fbpx
French VERSION
,

Abdou Diallo : «Arrivé au Sénégal, j'ai compris d'où me venaient certaines valeurs»

Après 53 matchs avec la sélection française dont plus d’une dizaine en tant que capitaine de l’équipe de France Espoirs, le défenseur parisien Abdou Diallo a décidé de rejoindre la formation d’Aliou Cissé, au cours du mois de mars dernier. Dans un entretien avec la chaine YouTube Bal des Productions, le joueur de 24 ans revient sur son choix pour l’équipe nationale du Sénégal, la prochaine Can…

Abdou Diallo-Sénégal-binational
Abdou Diallo parle de son choix pour l'équipe nationale du Sénégal dans un entretien

Avec l’équipe nationale du Sénégal, le défenseur du Paris Saint Germain Abdou Diallo a, semble-t-il, trouvé son ''âme sœur''. Dans une interview accordée à la chaine YouTube Bal des Productions, le jeune latéral est amplement revenu sur son choix de jouer pour les Lions de la Téranga en mars dernier. Un choix, dit-il, mûrement réfléchi : «ça ne s’est pas fait en un claquement de doigt, cela s’est fait d’une manière progressive», explique-t-il dans un premier temps.

«Je suis né en France mais j’ai eu l’occasion d’aller au Sénégal avant de signer au PSG. Quand tu es de France, il y a des informations qui te viennent à la française, sous une vision purement française. Alors tu peux nourrir des préjugés, des craintes sur les sélections africaines. Mais pour avoir le cœur net, j’ai fait la démarche de me rendre au Sénégal, je voulais découvrir de moi-même, confesse Abdou Diallo. Par la suite mes appréhensions sont tombées un à un. Après j’ai pu, durant un an, murir la réflexion de venir jouer pour le Sénégal. Et au final, je me suis dit, je suis très bien là-bas, alors pourquoi pas.»

«J'ai eu le coach au téléphone, après avoir pris ma décision»

Le natif de Tous rejoint ainsi la sélection d’Aliou Cissé, entraineur des Lions. Selon lui, ce dernier n’a pas tenu un grand rôle dans sa décision de venir jouer pour le Sénégal. «D’habitude, ce sont les sélectionneurs qui vont vers les binationaux, mais pour mon cas, c’est vraiment aller dans l’autre sens. C’était plutôt un choix personnel. J’ai eu le coach au téléphone seulement après avoir pris ma décision. C’était en janvier-février 2021. Et par la suite, j’ai moi-même fait les démarches pour avoir mes papiers, affirme-t-il. Aliou Cissé, lui, a été content que je fasse ce choix et ces démarches de mon propre chef. Je me rappelle qu’après, j’ai été très bien accueilli au pays», a-t-il confié le sourire aux lèvres.

Au PSG, Abdou Diallo côtoie au quotidien son compatriote sénégalais, Idrissa Gana Guèye. Et si tout laisse à croire que ce dernier aurait joué un rôle dans sa décision ou aurait un tant soit peu eu une influence sur le joueur de 24 ans,  Abdou Diallo assure qu'il n’en est rien. Au contraire même, son coéquipier ne lui a jamais rien dit allant dans ce sens. «C’est à toi de choisir, m’a-t-il juste dit. ‘‘Je comprends ta position de binational, une position spéciale que peu de gens saisissent. Tout ce que je peux te dire moi, c’est de venir voir. Pour ce qui est du reste, le dernier mot te revient’’.»

«Quand je suis arrivé au Sénégal, j’ai mieux compris plein de choses…»

Une fois sa décision précise, l’ancien joueur de l’équipe de France Espoirs, a pu compter sur le soutien de sa famille. Dans une famille binationale, a-t-il confié, ce genre de décision est toujours spécial. «Certains se sentent beaucoup plus proche de la culture française, et d’autres de la culture sénégalaise. Mais ils m’ont dit ‘‘si tu es heureux de ton choix, nous on te soutient’’. »

Heureux, Abdou Diallo semble bien l’être avec sa nouvelle sélection. Et, au-delà du football, ce sont les retrouvailles avec la culture sénégalaise qui ont le plus marqué le joueur. Une fois au Sénégal, il se dit avoir mieux saisi certaines valeurs que ses parents lui ont léguées. «En France, tu es éduqué par tes parents qui essaient de te transmettre au maximum leur culture, mais il y a toujours quelque chose qui reste. Alors quand je suis arrivé au Sénégal, j’ai mieux compris plein de choses, d’où me venaient certaines valeurs telles que l’hospitalité par exemple. Le Sénégal c’est le pays de la Téranga. Quand tu vas voir des Sénégalais, tu le ressens même si t’es en France.»

 "On fait partie des favoris pour la prochaine CAN"

Revenant sur ses ambitions avec l’équipe nationale du Sénégal, Abdou Diallo explique : «Nous avons une sélection de haut niveau, un coach de haut niveau, un bon staff, donc en réalité, il n’y a pas de problème. Au-delà du foot, on représente toute une nation qui a son histoire, qui a envie de briller avec son équipe nationale. Alors, il est obligatoire de la gagner la prochaine CAN. On fait partie des favoris, on ne va pas se cacher. Mais être favori, ça ne veut rien dire. Ça fait des années que le Sénégal est favori mais ne parvient pas au final à remporter la Coupe. La réalité se passe sur le rectangle vert. Et qui dit favori, dit plus de responsabilité et par conséquence plus de travail. On ne va pas se cacher, et on va faire le job. »

Jules DIA

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram