fbpx
French VERSION
,

BAL-Negrita Rudasingwa : «Les femmes ont leur mot à dire»

La Basketball Africa League (BAL) a choisi 12 «Team liaison», dont 4 femmes pour s’occuper du quotidien des équipes. La Rwandaise Negrita Rudasingwa est affectée à l’équipe de la Gendarmerie Nationale BC de Madagascar. Titulaire d’une licence en Business, Information et Technologie, la jeune femme de 25 ans, explique son travail et l’opportunité qu’offre la BAL au basket africain. L’ancien mannequin parle du rôle que la femme doit jouer dans la société surtout dans le sport.

De notre envoyé spécial au Rwanda

La Team liaison rwandaise Negrita Rudasingwa
La Team liaison rwandaise Negrita Rudasingwa.

Son travail consiste à servir de link entre la direction de la BAL et l’équipe à laquelle elle a été affectée. Une charge stressante car il faut anticiper sur tout pour que «son» équipe ne pense qu’au jeu. Mais la «Team liaison» Negrita Rudasingwa n’est pas du genre à se plaindre. «Cela n’a pas été très difficile pour moi.  Ils sont très gentils avec moi et ils ne me causent pas problèmes», sourit la jeune femme en charge de l’équipe de malgache de la Gendarmerie Nationale BC, qui s’est confiée à sportnewsafrica.com.

Pourtant, elle doit courir dans tous les sens, être au four et au moulin : «C’est de s’occuper de  son équipe, de voir s’ils vont bien, de voir s’ils ont de bonnes informations et de les bonnes réponses quand ils demandent des questions par rapport à la Basketball Africa League (BAL). Je m’occupe de mon équipe, j’envoie toujours des mails à des gens différents d’ici. Donc,  je suis un lien entre eux et le personnel de la BAL.»

Professionnelle de l’événementiel

Negrita Rudasingwa est une habituée de ce genre de responsabilité. Elle travaille, en effet, dans le secteur de l’évènementiel. Et elle a été recrutée par les responsables à travers une organisation basée à Kigali. Elle n’a pas hésité à donner son accord.

«C’est  vraiment très intéressant. Je suis très ravie d’avoir participé à la BAL, s’enflamme-t-elle. C’est quelque chose d’historique. Je suis honorée d’avoir participé à ce grand événement du basket africain. Je suis dans beaucoup de choses, je suis dans l’événementiel en tant que protocole. J’interprète en anglais et en français aussi. Je suis dans  plusieurs domaines.»

Fierté locale

Ils sont douze «Team Liaisons» au service des équipes de la BAL : huit hommes et quatre femmes. Mais il n’y a que deux Rwandaises, Francine Kaligirwa et Negrita Rudasingwa. «Tout le monde était surpris que j’aie pu participer à la BAL en tant Rwandaise parce qu’il n’y en a pas beaucoup, apprécie a jeune dame (25 ans). Comme c’est une liaison mais bon je suis contente d’avoir participé à cet événement. Mes amis et ma famille sont fiers de moi. J’espère que j’aurais d’autres opportunités de participer à des grandes choses comme ça. J’espère bien que dans les années à venir j’aurai l’opportunité de participer à d’autres grands événements sportifs comme la BAL.»

Plongée au milieu des basketteurs, Negrita Rudasingwa, qui a été candidate malheureuse au titre de Miss Rwanda, ne cache pas sa préférence pour le football. Elle dit : «Quand j’étais petite j’aimais le football et j’ai joué le football, même si je n’ai jamais joué une compétition officielle. J’étais défenseure. Et j’étais vraiment talentueuse je ne sais pas ce qui s’est passé après mais j’aimais trop le football. Quand j’étais en secondaire oui, mais ça fait longtemps de cela. J’ai participé à la compétition de Miss Rwanda.»

L’invite aux jeunes filles et à la BAL

Titulaire d’une licence (Business, Information et Technologie), elle va terminer ses études cette année. «Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve mais j’ai des rêves de continuer ailleurs», soutient la «Team liaison», qui n’a pas manqué de lancer un appel aux jeunes filles rwandaises et africaines.

«Je leur conseille d’être concentrées sur ce qu’elles font, de croire en leurs qualités et rêves, mais surtout de poursuivre leurs études, suggèrent-elle. Si elles aiment le sport, par exemple le basket, je leur demande de s’y lancer à fond. La femme peut tout faire. Je les encourage à poursuivre leur rêve. Elles doivent se concentrer sur elles et aller jusqu’au bout. Que ce soit la musique ou tout autre chose.»

Une BAL au féminin

Le Rwanda est devenu un hub sportif au regard des nombreuses compétitions accueillies ces dernières années, dont cette saison inaugurale de la BAL. Et cela suscite un engouement surtout au sein de la population féminine. Alice Muhongerwa, trésorière de la Fédération rwandaise de basket, figure parmi les icônes de ce rayonnement des femmes dans le sport au Pays des mille collines.

«Beaucoup de femmes rwandaises commencent à pratiquer le sport, signale Negrita Rudasingwa. Elles participent à des tournois et des compétitions différentes. Elles s’intègrent et ça va très vite. On espère bien que les organisateurs (de la BAL) vont organiser un tournoi pour les filles. Certaines sont talentueuses.»

Victor BAGAYOKO

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram