fbpx
French VERSION

Canon - Tonnerre, le derby fratricide du Cameroun

Nés du même patriarche, mais ennemis jurés, le Canon et le Tonnerre sont les deux clubs mythiques de Yaoundé. A chacune de leurs oppositions, le feuilleton de leurs querelles refait surface, pour le plus grand plaisir des amoureux des rivalités fraternelles.

Ulrich Tondji compte les jours. La nouvelle recrue du Tonnerre Kalara Club (TKC) de Yaoundé a hâte de disputer enfin le championnat de première division. A 21 ans, le milieu de terrain a à cœur de se frotter aux meilleurs clubs du Cameroun. Première cible dans son viseur, le Canon Sportif de Yaoundé. «Toute mon enfance, j’ai été bercé par les histoires de derby entre le Tonnerre et le Canon. Ce sont les meilleurs matchs de l’histoire de notre football!», s'enthousiasme Tondji. Il ajoute: «C’est un rêve pour moi de pouvoir disputer un derby face au Canon. C’est le genre de match qui peut s’avérer déterminant pour une carrière. Tant il cristallise les attentions

Au Cameroun en effet, qui dit derby pense aussitôt au duel entre les frères ennemis de Yaoundé. Le Canon, club le plus titré du pays considère le Tonnerre comme une jeune équipe à qui il doit toujours donner la fessée. Mais ils sont tous deux historiquement opposés. Les hooligans sont les membres d'une même famille (Mvog-Ada et Nkolndongo) et certains joueurs sont parfois issus de la même maison. Bien-sûr, les matchs débutent entre voisins, supporters et dirigeants. Les Canonniers ne jurent que par leur armoire à trophées: 1 Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe, 3 Ligues des champions de la CAF, 11 Coupes et 10 trophées de champion du Cameroun. Là où le TKC prône la passion pour ses couleurs.

Frères ennemis

C’est le 9 novembre 1930 à Mvog-Mbi, quartier populaire de la capitale que le dénommé Omgba Zing fonde le Canon Sportif. Mais à la suite d'une série de brouilles en interne, le président-fondateur quitte le club pour en créer un autre, quatre ans plus tard. C'est l'acte de naissance du Tonnerre et le début d’une rivalité féroce. Du coup, les matchs entre les deux clubs sont assurément les plus importants et les plus attendus du pays. A cause de la qualité du spectacle qu’ils garantissent. A chaque rencontre, des dizaines de milliers de spectateurs prennent d'assaut la cuvette du stade Omnisports de Yaoundé.

Serrés les uns contre les autres. Pas question de louper ce rendez-vous qui met aux prises deux constellations de stars! D’un côté, le Canon de Thomas Nkono, Théophile Abéga et Jean Manga Onguéné, tous sacrés au moins une fois Ballon d’or africain. De l’autre côté, le Tonnerre des légendes Georges Weah et Roger Milla, respectivement triple et double Ballon d’or. Outre le lien de «parenté» et la proximité (les deux quartiers sont voisins), la rivalité tenait également du fait que les joueurs de ces deux clubs constituaient à eux seuls l'ossature principale de l’équipe nationale du Cameroun. Une belle performance lors d’un derby pouvait donc garantir une place de titulaire en sélection.

Querelles et fuites de talents…

Seulement, depuis une vingtaine d’années, le Canon et le Tonnerre ne «boxent» plus dans la catégorie des poids lourds. Les deux clubs ont perdu leur prestige d'antan. S’ils ont totalement disparu de la scène continentale, au plan national, ces clubs mythiques se battent pour exister. Régulièrement dans l’ascenseur entre la deuxième et la première division, les querelles intestines ont fini de faire fuir les talents et les pourvoyeurs de fonds. Du coup, le derby de Yaoundé ne fait plus courir.  

Kigoum WANDJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram