de 2012 à Londres. Cette même année, elle a occupé le poste de vice-présidente du CIO avant de devenir présidente de la commission de coordination des J.O d'été de 2016.

El Bakkali et Moutawakel

El Bakkali et Moutawakel

Nawal El Moutawakel, une exception

Son parcours n'aurait peut-être eu autant de succès si elle n'avait pas écouté les conseils de son entraineur Jean-François Coquard. Ce dernier a pu convaincre l'athlète de se spécialiser sur le 400 m haies. La suite, on la connaît. Avant de briller à Los Angeles, Nawal El Moutawakel avait fait parler de son talent en Afrique où elle décroche deux titres en 1982, sur 100 m haies et 400 m haies, au Caire. L'année suivante, elle se distingue à domicile aux Jeux méditerranéens de Casablanca en remportant l'or. C'est de là qu'elle s'envole pour les États-Unis pour suivre des études en éducation physique. Une terre presque promise qu'elle conquiert un an plus tard, en devenant championne des États-Unis d’Amérique du 400 m haies (1984) et en entrant dans l'histoire des J.O avec le titre olympique à Los Angeles.

Le 2 août, l’athlète semble avoir inspiré son compatriote Soufiane El Bakkali devenu médaillé d’or sur 3.000m steeple. Les deux champions ont d’ailleurs immortalisé ce moment. Malheureusement, pour sa discipline, l’héritage n’aura pas duré très longtemps. Derrière El Moutawakel, une seule autre africaine a réussi à monter sur le podium. C’est sa compatriote Nezha Bidouane, médaillée de bronze en 2000 à Sydney. Et cette année donc à Tokyo, il n’y avait aucune africaine en finale.

Mohamed HADJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram