fbpx
French VERSION

Burundi : le football féminin sur la bonne voie

Avec 10 clubs en première division et 10 en deuxième division, le football féminin attire pas mal de joueuses. Toutes ces équipes sont réparties sur tout le territoire. Cette année, PVP Buyenzi est championne du Burundi tandis que la deuxième division est toujours en cours. Le problème sérieux est le manque de sponsors.

Le football féminin est sur la bonne voie au Burundi
Le football féminin est sur la bonne voie au Burundi

Le football féminin a de beaux jours devant lui au Burundi. Les équipes féminines s'implantent dans tout le pays en proportions presque égales. Chaque province possède, en effet, une formation. Sauf la capitale économique Bujumbura, qui compte deux équipes. Le championnat se joue sur tout le territoire et les équipes voyagent de province en province. Contrairement, cependant, aux années passées où tous les matchs ne se jouaient qu'à Bujumbura.

L’affiche PVP – FOFILA en référence

Ainsi, cette politique favorise la naissance de beaucoup de clubs et brise les tabous. En effet, au Burundi, il y a des gens qui ne comprennent pas encore comment une dame peut taper dans un ballon de football. Heureusement, aujourd’hui, ces personnes ne sont plus nombreuses. Et les licenciées dans le football féminin augmentent chaque année.

Toutefois, les spectateurs ne sont pas nombreux à suivre tous les matchs. Mais l’opposition PVP - FOFILA compte bien souvent plus d’audience que les affiches de bas du tableau des équipes masculines. Ce sont, en effet, les deux équipes qui occupent chaque année les deux premières places du classement.

Mais, cette année, PVP Buyenzi a détrôné FOFILA qui restait sur une série de quatre titres en championnat. Cette formation de Buyenzi, un quartier où on ne discute que du football, finit même invaincue n’égalisant qu’une fois.

Un manque de sponsors

Néanmoins, le problème qui hante le football féminin au Burundi est le manque de moyens. Au moment où la Brasserie et Limonaderies via sa bière Primus appuient le football masculin, le football féminin n’a pas de sponsors. Il est, en effet, soutenu à 100% par la Fédération de football du Burundi (FFB). Cette année, la FFB a donné 5 millions à chaque club pour les préparatifs d’avant championnat. En plus d’assurer les frais de déplacement.

Cette contribution est très appréciée par les présidents des clubs. Mais ils demandent tout de même que les disparités entre les champions masculin et féminin au niveau des prix soient allégées. À titre d’exemple, à la fin du championnat, les hommes reçoivent, en effet, 25 millions de francs burundais (7 millions FCFA) et les dames 3 millions (847 715 FCFA).

La présidente de la commission du football féminin, Eugénie Kabura, ancienne joueuse des Onze Étoiles, affirme connaître les difficultés que rencontrent les présidents des clubs. «Je suis consciente des sacrifices que vous faites pour faire vivre vos équipes. Je plaiderai toujours pour vous pour que le football féminin aille de l’avant. Nous sommes sur la bonne voie et je pense que rien ne nous arrêtera», déclare-t-elle.

Pour Eugénie Kabura, l’objectif de cette année est que l’équipe championne participe à la compétition africaine des clubs champions. Et que l’équipe nationale dépasse le cadre de la CECAFA.

Désiré HATUNGIMANA

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram