fbpx
French VERSION

Boxe: El-Mardi, chance de médaille olympique pour le Maroc

Elle fait la fierté de la boxe au féminin au Maroc, à 29 ans. Khadija El-Mardi représente une vraie chance de médaille aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo (30 juillet-8 août 2021). Pour son pays et pour le continent africain.

 

La pugiliste marocaine El-Mardi est l'une des boxeuses  les plus en vue du continent.
Khadija El-Mardi, une valeur sûre de la boxe féminine en Afrique.

Voici venue une nouvelle année. On accueille 2021, tout en espérant qu’elle arrive avec son lot de bonnes surprises, de joies et de performances sportives. 2020 a assombri le tableau sportif. Coronavirus est passé par là. Il faut vite tourner la page. Afin de retrouver le sourire qui s’affiche sur le visage des sportifs à chaque exploit. On s’impatiente alors de voir celui de la championne de boxe Khadija El-Mardi, illuminer les rings de Tokyo, aux Jeux Olympiques à l’été 2021. La Marocaine a le talent et les qualités pour bousculer son monde.

À 29 ans, son parcours force l’admiration. Surtout dans un pays bâillonné par les préceptes religieux. Voir une femme pratiquer un sport aussi «dangereux», est sans doute, mal vu. Mais Khadija El-Mardi impose le respect, fait tomber les clichés grâce aux performances exceptionnelles qu’elle apporte à son pays. Inscrite dans la catégorie des moins de 75 kg, elle est classée dans le top 3 mondial pour les Jeux Olympiques de Tokyo en poids moyen. Ce classement est surtout important. Car, il permettra à la Marocaine, d’éviter les athlètes les plus compétitives lors des premiers tours.

Le Bronze aux Mondiaux de boxe en Russie

La pugiliste est déjà entrée dans l’histoire de la boxe marocaine. En 2019, elle offre une première médaille de bronze au Royaume Chérifien, gagné aux Mondiaux de boxe en Russie. La championne du Maroc en titre était pourtant restée trois ans sans combattre à cause d’une grossesse. Mais quand elle revient sur les rings, elle balaie toutes les adversaires sur son chemin.

Quart de finaliste des JO de Rio en 2016, elle est également championne d’Afrique en 2019. Reste maintenant à confirmer tout son talent à Tokyo. «Le compte à rebours pour les Jeux olympiques de Tokyo a commencé. Commence le rêve d’une qualification pourquoi pas, celui d’y décrocher une médaille. J’ai accumulé de l’expérience et j’ai une grande dose de détermination et de patience pour atteindre cet objectif», confesse-t-elle. Elle a déjà décroché sa qualification lors du tournoi de qualification olympique (TQO) de Dakar en février 2020.

60 millions FCFA pour une médaille en or

La Fédération royale de boxe a trouvé la parade toute faite pour motiver ses sportifs engagés. En effet, elle a décidé de donner un million de dinars (DH), environ 60 millions FCFA, pour tout athlète qui gagnera une médaille d’or. 600.000 DH (environ 36 millions FCFA) pour une médaille d’argent et 300.000 DH (18 millions FCFA) pour chaque médaille de bronze. C'est avec la boxe que le sport marocain avait sauvé son honneur aux derniers JO de Rio de Janeiro en 2016. Alors que le Maroc avait déplacé une délégation forte de 49 athlètes, seule la boxe lui avait rapporté une seule médaille de bronze. Cette raison pousse donc les dirigeants à tout miser sur Khadija El-Mardi.

Déjà une belle cagnotte pour El-Mardi

«Un boxeur doit être solide mentalement, et fort physiquement. C’est pour cela que l’accompagnement est très important pour nous. Que ce soit au niveau médical ou celui de la préparation mentale. Et, bien sûr, la motivation financière va nous donner un certain équilibre au niveau personnel», dit Khadija El-Mardi. La championne de boxe peut ainsi sereinement préparer les Jeux Olympiques. Sa Fédé l’a mise à l’abri de tout besoin. La puncheuse a déjà une belle cagnotte qui pourrait lui permettre de rester focus sur son objectif.

L’instance lui a déjà versé 50.000 DH (environ 3 millions FCFA) en deux tranches de 25.000 DH. La Fédération a aussi payé une prime de 100.000 DH (près de 6 millions FCFA) à El-Mardi, médaillée de bronze aux Championnats du monde 2019 à Oulan-Oude, en Russie. En plus d’une autre prime de 200.000 DH que le ministère de la Jeunesse et des Sports lui a versée. Autant d’argent, juste pour la motiver et qu’elle ne pense à rien d'autre que boxer et remporter une médaille. On a ainsi hâte de voir Khadija El-Mardi monter sur les rings de Tokyo.

Jim CEESAY

 

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram