fbpx
French VERSION

Mondial – U19 : le coach Alhadji Dicko tacle les autorités sportives maliennes

Alhadji Dicko, coach U19 Mali
Alhadji Dicko, le coach du Mali donne ses consignes aux Aiglons

En sept matches, le Mali n’a obtenu que deux succès. Et ce n’était que lors des matches de classement pour les 13e et 16e places. Les Aiglons ont battu le Japon (104-66) et le Porto Rico (95-92). Deux victoires qui permettent donc au Mali de finir 13e. Deuxième il y a deux ans en Grèce, la chute est ainsi brutale. Plusieurs facteurs ont précipité ce déclin du double champion d’Afrique U18 (2018 et 2020).

«On ne m’a permis d’avoir qu’un seul adjoint»

Interpellé sur la participation de son équipe lors des matches de classement contre l’Iran (défaite, 71-59) vendredi, Alhadji Dicko, le coach du Mali reconnait la désillusion. Mais le technicien donne aussi les explications de cet échec dans ce Mondial U19. Le premier est son staff technique limité. «Dans mon staff, je n’ai qu’un seul adjoint, confie Dicko. Les autorités sportives l’ont voulu comme ça. On ne m’a permis d’en avoir qu’un seul. Contrairement à l’édition de 2019 où j’avais un ancien joueur qui faisait office de 3e adjoint de façon non officielle. Il s’occupait également de la vidéo. Donc cette année, je n’ai même pas eu le temps d’étudier les statistiques pendant les différents quart-temps. Ça c’est un premier aspect».

«Je n’ai pas été payé depuis janvier 2020»

Le technicien pointe aussi du doigt l’absence de motivation. «Après avoir été vice-champion du monde en 2019, les joueurs n’ont pas été récompensés. Ils n’ont même pas reçu les honneurs de la nation qu’ils méritaient. Je pense que c’est un élément à prendre en compte» explique-il. L'entraineur fait également une révélation encore plus surprenante. «Je n’ai pas été payé depuis janvier 2020. Donc pratiquement nous avons remporté la Coupe d’Afrique sans salaire. Et en venant en Coupe du monde, on ne peut que se contenter de ce que l’on a», dit Alhadji Dicko.

«L’Afrique manque de sérieux»

Selon le coach des Aiglons, l’Afrique peine aujourd’hui encore à s’imposer devant les Etats-Unis ou les nations européennes à cause d’un manque de volonté politique. «Il nous manque du sérieux. Il faut que les autorités politico-administratives acceptent d’accompagner réellement le sport. Ou qu’elles refusent catégoriquement de le faire. Aujourd’hui, il est inconcevable que le Mali dispose d’une seule salle de basket pour toutes les équipes nationales. Je pense que les équipes africaines et les fédérations sont à soutenir. Elles font assez d’efforts. Mais lorsqu’on n’est pas accompagné comme il se doit, ces efforts seront vains», conclut Alhadji Dicko.

Victor BAGAYOKO

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram