Boxe: Idrissa Guèye, un puncheur revanchard

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

A la UneAutres SportsBoxeUNE

Boxe: Idrissa Guèye, un puncheur revanchard

La boxe sénégalaise entame un nouveau cycle après des années d’hibernation. Une nouvelle fédération en place et surtout l’éclosion de nouveaux talents comme Idrissa Guèye. Le nouveau poulain du triple champion du monde Souleymane Mbaye est lancé vers les sommets.

Le Sénégal a abrité début 2020 le tournoi de qualification olympique de boxe. Une première étape du renouveau de la discipline pour ce pays qui a connu d’illustres champions comme Batling Siki. Mais une nouvelle génération est prête à redorer le blason de la discipline au Sénégal. Idrissa Guèye en est la tête de proue.

Né le 4 avril 1994 à Diourbel à 150 km à l’est de la capitale sénégalaise, Idrissa est tombé amoureux de la boxe sur le tard, à 16 ans. Alors que la plupart des jeunes garçons de son âge jouent au foot, lui préfère squatter la salle de boxe du stadium Iba Mar Diop, dans le centre de Dakar. «Tous les vendredis, il y avait des réunions de boxe au stadium et comme j’habite la Médina, c’était tout proche. C’est mon frère qui a eu l’idée de me mettre à la boxe même si au début ce n’était pas pour devenir boxeur mais pour avoir le contrôle sur moi» raconte Idrissa, interrogé par Sport News Africa (SNA).

Très vite, le jeune Idrissa Guèye prend goût à enfiler ses gants. Il commence à travailler son jeu de jambes. Et le voilà parti pour devenir le nouveau phénomène de la boxe sénégalaise. Lui qui passait des heures dans les cybercafés à visionner les K.O de l’idole de son enfance, Mike Tyson. Pourtant, l’aventure démarre avec une disqualification en quart de finale des championnats d’Afrique à Brazzaville au Congo (2017).

Couvé par un ex-champion du monde

Après avoir remporté ses deux premiers combats, Idrissa est rattrapé par la patrouille pour un excédent de 200 petits grammes. «En fait, j’étais arrivé en retard à la pesée et je n’ai pas eu droit aux 30 minutes pour dégraisser et éliminer ces 200 grammes de trop», explique-t-il. Cette désillusion le pousse à envisager d’arrêter la boxe. Mais un message d’encouragement de son futur coach, le champion Souleymane Mbaye, le réconforte sur Facebook: «Courage champion! Le premier adversaire, c’est le poids». Alors, Idrissa Guèye se remet de nouveau à y croire. Par deux fois, il retrouve les sommets, vice-champion d’Afrique et finaliste des championnats d’Afrique de la zone Ouest-Africaine.

Il y a un an et demi, Idy comme le surnomment les intimes, rejoint le giron de Souleymane Mbaye, triple champion du monde (2 fois en super-légers et une fois chez les welters). Il fonde de grands espoirs en Idy. «C’est un boxeur technique, longiligne et orgueilleux. Il sait qu’il peut réussir. S’il gagne son premier combat, il obtiendra peut-être un contrat en France, mais continuera à s’entraîner ici. Si on veut éviter de faire croire que l’eldorado est ailleurs, il faut leur montrer qu’on peut briller chez nous», assure Souleymane. Idrissa fait cette entrée en matière dans le monde professionnel de la boxe à Paris, le 12 octobre 2019. Il s’impose aux points et à l’unanimité des juges face à un boxeur géorgien.

«Devenir champion du monde»

Un souvenir impérissable qu’il savoure à sa juste valeur. «J’avais une bonne préparation et j’avais tous les atouts de mon côté, martèle-t-il. On s’était rendu à Cuba où j’ai eu la chance d’avoir pas mal de sparring-partners de leur équipe nationale de boxe. Je suis sorti victorieux de ce premier combat en pro avec beaucoup plus d’assurance surtout avec Souleymane derrière». Idy ne s’y trompe pas. Il sait qu’être entraîné par un champion du calibre de Souly, comme il affectueusement son coach, reste une immense chance pour réaliser ses rêves les plus fous.

«C’est une immense chance d’être entraîné par Souly. Trois fois champion du monde, ça n’est pas une chose donnée à tout le monde. Contrairement aux autres avec lui on travaille les moindres détails, surtout l’aspect tactique et technique. En plus, il m’offre une ouverture à l’international. Avec mon premier combat il m’a permis de m’inscrire dans le circuit BoxRec. Ce qui me laisse une chance d’être pressenti pour des soirées de championnat du monde» soutient Idrissa Guèye, ambitieux.

Mais cette victoire chez les professionnels est juste une étape vers le rêve ultime d’Idrissa: «devenir champion du monde pour le Sénégal et l’Afrique».

Moustapha M. SADIO

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com