fbpx
French VERSION

Moustapha Name-Paris FC : «J’ai énormément progressé sous René Girard»

Moustapha Name de Paris FC se confie dans cet entretien avec SNA

Comment se passent vos vacances à Dakar après cette saison éprouvante?

Les vacances se passent bien avec ma famille, mes amis qui m’ont tant manqué. J’étais venu une semaine avant de retrouver la sélection car la saison n’était pas finie. On avait 2 matches amicaux avec le Sénégal (Ndlr : contre la Zambie   (3-1) et le Cap-Vert (victoire par 2-0). On est resté 12 jours en regroupement. Et là on termine ce qui nous reste des vacances. Je m’apprête à rentrer là.

Vous êtes élu «Meilleur joueur» de la saison du Paris FC. Une fierté d’avoir remporté cette distinction individuelle non ?

Une immense fierté d’avoir été désigné joueur de la saison par les supporters du Paris FC. Ce n’était pas simple, une longue saison. J’ai eu des blessures même si ce n’était pas de grosses blessures. J’ai aussi été suspendu. C’est ma première saison en Ligue 2 française, j’ai disputé 31 matches, j’ai marqué (4 buts) et délivré des passes décisives (2). On est passé par pas mal d’émotions. Du bonheur, de la désillusion, mais on a quand même tenu bon. On avait un bon groupe entre anciens et jeunes joueurs.

En plus d’un bon staff technique qui nous donnait confiance. On a fait également un bon championnat (5e, 64 pts). Pour ce trophée de meilleur joueur du club, je remercie mes coéquipiers, le staff ainsi que ma famille qui m’a soutenu. Car, il y a eu des moments difficiles durant la saison. Je remercie aussi tous ceux qui ont voté pour moi.

Après deux bonnes saisons avec Pau en National, vous rejoignez ensuite Paris FC. Comment s’est passée votre adaptation dans cette Ligue 2?

Il y a une différence entre Pau et Paris FC. Nous étions en 3ème division même si on a réussi la montée lors de ma dernière année à Pau. L’environnement, la ville ne sont pas les mêmes. Mais, il fallait m’adapter très vite. Ce qui m’a aidé c’est qu’on a eu deux mois de préparation. Le championnat a été retardé à cause de la pandémie de Covid-19. J’ai pris mes repères durant notamment les matches amicaux et les deux stages d’avant-saison. Cela m’a permis de mieux connaître le groupe, le staff.

J’ai également pu échanger avec le directeur sportif. J’ai trouvé des joueurs qui sont venus du National comme moi. Ça fait partie de la stratégie de recrutement du Paris FC. Il y a aussi la présence d’un compatriote sénégalais, Youssoupha Ndiaye qui m’a beaucoup aidé. Ce n’était vraiment pas compliqué de m’intégrer.

Première  saison en Ligue 2 française, 31 matches joués, 4 buts et 2 passes décisives, une belle réussite non ?

Tout n’a pas été rose. Je rappelle que j’ai eu deux suspensions de 2 et 4 matches, des pépins physiques. Mais, je me dis que j’ai été recruté pour être décisif. Il est vrai qu’à mes débuts au Sénégal je jouais plus haut. Quand j’ai rejoint Pau en France, j’ai trouvé un entraîneur italien (Ndlr : Raffaele Novelli) qui me connaissait déjà.

Il a décidé de me replacer plus bas dans l’entrejeu. J’avais déjà intégré le fait qu’à tout moment, un joueur peut être utilisé à différents postes. La saison dernière au Paris FC, l’entraîneur m’a remis dans un autre système. Il faut alors vite s’adapter. Donc, pour ma première, c’était satisfaisant.

 

«De la 1ère à la 38ème journée, on n’a jamais quitté les 7 premiers. Mais sur le plan sportif, c’est un échec»

 

Justement, cette saison sur le plan collectif, vous ratez la montée en play-offs devant Grenoble. Des regrets quand même ?

En début de saison, on avait comme objectif de figurer dans les 5 premiers, de jouer les play-offs et les barrages. Quand on analyse notre parcours cette saison, on mériterait de monter. De la 1ère à la 38ème et dernière journée, on n’a jamais quitté les 7 premiers. On était constant. Mais sur le plan sportif, on peut dire que c’est un échec. Parce qu’on a longtemps été sur le podium avant de lâcher des points et des matches importants.

On n’avait pas droit à l’erreur. Mais malheureusement, le football se joue sur des détails. Lorsqu’on revoit notre match de barrages contre Grenoble, c’est sur des détails que ça s’est joué avec un but pris dès la 2ème minute. On domine le reste de la partie sans parvenir à concrétiser et derrière on se fait contrer. On n’a pas le droit de commettre de telles erreurs à ce niveau.

Quel a été l’influence du coach René Girard, champion de France en 2012 avec Montpellier sur votre progression tactique?

Je profite de cette occasion pour le remercier. Parce qu’il n’est plus l’entraîneur pour la saison à venir. J’ai énormément progressé sous son aile. Il m’appelait souvent pour échanger. J’avais senti qu’il avait une grande confiance en moi. Quand ça n’allait pas bien de mon côté, il n’hésitait pas à me parler, à faire des ajustements pour me permettre d’être plus à l’aise.

Il est parvenu à me convaincre, je me suis adapté à son système jusqu’à devenir un de ses hommes de base. Pour ma première saison en Ligue 2 alors que je venais du National, il a fait de moi un cadre du club en me faisant tout le temps jouer. Pour un entraîneur de ce standing, qui a gagné des trophées importants, c’est une fierté. Il a fortement impacté mes performances cette saison.

Bruno Irles, le coach de Pau, a également eu un impact dans votre carrière. Qu’a-t-il changé dans votre jeu?

C’est un grand entraîneur. Depuis que je suis dans le football, je dirais que c’est l’un des entraîneurs qui m’a le plus marqué. C’est un entraîneur qui fait toujours jouer ses équipes. Et ceux qui me connaissent savent combien j’apprécie le jeu. J’aime beaucoup toucher le ballon. Et je me suis vite adapté. Car, il a bâti l’équipe autour de moi. Il ne me faisait quasiment jamais de reproches. J’en abusais pas non plus.

Il me mettait à l’aise dès les entraînements. Et si vous voyez bien, à Pau, on jouait les matches exactement comme aux entraînements. Il y avait beaucoup de jeu réduit. Personne ne s’attendait à nous voir monter cette saison-là. On avait l’un des plus petits budgets du championnat. Il a réussi à faire connaître le club ainsi que les joueurs.  On a aussi réussi un beau parcours en Coupe de France. On a battu Bordeaux et joué face au PSG. Et il a réussi à faire monter le club en Ligue 2 même si la saison avait été interrompue.

 

«Ceux qui me connaissent savent combien j’apprécie le jeu. J’aime beaucoup toucher le ballon»

 

Quel était le secret de cette belle équipe de Pau avec tous ces joueurs sénégalais et anciens du championnat sénégalais?

Il y avait Cheikh Tidiane Sabaly, Mamadou Lamine Guèye, Abdourahmane Ndiaye, Mor Talla Nguer, le gambien Yankuba Jarju. Ils sont tous passés par le championnat du Sénégal. Ils ont été rejoints par Thierno Thioub récemment. C’était un groupe très soudé, je dirais plutôt une famille.

Nous faisions tout ensemble. Nous étions tous dans un hôtel où chacun avait son propre appartement. On revenait de l’entraînement, on mangeait ensemble, après on se retrouvait dans l’appartement de l’un pour regarder la télé, partager le thé traditionnel du Sénégal, jouer à la Playstation. Nous étions tout le temps ensemble.

On ne se séparait que la nuit quand venait l’heure d’aller dormir. Il arrivait même que les voisins français nous rejoignent pour s’intégrer et manger du « Thièb » (Ndlr : plat national du Sénégal) ou qu’ils nous invitent chez eux. On était devenu une vraie famille à tel point que les adversaires sentaient la difficulté de nous mettre un but.

Pourquoi loger  tous dans  même endroit ?

C’était le club qui avait tout organisé. En fait, leur recruteur est sénégalais. Il s’appelle Khassim Niang. C’est lui qui nous a pris du Sénégal pour nous emmener là-bas. C’est un ancien joueur de Pau. Ensuite, il a noué ce partenariat avec le club pour être leur recruteur. Il faisait en sorte de loger ses nouvelles recrues au même endroit. On a vu le résultat parce que quand on regarde la saison où on décroche la montée, le tiers du groupe était sénégalais. Il y avait aussi pas mal d’africains.

Moustapha M. SADIO

Dans la deuxième partie : son nouveau statut d’international avec le Sénégal

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram