fbpx
French VERSION
,

Didier Six : «Lappé Bangoura m'a mis la pression» 

Marié à une ivoirienne et présent en Afrique depuis 2005, Didier Six semble avoir bien pris ses marques en Guinée. Le technicien français est à la tête du Syli A depuis 18 mois. Pour Sport News Africa, le Français évalue le football guinéen dans son ensemble. Il confie que la 3e place du Syli local au CHAN est une pression positive pour lui.      

 

Didier Six

Coach ça va faire bientôt 18 mois que vous êtes établi en Guinée. Au-delà du football, qu'est-ce qui vous lie à l’Afrique ?      

Ma femme est Africaine et donc mon fils est à moitié Africain. Je vis en Afrique depuis une quinzaine d’années. C'est un plaisir de vivre ici (en Guinée, ndlr). J'avais le même plaisir de vivre au Maroc. Je sais m'adapter. Et pourtant avec des religions et une différence de culture par rapport à la France. Je me sens, en tout cas, bien en Afrique.

Est-ce que la culture foot ou la perception guinéenne du football vous parle ?    

Parlant de culture foot, en Guinée dans tous les coins de rue, ça joue au ballon. En tant qu’entraineur c’est important de voir cette passion, cette envie pour le football. Après, c'est évident qu'il y a toutefois beaucoup de choses à améliorer. Par exemple, les infrastructures mais ça pousse et ça avance. Conakry est une ville qui va exploser positivement dans les cinq ans à venir. On commence notamment à faire les routes, ce sont de bonnes choses. Je n’ai pas besoin de tout citer.

Vous êtes très proche de certaines familles de joueurs ici. C'est un aspect important de votre management ?

On ne peut pas seulement parler de technique. On parle aussi de contact, parce qu’on sait que la famille est importante. Le joueur demande conseil à sa famille très souvent. Avoir donc un bon contact avec la famille du joueur, ça peut être important.

Récemment, on vous a vu circuler à Conakry avec le père du jeune Moriba Kourouma, joueur du Barca que la Guinée veut attirer. Où en êtes vous ?

Vous voulez en savoir plus mais vous n’aurez pas tout de suite des infos sur ce sujet (rires).

Vous lui avez fait comprendre qu'il y a la passion en Guinée mais que les conditions ne sont pas toujours idoines ?

Mais on fait avec hein !  Je vous l'ai dit, il y a plein de choses qui se construisent. Comme vous voyez des stades sont construits en très peu de temps. Le stade de Nongo  et en face aussi il y a le terrain ''Petit Sory'' (ndlr : surnom  de Chérif Souleymane, légende du football guinéen). Il y a plein de choses qui se font. Donc, il y a une évolution.

Et en tant que technicien, comment trouvez-vous le championnat guinéen de football ?

Déjà le constat c’est que toutes les équipes du championnat local cherchent à s'améliorer chaque saison. Donc ça c’est un plus. Après ce n’est pas du jour au lendemain qu’on peut avoir un rythme, ou un championnat comme en Europe. Mais petit à petit, il y a de la qualité qui se fait. La preuve c’est que les joueurs du championnat local sont scrutés par des recruteurs en Europe et ils essaient de les faire venir !

Vous aussi, il vous arrive, de plus en plus, de piocher dans le championnat local. Dans votre dernière liste de joueurs présélectionnés pour la rencontre face au Mali, nous avons noté la présence de 7 joueurs locaux. C’est inédit...

Ça fait partie de mes critères de laisser quelques places aux joueurs locaux. Et le CHAN m’a fait du bien. J’ai découvert certains joueurs et d'autres m'ont rassuré. Maintenant il y a encore un palier à passer. Il ne faut surtout pas griller ces joueurs. Parce que c’est facile que les spectateurs disent «oui Morlaye, il faut qu’il joue». Mais, je ne veux pas griller Morlaye non plus avec l’équipe nationale. Car si je le fais rentrer en équipe nationale dans un match difficile, peut être que je le grille. C’est comme le petit Sow de Saint-Etienne, j’ai eu la même explication avec lui. Ce sont de jeunes joueurs, ils sont avec nous, ils gardent cette chance de pouvoir jouer.

Chez les entraineurs locaux, les choses semblent bien évoluer aussi. Lappé Bangoura a réussi son CHAN !

C’est un très bon parcours ! Lappé, il a fait de très bonnes choses ! Il m’a mis la pression hein (rire), même si on s’entend très bien. Néanmoins j’adore la pression, ce n’est pas un problème ! Au contraire, c'est bien ainsi.

Mama SWAREY

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram