fbpx
French VERSION

JO 2021 : les performances africaines du samedi 31 juillet

Marie-Josée Ta Lou.
Marie-Josée Ta Lou.

Le seul rayon de soleil au-dessus du ciel africain, ce samedi 31 juillet, est la cérémonie protocolaire du 10 000 m masculin. Sur la plus haute marche du podium, monopolisé par l’Afrique, l’Ethiopien Selemon Barega, le vainqueur, était droit comme un i au moment de l’hymne de son pays. Autour de lui, deux Ougandais : Joshua Kiprui Cheptegei, à sa droite, et Jacob Kiplimo, à gauche. L’intronisation du trio, victorieux la veille, a égayé une journée des Jeux olympiques (JO) Tokyo 2021 bien morose pour le continent.

Ta Lou, le rêve brisé

Pourtant, les choses avaient bien démarré. L’Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou s’était qualifiée haut la main (10.79) en finale du 100 m féminin. Elle avait presque réédité son coup de la veille (10.78), lorsqu’elle égalait dans les séries le record d’Afrique qu’elle détient désormais en même temps que sa compatriote Murielle Ahouré.

L'Ivoirienne avait presque réussi a redonner des couleurs au drapeau africain pâli quelques heures plus tôt avec notamment l’élimination du Nigeria au premier tour de l'épreuve de basket masculin des JO. Les D-Tigers venaient d'enregistrer face à l’Italie leur troisième défaite (71-80) en trois sorties dans le groupe B. Avec zéro succès dans ces Jeux, ils sont repartis bredouilles du Japon, malgré leur armada NBA et leur prometteuse préparation.

Ta Lou semblait donc bien lancée pour nous faire oublier ce réveil brutal. Mais en finale, patatras, la sprinteuse ivoirienne s’incline au pied du podium avec un temps de 10.91. Loin de son niveau affiché lors de ses précédentes sorties à Tokyo. Devant elle, la triplette jamaïcaine, Elaine Thompson-Herah (10.61), Shelly-Ann Fraser-Pryce (10.74) et Shericka Jackson (10.76), était hors de portée.

Le réconfort des sprinteurs

Au moment où s’écroulait Ta Lou, le public africain venait à peine de sécher ses larmes pour l’élimination de... la Côte d’Ivoire, tombée (2-5) face à l’Espagne en quart de finale de l’épreuve de football. Les Eléphants tenaient la qualification dans les arrêts de jeu, grâce à un but venu d'ailleurs de Gradel (2-1, 90+1). Ils concéderont l’égalisation trois minutes plus tard avant de s’écrouler dans les prolongations.

L’Egypte, également sortie (0-1) en quart de finale, par le Brésil, n’a pu offrir à l’Afrique une place en demies comme consolation.

Cette journée du samedi 31 juillet serait à oublier totalement si les sprinteurs africains n’avaient pas brillé lors des séries de ce jour. Sept d’entre eux ont, en effet, réussi à décrocher la qualification pour les demi-finales, prévues ce dimanche 1er août. Leur chance de briller jusqu’en finale sont faibles, mais elles existent quand même.

La Rédaction

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram