fbpx
French VERSION

Tidjani Anaane, une incroyable trajectoire

Arrivé en Tunisie juste avant ses 18 ans, Tidjani Anaane a quitté l’Afrique du Nord lors du mercato estival pour rejoindre Menemenspor, en Ligue 2 turque. Le milieu de terrain des Ecureuils du Bénin explique pourquoi il a fait ce choix.

Tidjani Anaane

Tidjani Anaane, en signant à Menemenspor, promu en Ligue 2 turque, n’ignorait rien du principal défi qu’il aurait à relever. Sa nouvelle équipe lutte, en effet, pour le maintien. Les deux dernières défaites contre Giresunspor (0-4, le 31 janvier), puis à Tuzlaspor (0-2, le 6 février), ont plongé le néophyte à une seizième place (sur dix-huit), faisant de lui un relégable virtuel. Mais la réception de Baliksehirspor, dimanche, pourrait permettre à Anaane et ses coéquipiers de se donner un peu d’air.  Car cet adversaire ne les précède qu’à la faveur d’une meilleure différence de but.

Dussuyer l’a encouragé à aller en Europe

Le Béninois ne regrette cependant pas d’être sorti de sa relative zone de confort, après cinq saisons en Tunisie. « Il fallait que je change d’air. Que j’aille me confronter à un autre championnat, dans un nouveau pays. Je crois que j’avais fait le tour de la question en Tunisie» assure Tidjani Anaane. Il a alors donné une nouvelle orientation à sa carrière lors du dernier mercato estival. En quittant donc la Tunisie, qu’il rejoint en provenance de l’ASPAC Cotonou, après une dernière saison à l’AS Soliman.

C'est Michel Dussuyer, lors d’une discussion informelle qui lui conseille d’envisager ailleurs qu’en Tunisie. Pour la suite de sa carrière. « Cela faisait trois ans qu’il était prêté. A mon sens, il était temps pour lui de tenter sa chance en Europe, pour s’aguerrir. Et surtout découvrir autre chose. Avoir ainsi une certaine stabilité, ce qui est le cas en Turquie. Anaane joue d'ailleurs très régulièrement. Il a même marqué quelques buts, parfois décisifs», intervient le sélectionneur français des Ecureuils.

 « En Tunisie, à valeur égale, c’est le joueur local qui joue »

Le message est reçu par Anaane, en phase avec l’analyse du technicien français. Il saisit ainsi sans tarder l’opportunité offerte par Menemenspor. Le changement de pays lui est profitable, même si la communication avec certains de ses coéquipiers turcs, est parfois limitée. Car ils ne parlent pas tous anglais. « En Tunisie, ce qui était parfois difficile, c’était d’accepter qu’à valeur égale, un local allait jouer à ta place. En Turquie, je ne ressens pas cela. Si tu es bon, si tu t’impliques à l’entraînement, tu joues. En Tunisie, j’ai parfois eu l’impression que les joueurs étrangers étaient plus responsables que les autres en cas de défaite. Mais je ne regrette pas mon expérience dans ce pays. On m’a, en effet, donné ma chance en Tunisie. Je suis devenu international d'ailleurs devenu international alors que j'évoluais en Tunisie».

Problème de visa

L’histoire rappelle aussi que sans un problème de visa, son premier pays d’accueil aurait dû être la Belgique. Et pas la Tunisie. « J’avais fait des tests au Standard Liège. Mais je n’ai pas pu y signer, pour des raisons administratives. Mon agent m’a alors parlé d’une piste en Tunisie, à La Marsa. Les essais étaient concluants. Cependant le club n’avait pas d’argent pour me faire signer. J’ai alors été approché par l’Espérance Tunis, où j’ai signé». Le grand club de la capitale propose au béninois un projet sportif cohérent. Et Tidjani Anaane, conscient d’être encore perfectible, accepte rapidement.

"Difficile de jouer à l'Espérance de Tunis"

C’était en 2015, mais le jeune milieu de terrain ignore encore qu’il ne jouera jamais le moindre match officiel en professionnels avec les Sang et Or. « Quand tu as 17, 18 ans, c’est difficile de jouer à l’Espérance de Tunis, un grand club. Mais cela ne remet nullement en cause ses qualités», observe le Français Gérard Buscher, ancien directeur technique du club tunisien.  Le technicien avait d'ailleurs contribué à la venue de Tidjani Anaane à l'Espérance. « L’idée était de me faire jouer avec l’équipe réserve, d’y montrer mes qualités. Et ensuite de prouver que je pouvais prétendre à postuler pour l’équipe première. Je savais très bien qu’à l’Espérance, il y a beaucoup de concurrence, qu’il faut être patient». Anaane participe ainsi à quelques matches amicaux avec les pros.

Prêt à l'US Monastir

Après deux saisons en réserve, il demande toutefois à partir en prêt, « pour avoir du temps de jeu en Ligue 1, franchir un cap». Ce sera à l’US Monastir. Il y retrouve notamment le duo d’entraîneurs Skander Kasri-Tarek Hadhiri, qu’il a connus à l’Espérance. « On m’a fait confiance, j’ai joué une vingtaine de matches, ça m’a fait du bien» savoure Anaane.

Mais cette parenthèse à Monastir n’éclaircit pas vraiment l’avenir d’Anaane à l’Espérance, qui le prête dans la foulée à l’US Ben Guerdane. « Je ne voulais pas y aller. Au début, ça a été compliqué, je ne jouais pas trop. J’’avais du mal à m’adapter à la ville. Je suis revenu à l’Espérance, mais Ben Guerdane m’a demandé de revenir, et j’ai eu plus de temps de jeu. C’est aussi là que Michel Dussuyer, le sélectionneur du Bénin, m’a repéré, et offert ma première sélection, en mars 2019 contre le Togo».

CAN 2019 en Egypte

Anaane disputera même la CAN 2019 où le Bénin accède aux quarts de finale face au Sénégal (0-1).En Egypte Anaane joue peu mais souligne avoir beaucoup appris. « J’ai peu joué en Egypte, mais cela m’a appris beaucoup de choses. Notamment que l’état d’esprit, la discipline, peuvent emmener assez loin une équipe qui ne compte aucune star». Dussuyer, qui apprécie la polyvalence de son joueur, « capable de jouer sur les côtés, mais aussi dans un rôle de neuf et demi ».

Epurer son jeu

Michel Dussuyer, le sélectionneur des Ecureuils lui conseille également d’épurer son jeu. « Il a parfois tendance à se compliquer la vie. Il faut qu’il élimine son déchet technique, et je pense que le fait d’évoluer en Europe va l’aider en cela». Anaane, que son sélectionneur avait appelé au mois de novembre dernier pour les matches face au Lesotho (1-0, 0-0), qualificatifs pour la CAN 2022, mais sans le faire jouer, admet cette critique positive. « Je sais que je dois davantage rechercher la simplicité dans mon jeu, j’en suis conscient.  Si je veux vraiment m’imposer en sélection, je dois non seulement jouer régulièrement en club, mais améliorer la qualité de mon jeu…

Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

SNA LE LIVESCORE

15:00Serie C - Group A
Carrarese
0 - 0
73 
Grosseto
15:00Serie C - Group A
Livorno
0 - 0
78 
Alessandria
16:00Champions League Women
Lyon W
1 - 0
31 
Brondby W
14:30Coupe du Trone
Wydad Serghini
1 - 1
Extra Time97 
Raja Beni Mellal
14:30Serie D - Group G
Insieme Formia
1 - 1
Finished
Nocerina

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram