fbpx
French VERSION

Euro 2020-Liste des Bleus : Karim Benzema, les raisons d’un retour en grâce

Après cinq ans sur la touche, à cause de l’affaire de la sextape, l’attaquant du Real Madrid figure parmi les 26 Bleus retenus par Didier Deschamps pour l’Euro 2020. Explications.

 

Benzema retrouve les Bleus et leur coach après cinq ans de mise à l'écart.
Benzema retrouve les Bleus et leur coach après cinq ans de mise à l'écart.

Karim Benzema aura finalement pris cinq ans ferme. Ce n’est pas la peine de prison à laquelle il sera exposé s’il est reconnu coupable dans l’affaire de la sextape qui sera jugée du 20 au 22 octobre devant le tribunal correctionnel de Versailles.

Il s’agit plutôt de la durée de sa mise à l’écart de l’Équipe de France à cause de cette sombre histoire de mœurs qui polluait sa carrière internationale depuis novembre 2015 et sa mise en examen pour «complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs» aux dépens de son ancien coéquipier en sélection Mathieu Valbuena.

En attendant d’être fixé pénalement à l’automne prochain, l’attaquant du Real Madrid est désormais sportivement réhabilité. Il fait partie des 26 Bleus retenus pour disputer l’Euro cet été (11 juin-11 juillet). Didier Deschamps a rendu le verdict ce soir, mardi 18 mai, sur le plateau de TF1.

Nice, la dernière danse

Benzema retrouve donc l’Équipe de France une demi-décennie après l’avoir quittée avec le sourire : il avait signé un doublé lors de la nette victoire (4-0) en amical sur l’Arménie, le 8 octobre 2015 à Nice. La presse française a beau entretenir le suspense par l’emploi du conditionnel et d’autres formules de prudence, ce qui paraissait naguère improbable était devenu depuis un moment une évidence. C’est que les conditions semblaient favorables comme jamais pour un retour chez les Bleus de l’homme aux 87 sélections pour 27 buts.

D’abord, il y a eu la posture prudente du sélectionneur des Bleus durant toute la période de la brouille. Il n’a jamais insulté l’avenir en condamnant à mort sportivement le Madrilène. Même lorsque ce dernier a déclaré que Deschamps, en le privant de l’Euro 2016, aurait «cédé sous la pression d’une partie raciste de la France», le technicien français est resté mesuré. Se limitant à indiquer que le joueur a franchi la ligne rouge, sans aller cependant jusqu'à prononcer contre lui la peine capitale.

Incontournable

Ensuite, et c’est sans doute l’élément de base, Benzema affiche une forme étincelante avec le Real Madrid. Il scintille. Il est ir-ré-sis-ti-ble. Auteur de 29 buts dont 22 et 8 passes décisives en Liga, l’attaquant français est le meilleur joueur de son équipe cette saison. Celui qui lui donne souvent un supplément d’âme et qui, parfois, la tire des mauvaises passes. Et cela dure depuis quasiment trois ans.

Les champions du monde pouvaient-ils se permettre de se priver d’une telle arme offensive au moment d’aborder une compétition où ils seront attendus de pied ferme, plus qu’ils ne l’ont été à l’Euro-2016 ou au Mondial 2018 ? La réponse est non, semble répliquer Didier Deschamps avec le rappel de l’ancien Lyonnais.

D’autant qu’au poste de numéro 9, Olivier Giroud (107 sélections, 44 buts), qui garde une bonne longueur d’avance sur la concurrence de ces dernières années (Ben Yedder, Martial…), ne présente pas toutes les garanties d’efficacité et de constance. En effet, il ne joue presque pas à Chelsea (8 titularisations, 4 buts), et son style stéréotypé n’offre pas au sélectionneur des Bleus une multitude de possibilités de combinaison en attaque.

En effet, la palette de Giroud n’est en effet pas aussi variée que celle de Benzema, qui est capable de décrocher très bas ou sur les côtés, de faire jouer ses partenaires, de délivrer des passes décisives et, bien sûr, d’être à la finition. La presse française commence déjà à saliver d’une probable association avec Kylian Mbappé et Antoine Griezmann sur le front de l’attaque française.

La jurisprudence Rabiot

Autre élément qui a vraisemblablement pesé sur la balance : la jurisprudence Adrien Rabiot. Pour avoir craché sur une place de réserviste de la liste française en vue du Mondial 2018, le joueur de la Juventus Turin a purgé deux ans à l’écart de la sélection. Il a été rappelé en août 2020. Et depuis, les choses se passent bien et pour lui et pour les Bleus. Le Parisien rappelle que pour justifier cette main tendue à l’ancien milieu de terrain du PSG, Deschamps avait déclaré : «Je n’aime pas prendre des positions radicales.»

Il vient de le démontrer une nouvelle fois avec Karim Benzema dont le rappel, clamait le coach tricolore, «est désormais opportun d’un strict plan sportif et ne présente, d’aucune manière que ce soit, un quelconque risque pour l’équilibre et l’harmonie du groupe France».

Babacar NDIAYE

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram