fbpx
French VERSION

Natation : la difficile quête de qualification aux JO du Maroc

La natation marocaine devra encore batailler pour rallier Tokyo.
La natation marocaine devra encore batailler pour rallier Tokyo.

La natation marocaine a la tête sous l'eau. Actuellement, la Fédération marocaine de natation le dit à demi-mot, mais elle craint une non-qualification aux prochains Jeux olympiques pour la première fois depuis 21 ans.

Dans un entretien à l'agence MAP, le directeur technique national, Youssef El Haouat, a affirmé que les préparatifs des nageurs marocains pour les prochaines échéances, en particulier les JO, ont été «grandement affectés par la situation sanitaire au Maroc, en raison de l'épidémie du coronavirus».

Il détaille : «En dépit de l'assouplissement des restrictions dans certains pays qui ont permis à leurs nageurs de pratiquer leurs activités sportives, la FRMN attend toujours l'ouverture des piscines, en particulier celles relevant du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports pour reprendre les entraînements.»

La diaspora, l’espoir

Á l’heure actuelle aucun nageur marocain n'est officiellement qualifié pour Tokyo. Pas même les plus prometteurs.

Le Maroc place d'ailleurs tous ses espoirs sur les athlètes évoluant à l'étranger. Le dernier d’entre eux à être inscrit dans une compétition est Yussf Tibazi, qui tente de décrocher le minima dans les compétitions américaines, tout comme sa compatriote Imane El Baroudi. Mais ce n’est pas gagné pour lui. Absent du meeting d'Indianapolis (12-15 mai), il devrait concourir aux Bahamas fin juin.

Quant à El Baroudi, elle a été classée 36e au 100 m brasse et 46e au 50 m nage libre, le weekend dernier, au meeting de Mizuno, à Atlanta, aux États-Unis.

Les espoirs du Royaume reposent sur cette catégorie de nageurs qui concourent dans plusieurs disciplines, «pour renforcer la présence du Maroc aux Jeux Olympiques auxquels il participe depuis ceux de Sydney en 2000», confie El Haouat.

Ben Rahou au Portugal, Khiyara sur 4 tableaux

Jusqu'au 14 juin, Mathieu Ben Rahou participe, de son côté, à un stage de préparation en France sous la supervision de la fédération marocaine. Il rejoindra ensuite le Portugal pour les épreuves qualificatives aux JO sur 10 km. Les autres nageurs (Samy Boutouil, Driss Lahrichi et Souhail Hamouchane) sont toujours en France pour tenter leurs chances lors des prochaines échéances.

Boutouil s'est rapproché du minima lors de sa dernière sortie au "Golden Tour Camille Muffat" à Marseille où l’athlète a réalisé un chrono de 00:50.21. Un temps proche du minima B des J.O de Tokyo (00:50.03).

Le Maroc mise par ailleurs sur Lina Khiyara, spécialiste du nage libre et du 200 m quatre nages. L'athlète, qui réside en Belgique, poursuit ses préparatifs. Elle doit prend part à trois compétitions à Monaco, Cannes et Barcelone fin mai et début juin, ainsi qu’à l’Open de France. Encore quelques espoirs de qualification pour le Royaume chérifien.

Mohamed HADJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram