fbpx
French VERSION
,

Sénou Coulibaly, retour en force

Senou Coulibaly

Son but, marqué avec l’opportunisme d’un attaquant, a permis à Dijon d’obtenir un point précieux dans l’optique du maintien face à une équipe de Strasbourg qui pourtant restait sur trois victoires consécutives. Il lui a rappelé, aussi, ses débuts en professionnels. Un soir d’août 2018 à Montpellier (2-1).

Quelques semaines auparavant, Senou Coulibaly venait tout juste de signer au DFCO. «Cela faisait longtemps, en effet. Dans la surface, je préfère ne pas arriver lancé, mais plutôt être arrêté, afin de mieux juger la situation. C’est le souhait que j’avais émis. Contre Strasbourg, c’est allé très vite, le ballon est arrivé sur moi et j’ai mis le pied au bon moment», explique ainsi le joueur de 26 ans.

«On continue de prendre des points, on ne perd plus depuis quatre matchs (une victoire, trois nuls), mais il serait temps de gagner», insiste-t-il cependant. Les Dijonnais ont d’ailleurs un déplacement important à Lorient, en match en retard de la vingtième journée. Face à un adversaire également en lutte pour le maintien.

«L'essentiel c'est d'être sur le terrain»

Senou Coulibaly connaît l’importance de ce but. Mais cette réussite n’est pas son seul motif de satisfaction. Lors de la préparation estivale, le défenseur s’était, en effet, blessé aux ischio-jambiers. Un mal, hélas, récurrent chez lui. Coulibaly avait dû étirer sa patience jusqu’au 8 novembre dernier pour rejouer en Ligue 1. C’était à l’occasion d’un déplacement à Metz (1-1), coïncidant avec la prise de fonction de David Linarès. Ce dernier succédait à Stéphane Jobard sur le banc de touche dijonnais.

Mais depuis le 23 décembre et un succès à Nîmes (3-1), Coulibaly n’a plus quitté le onze de départ. Il supplante ainsi l’Anglais Jonathan Panzo en défense centrale, au côté de l’inamovible Gabonais, Ecuele Manga. «J’ai joué quatre matchs de suite. Cela prouve donc que je peux les enchaîner. Comme je suis droitier, je suis plus à l’aise sur le côté droit de la défense centrale. Mais jouer à gauche ne me pose aucun problème. L‘essentiel, c’est d’être sur le terrain», estime Coulibaly.

«Je prends davantage soin de moi»

Avec sa franchise habituelle, Senou Coulibaly explique avoir cherché les raisons de cette fragilité aux ischios. Cette vilaine blessure qui l’avait déjà éloigné des terrains lors de ses deux premières saisons dijonnaises. «J’ai cherché des solutions en discutant avec le staff technique. Mais également à l’extérieur. Je prends davantage soin de moi. Je fais plus attention à la récupération, par exemple».

Pur produit du football amateur, l’international malien admet aussi que la transition avec la sphère professionnelle s’est révélée plus compliquée que ce qu’il avait imaginé. «Quand on est amateur, on se permet plus de choses. Je suis encore un jeune footballeur professionnel. Toutefois je sais que je dois progresser, et rapidement. Je sais que j’ai aussi besoin de plus de temps pour vraiment récupérer après un match. Certains joueurs vont avoir besoin d’un ou deux jours. Moi, c’est peut-être un peu plus. Lors de mes blessures précédentes, je revenais souvent trop vite».

Les Aigles du Mali, son autre objectif

David Linarès, qui lui accorde sa confiance depuis quatre matche, loue la volonté du joueur de franchir un cap. «Il y a entre le staff technique et Senou une relation de confiance. C’est un joueur qui est déterminé. Son état d’esprit est positif et c’est quelqu’un qui rayonne dans le vestiaire. Nous sommes heureux qu’il soit compétitif. Il s’entraîne tout à fait normalement. On lui demande juste de suivre un petit protocole avant les séances».

Par ailleurs, Coulibaly, appelé pour la première fois en novembre 2019 par Mohamed Magassouba, le sélectionneur des Aigles du Mali, entend s’y installer durablement. «C’est bien sûr un objectif, qui passe par le fait de jouer régulièrement en club. Et d’être performant. J’ai envie de faire partie de ce groupe, et de devenir un titulaire».

Au mois de mars, les Maliens disputeront leurs deux derniers matchs qualificatifs pour la prochaine CAN. Ils sont déjà qualifiés pour la phase finale (9 janvier-6 février). Cependant il leur reste un déplacement en Guinée, puis un match à Bamako face au Tchad. Inutile de préciser que le défenseur dijonnais a déjà coché cette date à son agenda…

Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram