fbpx
French VERSION

Neveu : «Contre la RDC, notre meilleur match»

Patrice Neveu
Patrice Neveu

Entretien.

Il y a une semaine débutait le stage de préparation pour les deux derniers matchs de ces qualifications pour la CAN, avec la quasi-totalité de votre effectif bloqué à Paris à cause d’un problème d’avion. Aujourd’hui, vous êtes un sélectionneur à l’esprit beaucoup plus léger…

Oui. La qualification est acquise, mais rien n’a été simple. Nous avons appris le 20 mars que le gouvernement français avait accordé une dérogation aux joueurs hors Union européenne (UE), afin que ceux-ci puissent jouer avec leur sélection, sans avoir à respecter une semaine d’isolement à leur retour en France. L’avion qui devait acheminer à Libreville beaucoup de mes joueurs devait décoller le lundi de Paris, il n’est parti que le mardi en fin de journée, à cause d’un problème technique. On jouait le jeudi après-midi… L’avions est arrivé dans la nuit de mardi à mercredi, nous n’avons donc eu qu’une séance d’entraînement, avec des joueurs certes fatigués, mais très motivés.

Comment avez-vous réussi à préparer ce rendez-vous capital face à la RD Congo ?

J’avais décidé de changer mon système de jeu, en demandant à Guélor Kanga (Etoile Rouge Belgrade/Serbie) de jouer plus haut et d’être plus proche de Pierre-Emerick Aubameyang (Arsenal/Angleterre). Sinon, dans ma causerie, j’ai insisté sur ce que nous avions fait depuis le début de ces qualifications. En insistant sur le positif, sans occulter le négatif. Et puis, malgré les difficultés rencontrées avant ce match, je disposais de la totalité de mon effectif, ce qui n’était pas le cas de la RDC…

Votre équipe a-t-elle disputé son meilleur match depuis le début des qualifications ?

Sans aucun doute. Et même son meilleur match depuis que je suis sélectionneur (mai 2019, ndlr). Un match solide, avec des joueurs très impliqués, très sérieux, très disciplinés. Pierre-Emerick Aubameyang, qui a marqué un but, a ainsi joué un match de très bon niveau. J’ai un effectif de qualité, qui peut nous permettre de jouer un rôle intéressant au Cameroun. Pour les Gabonais, il était d’ailleurs très important de se qualifier, pour une compétition qui aura lieu dans un pays voisin.

«Conserver la première place du groupe devant la Gambie»

Quand vous avez été choisi pour entraîner le Gabon, celui-ci sortait à peine d’une élimination de la CAN 2019 par le Burundi. L’ambiance était notoirement morose…

Oui. Les supporters étaient déçus, certains s’étaient éloignés de la sélection. Et certains joueurs ne voulaient plus venir en sélection. Il y avait des problèmes en interne. Une de mes premières décisions a été de ne pas jouer de match amical en septembre, alors que j’en avais la possibilité. J’ai préféré faire un tour d’Europe, aller voir les joueurs pour leur expliquer mon projet, ma façon de fonctionner. J’ai la réputation d’être un coach assez autoritaire, mais l’autorité ne parle pas uniquement par le fait de parler fort. Oui, il m’arrive de parler fort, mais j’ai voulu aussi et surtout établir des règles et instaurer une relation de confiance avec mes joueurs.

Cela signifie-t-il que tout est définitivement apaisé au sein de la sélection ?

Rien n’est jamais acquis. Il faut toujours rester attentif, ne pas se relâcher, continuer à améliorer les choses, dans le fonctionnement du groupe, dans la composition du staff technique. Mais l’état d’esprit est positif, les résultats sont bons, et cette qualification va renforcer cela. Mon rôle va aussi consister à maintenir ce lien avec les joueurs. Comme les matchs internationaux n’ont lieu que tous les deux mois, je me dois d’être en contact avec eux, d’aller les voir quand ils jouent en club, les avoir au téléphone, parler de football, mais pas seulement. Il faut savoir être à leur écoute, et cela fait partie de ma fonction.

Le match en Angola de ce lundi peut permettre à votre équipe de conserver la première place du groupe. Mais la mission s’annonce difficile, puisque plusieurs de vos joueurs ont quitté la sélection…

Oui. Je n’ai plus que quatorze joueurs et trois gardiens à ma disposition. J’ai libéré certains joueurs (Pierre-Emerick Aubameyang, Mario Lemina, Denis Bouanga), Aaron Boupendza est suspendu, Didier Ndong est resté au Gabon pour des raisons familiales, deux joueurs ont été testés positifs à la Covid-19… Je vais donc faire tourner l’effectif, donner du temps de jeu à certains joueurs. Mais nous prenons ce match très au sérieux, car nous souhaitons également conserver la première place de notre groupe devant la Gambie. Car nous n’avons toujours pas oublié la façon dont nous avions été accueillis à Banjul en novembre dernier…

Propos recueillis par Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram