fbpx
French VERSION

Découverte : l’Egypte, la superpuissance du squash

L’Egypte est réputée d’être une grande nation sportive. Les Egyptiens brillent dans plusieurs disciplines dont le football et le handball. A côté de ces sports phares s’invite le squash. Ce sport de raquette créé par les Anglais dans les années 1850 est l’une des disciplines les plus populaires en Egypte. Et les squasheurs égyptiens entre quatre murs avec une petite balle de caoutchouc dictent leurs lois.

Les Égyptiens Ali Farag et Nour El Sherbini sacrés au championnats du monde de squash, juillet 2021 à Chicago

Les Egyptiens sont les maitres du squash mondial. Ils ont remporté les quatre derniers championnats du monde en individuel. Les filles totalisent cinq titres. Dans le Ranking mondial, le pays des Pharaons compte six joueurs dans le top 10 qui occupent même le podium. Nour El Sherbini et Ali Farag sont actuellement les meilleurs joueurs du monde.

Amr Shabana, premier égyptien n°1 mondial (2006-2009)

C’est Amr Shabana qui ouvre la voix en 2006 en devenant  le premier Pharaon n°1 mondial. Le "prince du Caire" comme on le surnomme dominera la discipline jusqu’en 2009 avant de passer le témoin à son compatriote Karim Darwish. D’autres grands noms du squash comme Ramy Ashour, Mohamed El Shorbagy, Karim Abdel Gawad… s’en suivent.

Mubarack, le bâtisseur

C’est sous l’impulsion de Hosni Mubarak que le squash connait son heure de gloire. Déjà introduit par les colons britanniques en 1930, l’ancien président développe ce sport à travers le pays dans les années 1990. Mubarak était un passionné de ce sport et s’adonnait même à la pratique.  Il dote le pays d’énormes infrastructures sportives. Le président égyptien créé en  1996 le tournoi Al Ahram au pied des pyramides de Gizeh qui est d’ailleurs l’un des plus prestigieux du PSA World Tour.

 L’Egypte révolutionne le jeu

Si l’Egypte a pu notamment régner c’est qu’il a apporté une touche spéciale à ce sport. Elle fonde les bases du jeu sur trois notions : la créativité, l’agilité et la rapidité. « Nous devons les enseigner les bonnes bases du sport mais ensuite leur laisser un espace pour la créativité», soutient Karim Darwish, directeur de la plus grande académie de squash du pays, Wadi Degla.

Les jeunes avant tout

Dans les courts égyptiens, il est fréquent de voir que des jeunes. Ces derniers sont imprégnés des bases du squash dès le bas âge.«J’ai commencé à l’âge de 8 ans, et c’était considéré comme tard» révèle Nouran Gohar, actuelle n°2 mondiale. Pour assurer la relève, «les jeunes s’entrainent à côté des champions», ajoute la squasheuse de 23 ans au journal français  le Monde. Et les jeunes sont souvent prioritaires, «dans le court où j’ai grandi, il y avait sept courts, les cinq étaient réservés aux jeunes», souligne Ali Farag, actuel n°1 mondial. Le joueur de 29 ans a d’ailleurs commencé le squash à ses six ans.

Le rédacteur en chef du site squash Mad, Alan Thatcher résume cette démarche en ces mots au journal : «c’est comme une chaine de production incessante, vous ne pouvez constater que l’ère égyptienne de la domination se poursuit», constate-t-il dans Le point.

Et cette domination va encore durer longtemps même s’ils sont par contre titillés par les Anglais et les Néo-zélandais.

Amy WANE

 Les Grands noms du squash égyptiens

Amr Shabana

Karim Darwish

Ramy Ashour

Mohamed El Shorbagy

Karim Abdel Gawad

Ali Farag

Nour El Sherbini

Raneem El Weleily

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram