fbpx
French VERSION
, ,

Bitseki Moto : «la situation des joueurs gabonais est catastrophique»

Le gardien international gabonais Stéphane Bitseki Moto (38 ans, 25 sélections) vit une situation paradoxale à Malte. Le championnat local a été définitivement arrêté en raison de la crise sanitaire le 8 avril sur décision des autorités. Le joueur du FC Mosta, en fin de contrat le 30 avril prochain, ne sait pas de quoi son avenir sera fait, s’inquiète également du sort de ses compatriotes, privés de compétition au Gabon depuis plus d’un an.

Bitseki Moto
Bitseki Moto

Entretien

Les autorités maltaises ont annoncé le 8 avril l’arrêt définitif du championnat national. Comment avez-vous vécu cette décision ?

Vers le 15 mars, le gouvernement avait décidé de fermer les restaurants, les bars, les commerces non essentiels, et de refaire le point le 26 avril. Le foot s’est arrêté à cette date, une semaine avant la trêve internationale. Je pensais qu’on allait reprendre début avril. Mais le 8, on a appris que le championnat était définitivement arrêté. Comme beaucoup de monde, j’ai été surpris. Je pensais qu’il serait possible de continuer à jouer, avec le protocole sanitaire mis en place. Mon club, le FC Mosta, était d’ailleurs toujours en lice pour décrocher une qualification européenne.

Depuis cette annonce, que faites-vous ?

Les clubs ont mis les joueurs en vacances. Il n’y a plus d’entraînements. Après, on peut toujours s’entretenir individuellement… Le 30 avril, je serai en fin de contrat. Je vais très probablement rentrer au Gabon, pour voir ma famille, mes amis. Je ne sais pas encore de quoi mon avenir sera fait. Je ne signerai sans doute pas de nouveau contrat avec le FC Mosta. Cela fait un peu plus de deux ans que j’y suis, depuis janvier 2019, et au niveau contractuel, je ne peux pas dire que ce soit très satisfaisant. Donc, pour l’instant, je ne sais pas. J’ai fait de bons matches à Malte, des clubs pourraient être intéressés. Ou ailleurs. J’ai 38 ans, je sais que ce n’est pas jeune pour un joueur, mais physiquement, je suis en pleine forme, je ne me sens pas usé, bien au contraire.

Vous avez quitté le Gabon tardivement, pour un championnat certes européen, mais peu médiatisé…

J’avais fait toute ma carrière au Gabon, à l’US Bitam, à Mangasport, puis à Mounana. J’avais un salaire tout à fait correct dans ce club, et le président voulait que je reste dans le but d’intégrer à la fin de ma carrière le staff technique. Mais j’ai reçu cette proposition d’aller jouer à Malte. Au Gabon, vous savez que c’est difficile d’être footballeur professionnel. Il y a des retards fréquents dans le versement des salaires, le déroulement des compétitions n’est pas régulier. J’avais donc eu cette offre de signer au FC Mosta. Pour me libérer de mes six derniers mois de contrat à Mounana, j’avais versé environ 10000 euros au club. A Malte, je ne signais pas pour l’argent, car le salaire était très modeste, mais j’avais envie de tenter cette expérience en Europe, pour voir autre chose.

                    «J’ai encore envie de jouer quelques années »

Qu’en retenez-vous, d’un point de vue général ?

Déjà, le pays est superbe. Les gens sont sympas, accueillants. J’ai appris l’anglais, pour communiquer. Au niveau du foot, j’ai vu le championnat s’améliorer, avec l’arrivée de joueurs étrangers, notamment sud-américains et africains, mais aussi européens. Il y a aussi quelques bons joueurs locaux. Il y a des clubs bien structurés, qui ont des moyens, et peuvent verser de bons salaires. Le FC La Valette, Floriana, Hibernians, Hamrun Spartans… A Mosta, c’est différent. C’est un endroit assez riche, mais le club ne fait pas partie des mieux dotés. Ce n’est pas un championnat très fort, Malte est un petit pays, mais il y a quand même des matches de qualité, avec, c’est vrai, beaucoup de différences entre les meilleures équipes et les autres. On peut avoir de très gros scores.

Personnellement, êtes-vous satisfait de votre bilan ?

J’étais revenu au FC Mosta en début de saison dernière, sur l’insistance du coach. J’ai fait de bons matches, j’ai pu me mettre en évidence, et montrer que je suis en pleine forme. Hélas, les deux dernières saisons ont été arrêtées précocement à cause de la Covid-19. Cela m’a privé de plusieurs matches. Mais je pense que certains clubs maltais ont remarqué mes performances. On ne sait jamais, je vais peut-être trouver un club ici. Ou ailleurs. J’ai quand même un bon CV, de l’expérience, j’ai participé à des phases finales de CHAN, j’ai été retenu quatre fois pour la CAN, j’ai joué des matches de coupes d’Afrique avec mes clubs. J’ai encore envie de jouer quelques années Ce qui m’ennuie aussi, c’est qu’avec cette situation, je ne vais sans doute pas pouvoir postuler pour les deux matches de la sélection en juin, en qualifications pour la Coupe du Monde, contre la Libye et l’Egypte. Sans avoir joué depuis le mois de mars, ça va être très compliqué…

La situation au Gabon, où le championnat est arrêté depuis mars 2020, vous ferme déjà une porte, puisque les compétitions ne devraient pas reprendre avant, au mieux, septembre ou octobre...

La situation des footballeurs dans mon pays est catastrophique. Depuis des années, il y a des retards dans le versement des salaires, alors que c’est l’Etat qui subventionne le foot professionnel. On peut donc se demander où va l’argent. Et avec la crise sanitaire, les choses se sont aggravées. Cela fait plus d’un an que tout est à l’arrêt, et je ne comprends pas pourquoi l’Etat n’autorise pas le championnat à reprendre, avec un protocole sanitaire. Les joueurs auront passé plus d’un an et demi sans jouer, ce sont des carrières brisées, c’est une catastrophe pour le foot gabonais. Heureusement, il y a la sélection nationale, qui s’est qualifiée pour la CAN au Cameroun. Mais les clubs sont importants. On ne peut pas laisser cette situation durer. Les dirigeants doivent réfléchir à la meilleure façon de stabiliser le foot au Gabon. On ne peut pas continuer ainsi…

Propos recueillis par Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram