fbpx
French VERSION

JO 2021 : Kirsty Coventry, la «fille en or» du Zimbabwe

Kirsty Coventry
Kirsty Conventry, l'ancienne virtuose de la natation zimbabwéenne

Il y a de ces exploits qu'on n'oublie pas de sitôt. Ces performances qui s'apparentent à un séisme qui secoue la planète. Tellement, l'inattendu se produit. Seize ans auparavant, à Montréal, au Canada, le drapeau zimbabwéen a flotté au-dessus de la piscine. Larmes de bonheur, médaille d'or autour du cou,  Kirsty Coventry n'en revenait sans doute pas. Et pourtant, elle ne rêvait pas. Elle était bien la nouvelle championne du monde sur 100 m dos (1'0''24). Et à 21 ans, elle venait d’écrire l’histoire. Une nouvelle fois.

Car, en août 2004, à Athènes, en Grèce, ses trois médailles olympiques l'avaient déjà inscrite au gotha des pionnières. Jamais le Zimbabwe n'avait vu l'un de ses enfants monter sur un podium aux JO. Kirsty l'a fait trois fois. Première au 200 m dos, 2e sur 100 m dos, 3e au 200 m 4 nages. Simplement époustouflante.

Kirtsy n’aime pas jouer les seconds rôles. Elle aime être «numéro un», comme elle l’a confié après sa victoire à Montréal en 2005. Fière de représenter son pays sur la scène internationale, la championne du monde et olympique, espère de par ses performances donner l’espoir à sa nation.  «Les choses n'ont pas souvent marché pour nous en sport. Mais, je sais que mes performances incitent les gens, surtout les jeunes, à continuer à y croire», avait-elle déclaré.

Une passion héritée de son grand-père

Née le 16 septembre 1983, la jeune fille a commencé à flirter avec la natation à bas âge (un an et demi), dans la piscine d'un faubourg de Harare, où ses parents dirigeaient une entreprise de produits chimiques. Elle prend ainsi goût à ce sport. Mais cette passion pour la nage n’est pas un hasard. Kirsty la tient de son grand-père qui avait montré la voie en ouvrant un club de natation.

Kirsty va ainsi très rapidement se sentir trop à l'étroit dans un pays où la natation manque à la fois d’infrastructures, de moyens et de coaches. Son bac en poche, elle s’envole pour les Etats-Unis et dépose ses valises à l'université d'Auburn, en Alabama.

Une fois installée au pays de l’Oncle Sam, la championne du monde de natation s’éloigne malgré elle du Zimbabwe. Ses visites se font désormais rares. Mais forte de caractère, l'athlète s'assume : «Je n'ai pas le choix, ma réussite est à ce prix», dira-t-elle. Malgré cela, après avoir brillé de mille feux aux JO d’Athènes en août 2004, elle sera triomphalement accueillie au Zimbabwe. La «petite fille en or», l' « héroïne» est de retour. C'est la grande fierté à Harare.

Un come-back fracassant en 2008

Dans un pays où les conditions de vie sont difficiles, tous les enfants rêvent désormais de devenir une Kirsty Coventry. D’ailleurs, plusieurs filles vont porter le nom de l’athlète dans les années 2000. Et pour une fois, on assiste, au Zimbabwe, à la construction de plusieurs piscines pour les jeunes.

Kirsty Conventry, elle, continue son chemin. Après avoir traversé une période difficile entre 2005-2006, ou les blessures ne l’ont pas épargnée, la Zimbabwéenne signe un retour fracassant en 2008. A deux mois des JO d’été, à Pékin, en Chine, Conventry s’approprie du meilleur chrono de l’histoire de l’épreuve 200 mètres dos en grand bassin lors d'une réunion organisée à Columbia (Missouri). Nageant les quatre longueurs de bassin en 2'06'' 39, elle efface la précédente marque que détenait la Hongroise Krisztina Egerszegi depuis 1991 en 2'06''62. La Zimbabwéenne améliore à cette occasion le second plus vieux record du monde de la natation, hommes et femmes confondus.

Aux JO de Pékin, Conventry remportera aussi 4 autres médailles olympiques. De retour au Zimbabwe, la «fille en or» ne cesse d’inspirer les jeunes. Elle sera même reçue par Robert Mugabe, président du pays à l’époque. En 2016, Kirsty Coventry annonce sa retraite. Agée aujourd'hui de 38 ans, la championne vit encore et toujours pour le sport. La légende vivante du Zimbabwe fait désormais partie du Comité international olympique (CIO).

Jules DIA

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram