fbpx
French VERSION

Jeux paralympiques 2021 : l’haltérophile ivoirien Hervé Ano Adou compte bien se distinguer

Hervé Ano Adou
L'haltérophile ivoirien Hervé Ano Adou à l'entrainement

Pour les Jeux paralympiques qui se déroulent actuellement à Tokyo, au Japon, la Côte d’Ivoire peut compter sur son fils Hervé Ano Adou pour ramener une médaille au pays. Le paralympique ivoirien participera à la finale de l’épreuve de Power lifting vendredi 27 août à 9h30 GMT. Et pour son baptême du feu lors de ses olympiades, Hervé Ano Adou devra toutefois sortir le grand jeu face à 8 autres cadors, tous à la recherche d’une médaille. Mais l’athlète se dit prêt à tirer son épingle du jeu.

« Nous sommes tous des poids lourds, c’est pour cette raison que nous sommes présents à Tokyo. Chacun sera concentré pour réussir ses trois levées. En haltérophilie, ça se joue sur des détails, c’est une épreuve très complexe, et je peux dire qu’il n’y a pas de poids lourds et de poids faibles, chacun doit donner le meilleur de lui-même pour pouvoir réussir ses trois passages. C'est ce qui est le plus important en finale de power lifting », a-t-il raisonné devant les médias au village olympique de Tokyo.

Hervé Ano Adou : « Personne n’a peur de quelqu’un »

Très confiant quant à ses chances de remporter une breloque dans ces Jeux, Hervé Ano Adou préfère rester concentrer sur ses capacités plutôt sur celles de ses concurrents. « Nous partons à chance égale pour pouvoir être sur le podium, a-t-il soutenu. Il n’y a pas d’intimidation, personne n’a peur de quelqu’un, parce que c’est un sport individuel, vous êtes seul face aux charges et rien d’autre. Toute prétention mise à part, je suis sûr de mes chances. Et même si le champion de la catégorie qui est un Nigérian soulève une charge de 221 kg, on ira le chercher lors de ces Jeux. »

A 48 heures de son entrée en lice, le paralympique ivoirien semble ainsi impatient de montrer ce qu’il a dans le ventre. Pour lui, il n’y a pas lieu de ressentir une quelconque pression dans ce tournoi. Il s’agit, soutient-il, de répéter ce qu’il faisait à l’entrainement. « Depuis le pays (ndlr, la Côte d’Ivoire), je me suis entraîné pour cette grande messe et j’ai hâte d’y prendre part. Je prie Dieu pour que tout se passe bien pour faire ce que j’ai appris durant des mois et donner le meilleur de moi. A ce niveau, je suis serein », a assuré l’athlète dont les performances balancent entre 155 kg et 172 kg.

Jules DIA

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram