fbpx
French VERSION

WAC-Cheikh Comara : « Gagner la Ligue des Champions est un objectif »

Le derby maghrébin entre le MC Alger et le Wydad Casablanca sera une des principales affiches des quarts de finale de la Ligue des Champions, ce vendredi. Le défenseur international ivoirien du WAC Cheikh Comara (27 ans), au club depuis près de quatre ans, assume le statut de favori des Marocains. Et il a réaffirmé sa volonté de poursuivre sa carrière en Europe.

L'Ivoirien Cheikh Comara affiche les ambitions de Wydad en Ligue des champions

De notre correspondant en France,

Un match entre des équipes algérienne et marocaine a toujours une saveur particulière, surtout en quarts de finale de la Ligue des Champions…

Oui. C’est un derby, il y a beaucoup d’attentes, de pression, une certaine tension, même s’il n’y aura pas de public en raison de la crise sanitaire. Les supporters des deux équipes sont impatients. Avec le Wydad, c’est normal : c’est un des meilleurs clubs africains, et nos fans veulent toujours qu’on gagne des titres, que ce soit au Maroc, avec la très forte rivalité qu’il y a avec le Raja Casablanca, ou en Afrique. J’y suis habitué depuis que je l’ai rejoint, c’est très motivant.

Nous nous attendons à un match difficile, face à une très bonne équipe, très solide. Jouer le premier match à l’extérieur est un avantage. Un match nul serait une bonne opération, mais l’idéal serait bien sûr de gagner. Nous avons bien préparé ce déplacement en prenant un point sur la pelouse des FAR Rabat, le 10 mai en championnat du Maroc (0-0), où nous sommes en tête.

Le Wydad est perçu comme un des favoris de cette Ligue des Champions, au même titre qu’Al-Ahly (Egypte). Est-ce un statut que vous revendiquez ?

Nous avons été finaliste en 2019, demi-finaliste en 2020. Ici, on veut toujours remporter des titres. Ce statut, il faut l’assumer, et c’est normal. On attend de nous qu’on soit toujours au sommet. Gagner la Ligue des Champions doit être un objectif, mais à ce niveau, toutes les équipes, je pense, ont la même envie.

Cela fait presque quatre ans que vous portez le maillot du Wydad. Comment avez-vous été recruté ?

J’ai débuté ma carrière à Korhogo, en Ligue 2, avec qui j’ai connu une accession. Puis j’ai rejoint l’AFAD Djékanou, un autre club ivoirien, en Ligue 1, pendant trois ans. J’avais effectué un test et disputé des matches amicaux avec l’Olympique de Khouribga, au Maroc, mais le transfert n’avait pas pu se faire, car j’avais envie de découvrir autre chose. J’étais rentré en Côte d’Ivoire, mais le Wydad, qui m’avait sans doute vu jouer, m’a proposé un contrat quelques mois plus tard.

J‘ai évidemment accepté. J’avais eu au même moment des contacts en Belgique et en France, mais la proposition des Marocains était la plus concrète. J’avais envie de découvrir un autre championnat. Progresser  a toujours fait partie de mes objectifs. Je suis passé de la Côte d’Ivoire au Maroc, où le championnat est d’un meilleur niveau, les clubs plus structurés.

« J’ai envie de jouer en Europe »

 

Il y a deux ans, votre nom avait circulé du côté du FC Metz, en France…

C’est exact,  mais les dirigeants des deux clubs n’avaient pas trouvé d’accord. Evidemment, c’est un regret, car j’ai envie de progresser et de jouer dans un autre championnat, d’un niveau encore plus relevé. Je suis sous contrat jusqu’en 2022. J’ai effectivement envie de jouer en Europe.  Je pense avoir progressé au Maroc. Je travaille beaucoup, et j’ai vu le championnat marocain s’améliorer ces dernières années Je sais qu’il y a des clubs européens qui me suivent, en France, en Belgique et en République Tchèque, mais je ne sais pas lesquels.

Nous verrons s’il y a des offres, si mon club acceptera que je parte avant la fin de mon contrat. Cela ne dépend pas de moi. Pour l’instant, je bosse et je me concentre sur la Ligue des Champions et le championnat marocain. Je sais aussi que j’ai la chance d’évoluer dans un grand club, j’ai déjà gagné le championnat, la Supercoupe d’Afrique, disputé la Coupe du Monde des clubs…

Sur votre fiche Wikipedia, il est écrit que vous avez évolué en 2017 pour le club d’Ekanas IF, en Finlande, alors que vous n’y avez jamais mis les pieds…

Oui, j’ai vu ça. Il y a sans doute un joueur qui porte le même nom que moi qui a porté les couleurs de ce club, mais effectivement, je n’ai jamais joué en Finlande entre mon départ de Côte d’Ivoire, et ma signature au Wydad.

La sélection nationale ivoirienne fait-elle partie de vos objectifs ?

Bien sûr. J’ai déjà été appelé en sélection locale, ainsi qu'en sélection A. La dernière fois, c’était en 2019, pour des matches qualificatifs pour la CAN 2021, mais sans jouer. J’ai des contacts réguliers avec Patrice Beaumelle, le sélectionneur des Eléphants, qui suit mes performances, qui m’a dit de continuer à travailler.

J’espère être de nouveau rappelé, peut-être au mois de juin pour les matches amicaux, car il va y avoir des rendez-vous très importants avec les qualifications pour la Coupe du Monde 2022, la CAN l’année prochaine au Cameroun. Cela me motive encore plus.

Propos recueillis par Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram