CAVB: Bouchra Hajij, la Lionne qui veut détrôner Amr Elwani

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

A la UneAutres SportsSport News AfricaUNEVolleyball

CAVB: Bouchra Hajij, la Lionne qui veut détrôner Amr Elwani

Bouchra Hajij est l’une des rares femmes à s’imposer dans le top management du sport africain. Présidente de la Fédé royale marocaine de volleyball (FRMVB) depuis 2014, l’ancienne volleyeuse veut détrôner l’ogre égyptien Amr Elwani de la présidence de la Confédération africaine.

Verra-t-on bientôt une dame à la tête de la Confédération africaine de volleyball (CAVB)? Les chances de changement sont certes minces, mais la probabilité reste entière. Car, une fois n’est pas coutume, une femme se lancera dans la course à la présidence de l’instance lors de l’Assemblée générale élective prévue les 24 et 25 octobre 2020 à Cape Town en Afrique du Sud. Il s’agit de Bouchra Hajij, présidente de la Fédé royale marocaine de volley (FRMAVB). Une forte personnalité dans le monde du volley continental.

Mais le défi est énorme pour la patronne du volley marocain. Pour certains, la mission paraît même impossible vu le calibre de l’adversaire bien implanté tel un baobab. Bouchra Hajij va en effet défier le puissant et influent Amr Elwani. L’Egyptien est en place depuis plus de trois décennies, dont 19 ans à la présidence de la CAVB. Le patron de la Fédé égyptienne brigue un cinquième mandat de quatre ans à la tête de l’instance continentale. Tout un symbole.

Une femme d’exception

Mais l’homme de 64 ans (il en aura 65 le 8 décembre) ne fait pas peur à l’ambitieuse présidente de la Fédé marocaine. Les deux protagonistes se connaissent très bien d’ailleurs. Cela fait cinq ans qu’ils se côtoient au sein de la Confédération. Depuis décembre 2015, soit une année après son élection à la tête de la FRMVB, Bouchra Hajij occupe, en effet, un poste de vice-présidente de l’instance, donnant plus d’envergure à sa personnalité. Aujourd’hui, elle se présente comme la candidate du changement.

Bouchra Hajij avec Ary Graça Filho, président de la FIVB à Lausanne, en Suisse, le 11 novembre 2015.

Et l’ancienne volleyeuse n’en manque pas l’étoffe. Première femme à diriger une Fédé de sport collectif au Maroc, Bouchra Hajij cumule ses fonctions de présidente avec la casquette de membre de la Commission de parité de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA). Elle est la première femme africaine à intégrer le bureau de la Fédé internationale de Volleyball (FIVB) dont elle est vice-présidente. A cela s’ajoute son statut de membre de la Commission Culture et Patrimoine olympique du Comité international olympique (CIO), entre autres. Rien que ça!

Des résultats qui parlent

L’ancienne internationale marocaine fait partie de ces femmes d’exception qui font bouger les lignes. «Mes compétences managériales, mon amour et ma passion pour le volley-ball, ont fait que les dirigeants et présidents des clubs et des Ligues sont venus me solliciter pour assurer une transition, mettre en place une stratégie et une vision et restructurer le volley-ball marocain, que ce soit au niveau administratif ou financier», affirmait-elle, fière, dans un entretien avec l’Agence marocaine de presse en mars 2018.

Bouchra Hajij devant le musée olympique à Lausanne, en Suisse.

Et cinq ans après, les faits parlent pour elle. Depuis son arrivée en 2014, le royaume chérifien a notamment réussi à décrocher un titre continental (beach-volley en 2019). Le pays a également reçu une consécration au championnat arabe, trois qualifications en Coupe du monde et une aux Championnats du monde des Cadettes en Chine. Des performances uniques dans l’histoire du volley marocain. Suffisant pour faire d’elle un challenger plus que crédible. Mais réussira-t-elle à déboulonner le baobab Elwani? That’s the question.

Jean-Charles MAMBOU

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com