fbpx
French VERSION

Dopage : Christian Coleman risque gros

Christian Coleman est dans de sales draps. Pour avoir manqué un nouveau contrôle antidopage, l'athlète américain s'expose à une lourde suspension de la Fédération internationale d'athlétisme. Il pourrait même manquer les Jeux olympiques de Tokyo l'année prochaine. 

Christian Coleman pourra-t-il y échapper cette fois ? Après avoir frôlé la suspension l’année dernière, le champion du monde du 100 mètres est depuis quelques mois dans le viseur de l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU). Le sprinter américain a annoncé mardi être dans le viseur de l’organe indépendant chargé de la lutte antidopage pour avoir violé les règles de localisation. 

Les faits remontent au 9 décembre 2019 constate l’AIU. Et ce nouveau manquement pourrait coûter cher à l’athlète américain. «Et maintenant, cela pourrait conduire à ma suspension», regrette la star de l'athlétisme américain dans un message sur son compte Twitter. Et la suite de la procédure risque de faire mal. Si les faits qui lui sont reprochés sont confirmés, le double champion du monde pourrait écoper jusqu’à deux ans de suspension. 

Suspendu pour les JO de Tokyo ?

Une suspension de deux ans serait un coup dur pour l’athlète de 24 ans. Il pourrait, en effet, manquer les Jeux olympiques de Tokyo prévu en juillet-août 2021. Pour l’heure, l’accusé réfute tout et parle même d’une tentative «délibérée, pour me faire rater un contrôle. Ne me dites pas que j'ai (raté un contrôle) si vous vous faufilez devant ma porte à mon insu», écrit-il. «J'étais plus que prêt et disponible pour un contrôle et si j'avais reçu un appel téléphonique, j'aurais pu m'y soumettre», confie le champion du monde en salle de 60 mètres. 

Dans tous les cas, Coleman devra se montrer aussi convainquant que lors de ses premières infractions en juin 2018, janvier et avril 1019. L’Américain avait échappé à la suspension en s’appuyant sur le fait que le premier cas aurait dû être antidaté au premier jour du trimestre correspondant (1er avril 2018). Ce qui plaçait les trois manquements sur une période plus longue que les 12 mois requis.

Or, il faut cumuler trois manquements aux règles de localisation dans un délai de 12 mois pour être considéré comme fautif. Et l’infraction est passible de deux ans de suspension. Et au vu de son passé, ça risque, cette fois d’être vraiment compliqué pour le sprinter américain de convaincre les gendarmes de l'antidopage.  

Jean-Charles MAMBOU

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram