Daba Modibo Keita, un champion engagé

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

Actus peopleKongossaQue sont-ils devenusSport & Caritatif

Daba Modibo Keita, un champion engagé

Né le 5 avril 1981 à Abidjan de parents Maliens, Daba Modibo Kéita est aujourd’hui une référence pour la jeunesse africaine. En 2007, il est devenu le premier africain, sacré champion du monde de taekwondo (84 kg). Mais, aujourd’hui, loin des tatamis, il partage régulièrement son expérience avec la jeunesse africaine.

Daba Modibo Kéita parle peu. Mais il partage beaucoup. Car, DMK est l’un des meilleurs athlètes africains de l’histoire du taekwondo. Le majestueux palmarès du Malien a de quoi séduire plus d’un. Champion du Mali trois fois (2002 à 2004), Dabo décroche aussi deux médailles d’argent (1996 et 1997) et une de bronze (1999) au championnat ouest africain. Et en 2005, le «Gladiateur», comme on le surnomme, s’offre l’Or au championnat d’Afrique à Madagascar et à la Coupe du monde francophone à Niamey, au Niger.

 

Champion du monde

Cependant sa domination ne se limite pas aux frontières africaines. Entre 2004 et 2005, le Malien rafle tour à tour les tournois Open de Paris, Nantes et Picardie. Et pour tout couronner, par deux fois, DMK remporte le titre de champion du monde de sa discipline. D’abord en Chine dans la catégorie des 84 kgs (2007). Puis au Danemark deux ans plus tard chez les 87 kgs.

A cet impressionnant palmarès, il ne manque que le titre olympique. Mais Daba Modibo a toutes les raisons d’être aujourd’hui fier de son expérience sportive. Il a hissé haut le drapeau du Mali et bien représenté le continent africain. «Mes exploits ont permis à mes frères africains de croire en eux. Ils réalisent que si un Africain du nom de Daba Modibo Kéita a réussi à se hisser au plus haut sommet de la pyramide, ils sont donc aussi capable de le faire», confie-t-il à Sports News Africa.

Un modèle sport-études

Pourtant Daba qui a également été international au basket, n’est pas tout de suite tombé sous le charme du taekwondo. Mais comme dit l’adage, l’appétit vient souvent en mangeant. Et à force de pratiquer, le “Gladiateur” chope le virus. «Au début je n’aimais pas trop cet art martial. C’est progressivement que j’ai commencé à y prendre goût. J’en suis finalement tombé amoureux», se rappelle cette véritable force de la nature (2,05 m pour près de 105 kg).

Mais, DMK ne s’est pas consacré exclusivement au sport. Il a toujours allié la pratique du taekwondo et ses études. Bien lui en a pris. Parce qu’aujourd’hui, il est titulaire d’un Master en management des organisations sportives (MMOS) et d’un diplôme pour l’organisation d’événements sportifs.

Reconversion

Par ailleurs, depuis l’arrêt de sa carrière, DMK porte de nombreuses casquettes. Elles lui offrent l’opportunité de partager son expérience avec la jeunesse. Mais aussi de la défendre dans les instances de décision. En effet, il est Ambassadeur des Sports du Mali et Ambassadeur de la paix de «Peace and Sport Monaco». En outre, depuis le 24 octobre 2008, l’Association Dabo Modibo Kéita (ADMK) a été portée sur les fonts baptismaux.

Son objectif est de promouvoir auprès de la jeunesse : le sport, l’éducation, l’alphabétisation, l’art, la littérature et la culture. «L’Association Daba Modibo Kéita est une organisation apolitique à but non lucratif et qui porte le nom du premier malien et africain double champion du monde et meilleur combattant du monde en taekwondo, donc une fierté mondiale», explique Alou Badra Kéita, président de l’ADMK, frère et manager du double champion du monde de taekwondo. C’est aussi une plateforme qui permet au célèbre taekwondoïste de contribuer à la formation et la prévention des IST/MST/SIDA.

«Festi-Jeunes»

«Festi-Jeunes» est sans doute l’activité qui a fait la notoriété de cette association en douze ans d’existence. En effet, depuis 2014, cette manifestation est devenue «une véritable plateforme et un carrefour d’échanges» pour les jeunes de Bamako et ses environs. 

Officier de l’Ordre national du Mali, lauréat du «Prix d’Excellence» de la Fondation Abdou Diouf en 2012, Daba Modibo a aussi été intronisé en 2009 au «Taekwondo Hall of Fame», temple de la renommée du taekwondo, basé à New Jersey, aux États-Unis. Des reconnaissances à la hauteur de son immense talent, de son dévouement au taekwondo, à la patrie, à la jeunesse sportive malienne et africaine.

Moussa BOLLY

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com