fbpx
French VERSION
, ,

Championnats d’Afrique de judo : Dakar, escale cruciale avant Tokyo

Les 42èmes championnats d’Afrique de judo ont démarré ce jeudi à Dakar au Sénégal avec en point d’orgue la quête de qualification aux JO de Tokyo. Le rendez-vous continental est l’une des rares opportunités pour les judokas africains de glaner des points dans le ranking mondial dans la perspective de Tokyo 2020.

De notre correspondant au Sénégal

Dakar Arena accueille depuis ce jeudi les 42es Championnats d'Afrique de judo.
Dakar Arena accueille depuis ce jeudi les 42es Championnats d'Afrique de judo.

Le judo africain fait escale à la Dakar Arena pour les 42èmes championnats d’Afrique séniors. Le Sénégal qui remplace au pied levé le Maroc, offre une des toutes dernières occasions aux judokas africains de se rapprocher d’une qualification aux Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août).

«On travaille dans ce sens (qualification aux JO), on a déjà Zouleiha Dabonne (-57 KG) qui est qualifiée pour les Jeux chez les femmes. Samedi, on a notre -100 KG, Koffi Kreme qui va combattre et qui peut encore se qualifier. Donc Dakar est une chance encore pour valider cette qualification» confie Koné Kinapeya Roméo, entraîneur de la sélection de Côte d’Ivoire.

Dans la même logique, la sélection marocaine de judo profite de ces joutes pour renforcer sa délégation pour Tokyo 2020. «Là on a déjà deux qualifiés pour les Jeux, renseigne Hanane Kerroumi, entraîneur de l’équipe féminine marocaine. Notre -52 KG (Soumiya Iraoui) vient de décrocher la médaille d’or et je pense qu’elle est qualifiée aux Jeux avec ce résultat.»

Déjà focus sur Paris 2024

Pas moins de 38 délégations (record continental) se sont présentées à cette édition des Championnats d’Afrique séniors de judo pour un total de 232 combattants. Le Sénégal, pays hôte du grand rendez-vous continental, essuie une salve de critiques sur la pertinence de se porter volontaire pour suppléer tardivement le Maroc qui s’est désisté à cause de la pandémie de Covid-19. Mais les dirigeants du judo sénégalais défendent leur choix.

«C’est toujours pertinent de pouvoir organiser chez soi afin de permettre au maximum d’athlètes de pouvoir y participer, défend Babacar Wade, président de la fédération sénégalaise de judo. Lorsqu’on allait à Madagascar (2019), nous y étions avec 7 combattants, on organise au Sénégal, l’équipe est de 18 combattants. Donc je pense que c’est un avantage concurrentiel sur lequel nous devons capitaliser pour que nos athlètes encore en course pour les JO à venir, puissent gagner des points.»

A noter que de nombreux pays ont rajeuni leur délégation. La Côte d’Ivoire, le Maroc et Sénégal, notamment, se sont signalés dans ce registre. «On travaille déjà pour les JO de Paris 2024, justifie l’entraîneur ivoirien. On considère que les Jeux de Tokyo sont déjà passés. C’est ce qui explique que nous soyons venus avec beaucoup de jeunes, qu’on a jeté dans le grand bain.»

Même son de cloche du côté du Maroc et du Sénégal dont une partie de leurs combattants étaient présents aux Championnats d’Afrique cadets et juniors à Dakar en 2019.

Les fédérations africaines de judo semblent avoir enfin compris qu’une olympiade se prépare sur une longue période afin de pouvoir rivaliser avec l’Europe, l’Amérique et l’Asie.

Moustapha M. SADIO

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram