fbpx
French VERSION

Côte d'Ivoire : Franck Kessié explique sa métamorphose

Franck Kessié se livre en exclusivité pour sportnewsafrica.com. Le milieu de terrain de la Côte d’Ivoire est revenu sur la qualification et les ambitions des «Éléphants» à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. Mais aussi sur sa métamorphose en sélection comme au Milan AC. Entretien exclusif

Franck Kessié affiche déjà ses ambitions pour la prochaine CAN

Franck Kessié, êtes-vous soulagé après la qualification des «Éléphants»  à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations ?

Il faut rendre gloire à Dieu qui nous a permis de se qualifier. Je suis évidemment heureux comme tous mes coéquipiers après ces deux belles victoires contre le Niger (0-3, 5e journée) et l'Ethiopie (3-1, 6e journée). Ces deux succès nous permettent de terminer à la première place du Groupe K (13 points +6). C'est vrai que nous avions fait un faux-pas au départ. Maintenant, il va falloir travailler dur pour la CAN. Nous allons retrouver de grandes équipes lors de la phase finale. Donc, nous devons être prêts pour janvier 2022.

Franck Kessié prend de plus en plus ses responsabilités dans le jeu de la Côte d’Ivoire. Comment expliquez- vous cette métamorphose ?

Si vous l'avez constaté, c'est certainement le cas. Je me sens plus à l'aise parce que je me sens plus mature. Cela fait déjà 7 ans que je joue dans le haut niveau. En équipe nationale, je fais partie désormais des anciens du groupe. Ce qui me donne plus de responsabilités. Ainsi, mon rôle, c’est de prodiguer des conseils aux jeunes frères qui arrivent notamment en sélection.

La Côte d’Ivoire sera encore citée parmi les favoris à la prochaine CAN. Est-ce une pression supplémentaire sur vous ?

Quand on s'appelle la Côte d'Ivoire, on ne va pas à une CAN pour la perdre. Nous sommes conscients que nous ne serons pas au Cameroun en figurants. L'objectif sera, en effet, une 3ème médaille d’or, après 1992 et 2015. En toute modestie, nous sommes capables de le faire. Toutefois, nous ne devons pas dormir sur nos lauriers, car nous devons bosser dur pour y arriver.

Parlons maintenant de votre club, le Milan AC. Comment vous vous sentez en Lombardie ?

Je m'y plais bien. Le courant passe bien avec mes dirigeants et mes coéquipiers également. Ce qui me donne du plaisir à jouer. Je prie Dieu pour que je puisse continuer sur cette lancée. Le reste viendra après la fin de mon contrat (2022).

On vous considère désormais comme le spécialiste des penalties au Milan comme en équipe nationale. Vous avez un secret particulier ?

Je n'ai pas de secret particulier. C'est une question de concentration. Je regarde la position du gardien et je mets ma technique pour le tromper. Ça me réussit pour le moment. Et j'en suis fier. Il faut quand même préciser que je travaille les penalties aux séances d'entrainement.

Racontez-nous un peu vos débuts dans le football. Il semble que c'est au cours d'un tournoi de football des minimes dénommé "Mondialito" à Yopougon (ndlr : une commune d'Abidjan) que vous avez été repéré…

(Rires). Oui le Mondialito a été effectivement un point de départ pour moi. Et je ne l'oublierai jamais. Je suis un pur produit de ce tournoi. Je voudrais d'ailleurs lancer un appel à tous mes jeunes frères et leur faire comprendre donc qu'il faut croire en ses rêves. Cette compétition est un véritable vivier pour la détection. Je les encourage donc à y participer avec sérieux. Mais après tout, il faudra travailler dur pour arriver au haut niveau. Rien ne s'obtient facilement. Je souhaite une belle réussite à ce tournoi qui sera à sa 15e édition, cette année.

Propos recueillis par Jean-Claude DJAKUS    

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram