Djelika Guindo: «Investir dans le sport féminin»

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

A la UneFéminine ZoneInterviews

Djelika Guindo: «Investir dans le sport féminin»

Djélika Guindo est une sportive dans l’âme. Dans sa jeunesse, elle pratique l’athlétisme, le volley, le handball, le basketball et le football. Devenue journaliste sportive, «Lika» ajoute une nouvelle corde à son arc en lançant sa propre marque : «Océan des Sportives». Dans cet entretien avec SNA, la jeune Malienne exhorte les femmes à s’investir davantage dans le sport. Aussi bien dans la pratique que dans le management.

Djélika Guindo, qu’est-ce qui motive une journaliste à lancer sa propre marque de sport ?

C’est ma volonté de contribuer au développement du sport féminin au Mali à travers le sponsoring et la communication. En tant que journaliste sportive, je sais ce dont souffre le sport féminin au Mali. Ma deuxième motivation est de montrer que les femmes peuvent se faire également une place aux côtés des hommes non seulement sur les terrains de sport, mais également en dehors, notamment dans l’entreprenariat.

En quoi cette marque peut-elle contribuer à la promotion du sport féminin ?

D’abord, savoir qu’il y a une marque sportive uniquement pour les femmes est un atout qui peut pousser les jeunes filles à pratiquer le sport. Ensuite, ça va inciter d’autres à venir investir dans le sport féminin. Sans compter que, sur chaque vente, une somme sera investie dans des initiatives de promotion du sport féminin. «Océan des Sportives» se veut porteuse de vagues pour permettre aux pratiquantes des différentes disciplines de surfer, voler plus haut et plus fort. Cette marque se veut un tremplin de la performance sportive féminine.

Que vous a-t-il coûté comme investissement ?

Ce n’est un secret pour personne que lancer une marque sportive n’est pas facile. Pour le moment, j’ai fait des échantillons pour faire connaître ma marque à travers des tee-shirts, des casquettes… Et cela, en attendant de mobiliser les fonds indispensables à l’extension de mes activités. Je dois, pour le moment, me focaliser sur le sport féminin, convaincre et conquérir le monde du sport féminin au Mali. Après, on verra ce qu’on peut faire sur le continent.

Comment se porte le sport féminin au Mali ?

Le Mali a des problèmes avec la pratique du sport par les femmes, comme beaucoup d’autres pays d’Afrique. Mais je pense que le sport féminin au Mali a de l’avenir et pourra faire mieux encore. Et cela, à l’image du basket féminin. Nos basketteuses des petites catégories dominent l’Afrique depuis plus d’une décennie. Il faut consolider cet acquis et permettre à d’autres disciplines d’emboîter le pas au basket féminin. Cela passe par la communication, l’implication des entreprises dans le sponsoring du sport féminin et la prise de conscience des femmes qui évoluent dans ce domaine. Celles-ci doivent assumer toute leur responsabilité en se disant que rien ne leur sera offert sur un plateau d’argent. Par cette initiative, je veux donc leur montrer la voie à suivre. Prendre son destin en main !

Quels sont les obstacles à l’épanouissement des sportives au Mali ?

Le premier obstacle, ce sont les parents. Malgré leur talent, beaucoup de filles passent à côté d’une brillante carrière parce que leurs parents refusent de les suivre dans leurs choix sans chercher à comprendre ce que le sport peut leur apporter. Il y a ensuite le regard de la société. La pratique sportive féminine n’est pas toujours bien perçue dans notre société où les pratiquantes sont souvent traitées de garçons manqués.

Y a-t-il aujourd’hui des défis à relever pour donner au sport féminin ses lettres de noblesse ?

Les défis sont énormes (sourire). D’abord, les femmes doivent se battre pour occuper des postes de responsabilité au sein de nos fédérations et associations sportives afin d’initier et organiser des activités au bénéfice des femmes. Les pratiquantes doivent savoir qu’elles sont les premières bénéficiaires du sport et elles doivent s’imposer en participant aux différentes compétitions nationales, continentales et internationales. Il est aussi du devoir des journalistes, surtout des femmes des médias, de communiquer sur des femmes sportives. Ils doivent donner plus d’importance au sport féminin dans leurs écrits et leurs émissions afin de pousser les entreprises à investir dans le sport féminin, aider les sportives à se faire une place aux côtés des hommes.

Propos recueillis par Moussa BOLLY

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com