Basketball : l’Afrique centrale veut rattraper son retard

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

Actus BasketballAutresBasketballFIBA

Basketball : l’Afrique centrale veut rattraper son retard

Contrairement aux autres zones du continent, l’Afrique centrale traine les pas pour le développement de son basketball. Mais les dirigeants, conscients de leur retard, ont enclenché un processus pour se rattraper. Ils ont mis en place, au mois d’août dernier, l’Association des ligues majeures de basketball d’Afrique centrale pour relever cet immense défi.

Les équipes nationales de l’Afrique centrale atteignent difficilement les demi-finales d’un tournoi continental. Dans l’histoire, il n’y a que la RCA qui a écrit son nom dans le palmarès de l’Afrobasket masculin. Par deux fois en1974 et 1987. Chez les dames également, une seule nation a gagné. C’est la RD Congo, à l’époque où elle s’appelait encore Zaïre (1983, 1986 et 1994). Et les clubs champions peinent aussi à s’imposer au niveau africain.

A cela, il faut ajouter l’absence des dirigeants de cette zone à des postes de responsabilités au sein de  FIBA Afrique et Monde. C’est ce qui explique sûrement  que les pays de l’Afrique centrale organisent très peu de tournois majeurs. En garçons, seule la RCA a tenu l’Afrobasket en 1974. Et pour les dames, le Cameroun a accueilli le continent en 2015. C’est tout.

Pour tenter d’apporter une solution à ce souci qui perdure, les présidents des Ligues majeures de basketball des pays de cette sous-région ont décidé d’unir leurs forces. Afin de rattraper leur retard. C’est ainsi qu’une association a été mise en place en août 2020. Il s’agit de l’ALMAC : l’Association des Ligues majeures de basketball d’Afrique centrale. Elle est composée de la RCA, du Congo Brazzaville, du Tchad, du Gabon, du Cameroun et de la RDC. Cette plateforme a pour objectif de regrouper les ligues et de favoriser un travail collectif. Unir ses forces pour avancer sûrement et longtemps.

Organisation de compétitions de jeunes

L’ALMAC peut-il faciliter le développement du basketball de cette zone ? En tout cas les 6 pays membres ont grand espoir. A 44 ans, Guy Maurice Limbio est désigné président de cette nouvelle structure par ses pairs de Brazzaville, Kinshasa, Yaoundé, Ndjamena et Libreville. Issu d’une famille de basketteur, Limbio est président de la Ligue de Bangui, ligue majeure de la Centrafrique depuis 2017. Il est aussi président du club Zarasclo depuis 2014. Entraîneur de basket-ball de 2007 à 2011, il fut aussi arbitre.

Ses fonctions dépassent aujourd’hui les 623000 km2 de la superficie de la République Centrafricaine et s’étend dans les autres pays de l’ALMAC. Selon Guy Maurice Limbio, ce cadre de travail formel va permettre de piloter les actions communes pour le développement du basketball en Afrique centrale.

«Les objectifs à très court terme c’est de faciliter l’organisation de compétitions sous régionales des jeunes. Nos jeunes ont besoin d’être plus aguerris avant d’aller à des compétitions continentales contre les grandes nations qui sont mieux organisées. Je veux nommer les nations de l’Afrique du nord et de l’Afrique de l’ouest» explique le dirigeant.

«Nous avons beaucoup de pistes que nous allons traduire très prochainement en actions de proximité auprès des ligues majeures, mais également auprès des académies qui existent. Tout cela pour hisser progressivement le niveau de tout un chacun» ajoute-t-il.

Bienvenu GBELLO

Bureau de l’ALMAC

Président : Guy Maurice Limbio (République centrafricaine)

Secrétaire général : Dorland Bonango (Gabon)

Vice-présidents : Yves Tsala (Cameroun), Fabrice Makaya (Congo) et Hissen Tahir (Tchad)

Membres conseillers : Trésor Nganga (RD Congo), Claude Koulengana (Congo)

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com