fbpx
French VERSION
,

Ali Benzarti : «On attend beaucoup de Dirk Bauermann»

Ali Benzarti évoque les qualifications de l’Afrobasket, qui démarrent ce soir à Monastir. Le président de la Fédération tunisienne de basketball, réélu en octobre 2020, est notamment revenu sur l’organisation du tournoi. Mais également, sur les objectifs des Aigles de Carthage sur les 4 prochaines années. Sans oublier de livrer des solutions aux difficultés du basketball féminin local.

Ali Benzarti
Le président Ali Benzerti

Entretien.

Président Benzarti, du 17 jusqu’au 24 février, vous organisez le tournoi de qualifications à l’Afrobasket 2021. Est-ce que tout est fin prêt ?

Oui (avec un soupire) ! On est prêt. La Tunisie a, en effet, de l’expérience dans l’organisation des tournois. Ce sera aussi l’occasion de montrer que les pays africains avancent. Qu’ils savent organiser. Cela va ainsi donner une bonne image du basketball africain. On fera tout pour la réussite du basket africain.

Bauermann

Bauermann

«ON A DEMANDÉ L’ORGANISATION, ON VA ASSUMER»

Est-ce que toutes les équipes engagées sont déjà présentes à Monastir ?

On attend encore la République centrafricaine, qui arrive ce soir (mardi) à 18h. Mais, ils seront à l’heure pour la compétition. Ils s’entraîneront mercredi dans la salle de la compétition. En revanche, toutes les autres équipes sont là. Elles ont passé les tests et respectent le confinement. Seul le Rwanda avait fait ses tests dans une société privée. Mais la FIBA exige que les équipes refassent des tests une fois sur place. Dieu merci, tous les tests sont négatifs. J’espère également qu’à la fin du tournoi, ils seront tous négatifs.

Et quid du site de la compétition ?

La salle de Monastir peut contenir 5000 spectateurs. J’aurais bien aimé que ce soit avec le public mais ce n’est pas possible. Malheureusement, on n’aura que 300 spectateurs pour respecter les conditions de distanciation sociale imposées par le Covid-19. En temps normal, on aurait joué à Radès avec 16.000 spectateurs.

Monastir est une ville balnéaire, une ville universitaire, une ville de basket. La ville a, notamment, fait le doublé (Coupe et championnat). Il y a aussi 7 joueurs issus de cette ville qui font partie de l’équipe nationale. C’est par ailleurs une ville comme Toulouse et Montpellier, universitaire et sportive.

Qualifs Afrobasket 2021 : Tunisie - Madagascar.

«ON ESPÈRE QUE D’ICI 2032, LA FIBA MONDE SERA LA FIFA ET FIBA AFRIQUE COMME LA CAF»

Président, peut-on savoir combien cela coûte d’organiser un tel événement ?

Honnêtement, on n’a pas encore chiffré. Les tests Covid coûtent très cher. Un seul test, c’est, en effet, 85 dollars (46.037 FCFA). Imaginez que toutes les équipes doivent faire trois tests. Cela fait donc beaucoup d’argent. Ce sont des dépenses lourdes pour la Fédération. Ce sont des dépenses du Bureau fédéral. Il n’y a aucun soutien. Mais, on a demandé l’organisation et on va assumer.

Et la FIBA Afrique dans tout cela ?

Vraiment, je n’ai pas demandé à la FIBA Afrique de nous venir en aide. Je sais qu’elle n’a pas beaucoup de ressources financières. On espère, toutefois, que d’ici 2032, la FIBA Monde sera la FIFA. Et FIBA Afrique sera comme la CAF. J’ai, en effet, confiance en l’équipe dirigeante de FIBA Afrique. Et pour FIBA Monde, je fais partie de la Commission de la Haute compétition. Ils sont en train de tout faire pour avoir des sponsors. La FIBA Afrique et la FIBA Monde peuvent devenir des machines à sous comme la NBA.

Mais organiser ce tournoi coûtera à peu près 200.000 dollars (138 millions FCFA) à la Fédération. Ce sont les équipes elles-mêmes qui paient leurs frais d’hôtel. On a tout fait pour que la Fédération ne soit pas perdante. Elle doit, en effet, trouver son équilibre financier. Il n’y aucune raison à prendre l’argent alloué à la formation des jeunes pour le mettre ailleurs. La Tunisie prépare déjà la relève. Elle a une équipe U23, qui a participé au CHAN en 2019.

«NOTRE OBJECTIF, C’EST LE PODIUM DE L’AFROBASKET»

La Tunisie est quasiment qualifiée pour l’Afrobasket 2021. Quels sont les objectifs assignés au staff technique ?

Nous sommes champions d’Afrique en titre. Et, on a été à la Coupe du monde. Malheureusement, on était l’unique équipe à gagner trois matchs sans se qualifier pour les quarts de finale. Cela fait très mal. Sur le plan financier aussi, on a perdu au moins 1 million de dollars (541 millions FCFA). Et cela nous a fait également perdre un sponsor.

Nous travaillons sur des contrats d’objectifs. C’est pourquoi nous avons recruté un coach allemand. Dirk Bauermann a été l’entraîneur de l’Allemagne, du Bayern Leverkusen, du Bayern Munich, de l’équipe nationale de Pologne. Il était aussi entraîneur en Chine. On attend beaucoup de cet homme. C’est, en effet, un vrai manager. Notre objectif, c’est le podium de l’Afrobasket. Nous voulons être champions d’Afrique, nous qualifier à la Coupe du monde et aux Jeux olympiques.

Nous voulons alors montrer que le basket tunisien progresse. En 2023, on a ainsi pour objectif d’être champions d’Afrique et d’aller à la Coupe du monde. La France, c’est un peu chez nous.

«EN TUNISIE, C’EST UNE AUTRE MENTALITE. CE SONT DE BELLES FILLES QUI PRATIQUENT LE BASKET»

Chez les hommes, la Tunisie est la référence en matière de basket. Alors que les dames sont à la traîne depuis 20 ans. Qu’est-ce qui l’explique ?

En 2009, nos U18 filles étaient vice-championnes. On aurait dû continuer avec cette équipe-là. Mais, malheureusement, en Tunisie, c’est une autre mentalité. Ce sont de belles filles qui pratiquent le basket. Elles ont un niveau intellectuel très élevé, Bac+4. Néanmoins, il y a la pression familiale. En effet, la majorité des filles se marient et les époux font pression pour avoir des enfants. Elles finissent donc par abandonner le basket.

C’est pour cela qu’on a changé notre politique. Il y a 138 filles qui ont leur Master avec une spécialisation en basket. Aussi, on a 5 entraîneurs pour les filles maintenant. On veut donc avoir des filles bien formées dès l’âge de 16 ans. Comme ça à 25 ans, elles arriveront en maturité pour pouvoir rivaliser avec les meilleures joueuses en Afrique. Mais, malheureusement, à cet âge, il y a la pression du mariage.

 

À y regarder de près, l’Algérie, le Maroc et la Libye ne font pas mieux en matière de basket féminin. Est-ce un problème commun à tout le Maghreb ?

C’est au-delà du Maghreb, c’est la fille arabe qui a ce problème. Elle est soumise à cette pression psychologique de la famille. À 30 ans, elles sont, en effet, considérées comme vieilles filles. Mais, les choses sont en train de changer petit à petit. Avant, les filles se mariaient à 18 ans. Maintenant, elles se marient entre 28 et 30 ans. Les femmes sont devenues plus instruites. 65% des médecins et des profs en Tunisie sont des femmes. Cela montre que les choses bougent. J’espère que le basket féminin arrivera aussi à s’imposer. On est en train de travailler là-dessus.

«SALAH MEJRI EST UNE RÉFERENCE POUR BEAUCOUP DE TUNISIENS ET D’AFRICAINS»

D’ici combien de temps pensez-vous que les Tunisiennes pourront rivaliser avec les Nigérianes, Maliennes et Sénégalaises ?

D’ici 2028, on arrivera à rivaliser avec les meilleures d’Afrique. Maintenant, nous avons des filles de grande taille. Nous sommes en train de travailler. La scolarité prend trop de temps aux filles. C’est ça le problème de la Tunisie. Tandis que les garçons se professionnalisent. C’est pourquoi on a une Ligue Pro chez les garçons et une Ligue amateur chez les filles. Même les budgets alloués aux garçons et aux filles dans les clubs sont très différents.

Président, Salah Mejri, formé en Tunisie, est devenu le premier joueur nord-africain à intégrer la NBA. Qu’est-ce qu’il représente pour le basket tunisien ?

Salah Mejri a commencé tard le basket. Je peux dire que c’est à l’âge de 17 ans qu’il débute réellement. Je l’ai, en effet, suivi. Et il a travaillé dur. C’est quelqu’un qui a fait des études universitaires. Il vient d’une famille très modeste. Il est arrivé là où il rêvait d’être. C’est un modèle de réussite pour tous les jeunes Tunisiens. C’est une référence pour beaucoup de Tunisiens et d’Africains.

Propos recueillis par Ablaye DIALLO

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

SNA LE LIVESCORE

12:30Liga Alef South
Hapoel Azor
1 - 1
62 
Shimshon Kafr Qasim
12:30Liga Alef South
M. Ironi Ashdod
0 - 0
57 
Ashkelon
13:00Super Liga
FK Indjija
0 - 2
45+2 
Partizan
12:30Liga Alef South
Maccabi Jaffa
1 - 1
57 
Hak. Ramat Gan
12:00Liga Alef South
Maccabi Shaarayim FC
0 - 3
85 
Nordia Jerusalem

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram