fbpx
French VERSION

Athlétisme : Ferdinand Omanyala, l'itinéraire de la flèche kényane

L’année 2021 est pleine de surprises en athlétisme. L’une d’elles est l’ascension fulgurante de Ferdinand Omanyala au 100m. Le Kényan attire les regards, tout en suscitant quelques interrogations. Voici son parcours.

record d'Afrique en poche, Ferdinand Omanyala surprend le monde
Ferdinand Omanyala

Ferdinand Omanyala est le nouveau recordman du 100 en Afrique avec un temps de 9’’77. Cette performance, il l’a réalisée le 18 septembre sur ses terres, au Kenya. Le sprinter a fini 2ème derrière l’Américain  Trayvon Bromell. Ce dernier a réalisé la meilleure performance mondiale de l’année. Son temps était de 9’’76 (+ 1,2 m/s devant Omanyala).

Ferdinand Omanyala commence ainsi à se faire un nom. Car désormais, son temps de 9’’77 figure dans le top 10 des courses les plus rapides de l’histoire du 100 (8ème au classement). Une sacrée performance pour le Kényan de 25 ans. Une surprise pour certains, car rien ne laissait présager qu’il ferait une entrée aussi fracassante dans les livres des records de l’athlétisme.

Le Kényan a d’ailleurs permis à son pays de briller au 100m lors des JO. Une épreuve qui est loin d’être celle de prédilection du pays. Mais Omanyala avait atteint les demi-finales aux Jeux Olympiques de Tokyo. Malgré l’élimination, il ne cachait pas sa fierté. «Courir une demi-finale olympique et battre encore le record national est la plus belle chose qui me soit arrivée dans la vie, disait-il alors. Ça représente énormément de travail, d’heures sur la piste, en musculation, partout.»

Une progression à vitesse grand V

Ferdinand Omanyala surprend, et il y a de quoi. Celui qui a commencé l’athlétisme en 2016 ne cesse de progresser. Au mois d’aout 2019, sa meilleure performance de l’année était de 10’’47. Il l’améliore en 2020 en passant à 10’’32. C’est simple, avant cette année 2021, il n’était jamais passé sous la barre des 10 secondes. En deux ans, il a ainsi gagné 0’’70 sur ses temps de passage au 100m.

Pour les séries des Jeux Olympiques de Tokyo, il égale d’abord son record du Kenya (10’’01). Lors des demies ensuite, il gagne un centième sur son temps, en finissant 3ème derrière Fred Kerley (9’’96) et André de Grasse (9’’98). Cela ne suffisait cependant pas à lui assurer une place en finale.

Après les Jeux, le sprinteur de 25 ans s’aligne au meeting autrichien d’Andorf le 14 aout. Là, il explose son record personnel en 9’’96 en séries. Il passe ainsi pour la première fois sous les 10 secondes. Mais Omanyala n’en avait pas fini. En finale, il améliore encore ce temps en terminant en 9’’86.

Et sa meilleure performance est celle de Nairobi le 18 septembre. C'est durant cette course qu'il bat le record d'Afrique avec sa fameuse course en 9’’77.

Ferdinand Omanyala

Ferdinand Omanyala, 8ème homme le plus rapide de l'histoire.

Il réalise ensuite un temps de 10’’10 dans deux meetings en Finlande. Puis il s’améliore encore dans une course de la Ligue de diamant à Bruxelles. Là il finit 4ème en 10’’02

Le dopage, une épée de Damoclès au-dessus de sa tête

Ferdinand Omanyala réalise des prouesses extraordinaires. Mais pour un athlète dans sa situation, certains continueront toujours à rester sceptiques. Le Kényan a en effet déjà connu une sanction pour dopage en 2017. La sentence : une suspension de quatorze mois de la part de l’agence antidopage kényane. Il n’avait que 21 ans à l’époque.

Il était cependant blessé au dos durant cette période. Pour se soulager, il avait utilisé un produit à base de bétaméthasone. Or ce produit est un corticoïde, interdit aux sportifs.

«J’ai été victime d’un concours de circonstances. Cette expérience m’a servi à devenir la personne que je suis aujourd’hui, a-t-il déclaré à la BBC. Ça m’a rendu plus fort- aucun athlète ne veut passer par cette épreuve- et ça m’a servi de leçon : il faut faire très attention à ce qu’on utilise et à qui on fait confiance. Mais c’est du passé, il faut vivre le moment présent.»

Cela a d’ailleurs failli lui coûter sa place aux JO de Tokyo. Le règlement kényan interdit en effet aux athlètes suspendus pour dopage de courir aux JO. Mais il concoure finalement après la suspension de son compatriote Mark Otieno… pour dopage.

Ferdinand Omanyala permet aujourd’hui à son pays de briller au 100 m. Il a pourtant failli ne jamais devenir sprinteur. Il a en effet débuté par le rugby. Grâce à sa vitesse, il s’éclate au poste d’ailier. Omanyala a même failli être sélectionné en équipe nationale des moins de 20 ans de rugby à 7.

Comme quoi, Omanyala a su prendre le bon virage pour devenir le champion qu’il est aujourd’hui.

Oumar NDONGO

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram