fbpx
French VERSION

Guinée équatoriale : lorsque le Président Obiang Nguema parle football, du Nzalang et de Maradona

Le Président Teodoro Obiang Nguema lors de l'entretien avec RFI et SNA.
Le Président Teodoro Obiang Nguema lors de l'entretien avec RFI et SNA.

Sport News Africa : Président Teodoro Obiang Nguema, êtes-vous un aficionado de football ?

Teodoro Obiang Nguema : (Rire) Oui bien sûr, comme la plupart de mes compatriotes.

Qu’est-ce qui explique l’engouement pour le football dans votre pays ?

Vous savez, depuis des années, le football en Guinée équatoriale alterne le meilleur et le pire. Il est tantôt de haut niveau tantôt de bas niveau. Lorsque la Guinée équatoriale a accueilli la CAN en 2015, le Nzalang Nacional avait atteint les demi-finales. Ce qui n’avait pas été le cas par le passé. Mais ces dernières années, il donne l’impression de ne pas beaucoup progresser. Fort heureusement, le pays est qualifié pour la CAN qui se jouera au Cameroun l’an prochain.

Pensez-vous que le Nzalang va rééditer l’exploit de 2015, voire faire mieux ?

Notre espoir est que les joueurs soient professionnels afin que leur jeu puisse leur permettre de passer au moins le premier tour et- pourquoi pas ?- atteindre les demi-finales ou même remporter le titre. Ce qui n’est pas chose impossible. Et si ce sera le cas, les Equatoguinéens leur en seront reconnaissants. Pour le moment, nous essayons de rendre notre sélection nationale compétitive afin qu’elle soit capable de remporter des trophées.

Le Président équatoguinéen lors de l'entretien avec notre correspondant.

Entre 2000 et 2012, vous avez entrepris de vastes travaux de construction d´infrastructures sportives, notamment pour le football. Pourquoi ces investissements ?

Nous sommes avant tout des aficionados et notre devoir, c’est de promouvoir le sport. Non seulement le football, mais toutes les autres disciplines. Avant que la Guinée équatoriale n’organise la CAN, nous n’avions pas de stades de football. Nous avons déjà plusieurs stades et nous devons encore en construire d’autres. Nous voulons par exemple, construire des stades dans chacune des huit provinces que compte le pays. Il y a encore les provinces d’Annobon, de Djibloho, de Bioko Sur et de Centro Sur, qui n’ont pas encore d’infrastructures sportives. L'équipe nationale féminine, de manière surprenante, a remporté deux coupes d’Afrique. Et cela nous a rendu fiers. En nous inspirant de cet exemple, nous avons le devoir de former une nouvelle génération de sportifs, qui auront les capacités nécessaires pour nous faire gagner des titres, remporter des compétions.

«Au Mondial de 1990, le Cameroun avait si fièrement démontré le mérite du football africain en battant avec maestria l’Argentine de Diego Maradona. L’Argentine en avait bavé.»

 

A quand le retour de la CAN en Guinée équatoriale ?

Tout dépend de la CAF et de la FIFA. Ce ne sont pas les gouvernements qui en décident même s’ils ont parfois leur avis à donner. La CAN que nous avons par exemple organisée en 2015, c’était une proposition de la CAF après le désistement du Maroc pour des raisons de propagation de l’épidémie Ebola à l’époque. Nous avons répondu favorablement à l’appel de la CAF par l’intermédiaire de son président d’alors Issa Hayatou. Nous ne voulions pas qu’elle finisse par se jouer dans un pays du Golfe.

Selon vous que manque-t-il au football africain pour rivaliser avec les grandes nations de football et, par exemple, remporter la Coupe du monde ?   

Les équipes africaines participent déjà aux championnats du monde et je pense qu'elles montent en puissance. Je me souviens encore, lors d'une Coupe du monde, celle de 1990, lorsque le Cameroun avait si fièrement démontré tout le mérite du football africain en battant avec maestria la grande équipe d’Argentine de Diego Maradona. L’Argentine en avait bavé. Elle avait eu beaucoup de difficultés ce jour-là. Maradona avait souffert et n’avait rien pu faire face à ces valeureux Camerounais. Aujourd’hui plusieurs Africains évoluent dans les plus grands championnats européens. Cela signifie que le football africain a parcouru un long chemin. Nous espérons qu'à un moment donné, un pays africain puisse remporter la Coupe du monde.

Fabien ESSIANE

 

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram