fbpx
French VERSION

JO 2021- Chance de médaille : Mballa, l’«Agbegnénou» du Cameroun

Hortense Mballa.
Hortense Mballa.

Sa première fut douloureuse. A peine le temps d’un combat chez les -78 kg, et tout était fini. Le 10 août 2016, lors de son baptême du feu aux Jeux olympiques de Rio, au Brésil, Hortense Mballa Atangana est battue par la Polonaise Daria Pogorzelec. Une grosse désillusion pour celle qui venait de remporter le titre au niveau africain. S’en était alors suivie une période de dépression. La Camerounaise a même failli rompre avec le judo. Mais l’envie de revanche et le soutien de ses proches lui ont permis de tenir.

Cinq ans sont passés. Et revoilà Hortense Mballa Atangana aux JO. Dès ce vendredi 30 juillet, la judokate camerounaise va partir à l’assaut d’une médaille olympique à Tokyo, cette fois-ci dans la catégorie des +78 kg. Elle affrontera la Turque Kayra Sayit pour son entrée en lice.

«Une médaille à Tokyo, moi j’y crois.»

Actuellement 14e au classement olympique, la native de Bikok dans la région du Centre du Cameroun veut écrire l’histoire dans la capitale japonaise. «Une médaille à Tokyo, moi j’y crois», martèle-t-elle.

La Lionne indomptable mise avant tout sur la qualité et la régularité de son travail depuis de nombreuses années. De la même façon qu'elle s'entraîne avec intelligence, courage, ténacité. Elle n’oublie pas de se forger un mental d’acier, question de ne pas craquer face à l’adversité.

«Hortense a beaucoup évolué depuis 2016, confirme Aline Abolo, son ancienne entraîneuse. C’est une athlète qui veut vraiment gagner. Elle est prête à aller chercher la médaille où qu’elle se trouve.»

Son principal atout ? «C’est sa détermination et sa capacité à varier sa technique lors des combats», répond la technicienne. Qui se dit convaincue qu’Hortense Mballa a une carte à jouer à Tokyo 2020. «Elle a appris de ses erreurs passées, dit-elle. Aujourd’hui, je pense qu’elle est plus forte, plus mure et plus ambitieuse. Elle a des chances de faire le podium. Mais cela ne veut pas dire que ce sera facile.»

Le judo, un choix de sa mère

A 29 ans sonnés, Hortense Mballa est sur une belle courbe de progression. Et elle fait de plus en plus forte impression au niveau international. En février 2020, la quadruple championne d’Afrique décroche la médaille de bronze au Grand Slam de Dusseldorf, en Allemagne. Un an plus tard, lors des Masters de Doha qui ont rassemblé les 36 meilleurs judokas du monde de chaque catégorie, elle a terminé cinquième. Elle remportera plus tard le bronze au Grand Slam d’Antalya (Turquie) en avril 2021.

Sa mère avait donc vu juste, lorsque, toute petite, elle lui a suggéré de faire du judo. «J’étais une enfant trop turbulente à l’école. Alors ma maman m’a dit : ’’tu vas aller te calmer en faisant du judo’’», aime-t-elle rembobiner lorsqu’on lui demande de retracer son parcours.

Hortense Mballa commence à fouler les tatamis à onze ans. Elle entre dans le haut niveau en 2010 et devient très vite championne du Cameroun. Une performance qui lui permet de participer à ses premiers championnats d’Afrique la même année. Elle sort médaillée de bronze par équipe.

Un an plus tard, elle s’envole pour la France où elle intègre le pôle Espoirs de Rouen grâce à une bourse du Comité International Olympique (CIO). Douze mois plus tard, pendant un stage, elle est repérée par Rodrigue Chenet, l'entraineur du Judo club de Château-Gontier. Ce dernier la convainc de le rejoindre en Mayenne pour monter leur projet olympique. Depuis, ils forment une paire inséparable.

Kigoum WANDJI

 

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram