fbpx
French VERSION

Congo : pourquoi Franck Elemba ne sera pas aux Jeux olympiques

L’absence de Franck Elemba aux Jeux olympiques irrite de nombreux Congolais, qui demandent des comptes. Le Comité national olympique jure que la décision de ne pas retenir le spécialiste du poids émane du Comité international olympique. Explications.

 

Franck Elemba.
Franck Elemba.

Une sortie qui tient lieu de mise au point. Le Comité national olympique et sportif congolais (CNOSC) du Congo-Brazzaville était en conférence de presse, ce jeudi 8 juillet. Au menu : la non-qualification pour les Jeux olympiques (Tokyo, 23 juillet au 8 août) du lanceur de poids Franck Elemba Owaka.

Tout est parti d’un post sur les réseaux sociaux. «URGENT. Franck ELEMBA OWAKA, vainqueur des Jeux africains de Brazzaville et vaillant guerrier qui représente valablement le Congo partout, vient d'être recalé pour les Jeux olympiques de Tokyo par le Comité olympique et sportif congolais pour une affaire de 10%. Triste réalité», a posté le site Brazzanews sur sa page Facebook.

Le post a enregistré pas moins de 200 commentaires. La plupart des internautes ont pointé la responsabilité du CNOSC. Ce qui a fait réagir l’intéressé. «Cela me désole que certaines personnes salissent l'image du Comité olympique de mon pays à des fins personnelles», a recadré Franck Elemba sur sa page Facebook.

Des performances en-deçà des minimas

La vraie raison de l’absence du lanceur de poids est d’abord à chercher dans ses (contre)performances. «On a engagé sept athlètes dont Franck Elemba, qui n’a pas atteint les minimas durant cette olympiade, informe au cours de la conférence de presse Françoise Mahoungou du CNOSC. Le CIO se base sur ce critère pour retenir ou recaler un athlète. Or, comme on le constate, Franck régresse depuis sa performance de 21,20 m (aux JO 2016 à Rio).»

En février dernier par exemple, bien que premier aux championnats de France, Elemba avait lancé à 19,58 mètres, donc en deçà des minimas. Un résultat dont il s’était dit lui-même «insatisfait».

Malgré tout, le champion congolais aurait pu être à Tokyo grâce aux «places d’universalité». Mais il a, là aussi, loupé le coche. Mahoungou rembobine : «On lui a envoyé le formulaire, mais il n’a pas répondu. Pour éviter de perdre cette place en 2019, nous avons demandé à la Solidarité olympique si c’était possible de le remplacer par quelqu’un d’autre. Elle a accepté et nous avons décidé de mettre Biniakounou. Ayant constaté le changement, il (Elemba) est revenu vers nous mais c’était trop tard

Bellor, Afoumba et Akambi, plus chanceux

Ainsi, le «gladiateur» ne prendra pas part aux JO. En 2016, à Rio, le natif de Brazzaville avait marqué les esprits en finissant à la quatrième place de la finale de lancer de poids (21m20). Elemba, c’est aussi les médailles d’or décrochées aux Jeux africains de Brazzaville en 2015 et aux Jeux de la Francophonie d’Abidjan en 2017.

Plus chanceux que lui, Sangala Stefan Bellor (nage libre femmes), Gilles Anthony Afoumba (400 m hommes) et Natacha Ngoye Akambi (100 m femmes), eux, y seront. Non qualifiés sur le terrain, ces trois athlètes représenteront le Congo grâce aux places d’universalité.

John Ndinga-NGOMA

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram