fbpx
French VERSION
,

JO 2021- Amel Melih : «je n'ai jamais nagé aussi vite de toute ma carrière»

Amel Melih

Comment Amel Melih  s’est préparée pour améliorer ses records personnels sur 50 m et 100 m nage libre cette année ?

J'ai travaillé très dur. Mes conditions d'entraînement n'ont jamais été aussi difficiles. Surtout à cause du Covid-19. Et pourtant, je n'ai jamais nagé aussi vite. Je n'avais qu'un seul créneau par jour dans l'eau. Et je faisais ma préparation physique dehors, chez mes parents. Ce n'était vraiment pas évident et idéal également de m'entraîner comme ça.

Mais mes coaches et moi n'avons jamais perdu de vue notre objectif qui était les JO. On s'est en effet adapté à ces conditions d'entraînement difficiles. On s'est battu jusqu'au bout, jusqu'à décrocher cette qualification aux JO.

En réalisant ces belles performances, c’est la natation algérienne que vous créditez de nouveaux chronos. Une fierté…

Je suis assez fière de mes chronos. Mais je suis une sportive très exigeante, je veux toujours plus et toujours mieux. J'aimerais faire progresser davantage le sprint algérien et devenir la première nageuse à nager sous les 25 secondes en bassin de 25m. Et surtout en bassin de 50m.

À 27 ans, vous n’avez jamais nagé aussi vite de votre carrière. Comment expliquez-vous cette réussite cette saison ?

Je n'ai jamais nagé aussi vite de toute ma carrière. Pourtant, je n'ai jamais eu des conditions d'entraînement aussi difficiles. C'est paradoxal mais c'est réel. Je n'ai jamais été dans le confort ces derniers mois. Malgré cela, mes performances se sont améliorées au fil de la saison. Toutes les galères et les imprévus causés par la pandémie m'ont forgé un mental encore plus solide.

«J'aimerais faire progresser davantage le sprint algérien et devenir la première nageuse à nager sous les 25 s en bassin de 25m»

 

En descendant en dessous du TSO sur 50m nage libre, vous avez réussi à assurer votre place aux Jeux olympiques. Ce sera votre première participation, l’objectif de toute une carrière ?

C'est évidemment l'objectif de tout sportif. C'était aussi mon rêve. Et je me suis battue pour décrocher cette qualification. J'ai aussi la chance de pouvoir compter sur mon frère et entraîneur Selim, mon staff, ma famille. Je suis en effet, très bien entourée et ça compte beaucoup dans la performance.

Comment s’est passé votre préparation pour ce grand événement ?

Pas forcément dans le confort ni la facilité en termes de conditions d'entraînement. Mais j’ai l'habitude... (rires !). Le confort tue l'effort. À part ça, je suis très satisfaite de mes entraînements, de ma planification et de tout ce qu'on a mis en place avec mes coaches. Je suis prête.

Une fois le billet pour Tokyo en poche, quels sont vos nouveaux objectifs pour la compétition ?

Les objectifs sont de représenter au mieux mon pays l'Algérie, essayer de battre mes meilleurs chronos. Surtout engranger de l'expérience pour les prochaines compétitions internationales qui m'attendent. Notamment les Championnats du monde et les Jeux méditerranéens.

Comment vous sentez vous physiquement au top après une saison pleine ?

Je me sens bien, j'ai réalisé tout ce que je voulais. Ma saison est un carton plein. Je vis mon plus grand rêve donc je suis pleine d'énergie.

En compagnie d'Oussama Sahnoune sur 50 et 100m nage libre et Souad Cherouati sur le 10 km en eau libre, vous serez trois nageurs algériens à représenter votre pays lors de ces JO. Pensez-vous que la natation pourrait offrir une médaille à l’Algérie lors de ces Jeux de Tokyo ?

Malheureusement non. Je ne le pense pas

Vous avez des dizaines de milliers de fans sur vos réseaux sociaux. Les nombreux messages de soutien que vous recevez vous aident-ils à battre des records ?

Tous ceux qui me suivent et me soutiennent à travers les réseaux sociaux sont une véritable force pour moi. Ils m'envoient beaucoup d'énergie, de gentillesse et d'ondes positives. C'est très important pour moi et je ne les remercierai jamais assez.

Vous serez, en compagnie de Mohamed Flissi, la porte-drapeau de la délégation algérienne (l’entretien réalisé avant le début des Jeux). Une grosse reconnaissance selon vous de la part des autorités sportives algériennes... 

C'est un immense honneur et un privilège d'avoir été nommée porte-drapeau de mon pays, l'Algérie aux Jeux olympiques de Tokyo. Je suis très fière et heureuse, c'est un rêve de plus qui se concrétise. Merci au Comité olympique algérien pour cette désignation et pour leur confiance. Et merci à tout le peuple algérien qui me soutient depuis tant d'années. Et si je peux faire passer un message : croyez en vos rêves et travaillez dur, rien n'est impossible.

Touabi Juba ARRIS

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram