fbpx
French VERSION
,

ACNOA-Élection : Lydia Nsekera, battue mais debout

Lydia Nsekera ne sera pas la première femme à la tête de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA). Elle a perdu l’élection du président de l’instance, ce mardi 25 mai au Caire (Egypte), face à l’Algérien Mustapha Berraf, réélu pour quatre ans. Mais la Burundaise reste une icône du leadership féminin dans le sport continental, voire mondial. Avec de solides références.

 

La burundaise Lydia Nsekera brigue pour la deuxième fois la présidence de l'ACNOA

Deuxième tentative, deuxième loupé. Lydja Nsekera, première femme candidate pour le poste de président de l’Association des comités nationaux olympiques d' Afrique (ACNOA), a été battue par Mustapha Berraf. L’Algérien de 67 ans a été réélu pour quatre ans, ce mardi 25 mai au Caire (Egypte). Il a obtenu 38 voix contre 15 pour sa rivale.

La Burundaise de 54 ans avait de grandes ambitions pour l’ACNOA. Elle déclarait avant l’élection que l’instance était à la  «croisée des chemins» et que sa capacité à sortir de son marasme actuel dépendra du choix d’un candidat «apte à diriger ses affaires».

Candidate malheureuse pour le poste en 2018 (battue 34 voix contre 20), face au même adversaire, Lydia Nsekera échoue donc pour son deuxième essai. Ce qui, sans doute, ne remet nullement en cause sa valeur. L’actuelle présidente du Comité national olympique du Burundi présente de solides références qui en font une icône du leadership féminin dans le sport en Afrique, voire dans le monde.

Pionnière partout

Elle est d’ailleurs pionnière partout où elle est passée. La native de Bujumbura est la première femme à diriger une fédération sportive en Afrique. Elle a été à la tête de la Fédération burundaise de football de 2004 à 2013. Membre du Comité international olympique (CIO) depuis 2009, elle deviendra trois ans plus tard la première femme membre du comité exécutif de la FIFA. La Burundaise siège actuellement dans la commission de coordination des Jeux olympiques de Tokyo 2020 et de Los Angeles 2028.

Issue de l’une des familles royales du Burundi, cette passionnée de sport n’a pourtant jamais pratiqué. Elle a en revanche baigné dans un environnement sportif depuis ses six ans. Son père était en effet  propriétaire d’un club local dans les années 70 : Burundi Sport Dynamique. Nsekera révèle qu’elle suivait «l’équipe jusqu’au stade chaque week-end».

Lydja Nsekera est une fervente défenseure du sport féminin. Les femmes occupent une place de choix dans sa gestion. La présidente de la commission «Femme et Sport» du CIO confie qu'elle «n’a jamais rien signé (pour un poste, Ndlr) s’il n’y avait pas de programmes pour les  femmes». Elle a lancé le premier championnat national de football féminin du Burundi.

Amy WANE

 

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram