fbpx
French VERSION

Harouna Maiga : « le Mali peut remporter l'Afrobasket »

Le Mali étale ses ambitions pour l'Afrobasket féminin. De grosses ambitions. Alors l'équipe se trouve actuellement à Monastir (Tunisie) pour les qualifs, le président de la Fédé malienne de basket se veut clair : son pays vise la Coupe et rien d'autre. Dans une interview accordée à SNA, Harouna Maiga ne s'est pas dérobé. Entretien.

 

Harouna Maiga

Comment se passe votre séjour à Monastir? 

Je dirais très bien. La Tunisie est un pays que je connaissais déjà. Ils sont top en matière d’organisation car ils sont bien rodés pour ça. Je peux dire que l’organisation est jusqu'ici impeccable. Je n'en ai jamais douté d'ailleurs. La FIBA apporte son soutien pour que les pays puissent bien organiser les compétitions. Nous nous approchons du niveau de l’Europe en terme d'organisation. Depuis deux ans, le niveau est impeccable partout en Afrique. C’est du haut niveau. Et les joueurs qui acceptent de plus en plus de venir jouer pour leurs sélections.

On parle aussi des droits TV qui commencent à renflouer les caisses de FIBA Afrique…

Oui ! Au niveau de FIBA Afrique, on commence à avoir des droits TV. Cela pourra permettre d’accompagner les Fédérations. Ce sera un moyen parmi tant d’autres pour accompagner les équipes africaines.

Est-ce qu’on peut savoir quels sont les objectifs que vous avez fixé à votre staff technique ?

Nos ambitions, c’est tout d’abord la qualification à l’Afrobasket 2021. On est vraiment en train de renouveler l’équipe qui était en difficultés à un moment donné. Mais petit à petit, on commence à construire une équipe masculine. On a commencé par la petite catégorie. On intègre peu à peu les jeunes (U19) qui sont champions d’Afrique mais également vice-champions du monde. On les intègre en les mettant autour d’un noyau expérimenté pour les encadrer. Et quand on se qualifiera, on va se battre pour être parmi les meilleures équipes africaines. En fait, une qualification nous donnera la possibilité de disputer plusieurs compétitions comme les éliminatoires de la Coupe du monde 2023. On va se battre pour chercher une place qualificative.

Mais la qualif au Mondial reste quand même une mission très compliquée. Êtes-vous confiant malgré tout ?

Avec les ressources que nous avons, on peut y arriver. La difficulté sera de réunir nos jeunes joueurs qui évoluent en Europe et surtout aux États-Unis. Avec leur calendrier, ce n’est pas facile d’avoir les étudiants à notre disposition. Étant donné qu’ils ne sont pas concernés par les dates FIBA, c’est donc compliqué de les avoir. Il y a aussi d’autres joueurs qui n’ont pas eu assez de temps de jeu à cause de l’arrêt des championnats en raison de la crise sanitaire. Ils viennent, pour la plupart, de reprendre les compétitions. Tous ces jeunes-là vont intégrer l’équipe petit à petit.

Vous êtes champions d’Afrique en titre chez les U18. Comment le Mali est-il parvenu à avoir une aussi redoutable jeune garde ?

C’est un travail de longue haleine. Cela n’a pas commencé aujourd’hui. Je suis à la tête de la Fédération depuis juste 3 ans. Mais depuis 10 ans, des responsables abattent un travail formidable. Le Mali ne remportait que des trophées avec les dames. Même au niveau de la petite catégorie. C'est après mon élection que nous avons commencé à gagner chez les cadets et deux fois d’affilée chez les juniors. La raison est qu'on organise beaucoup de compétitions pour les jeunes aussi bien chez les garçons que chez les filles. Toutes les Ligues régionales compétissent. Nous faisons des tournées pour pousser les différentes Ligues à organiser des compétitions pour la petite catégorie. Et on insiste beaucoup sur l’âge.

Cheikh Sarr n'est plus coach du Sénégal. Aimeriez- vous l’avoir chez vous ?

C’est un terrain sur lequel je n’aime pas trop m’aventurer. Je peux dire que Cheikh Sarr est un grand technicien. Je le connais depuis longtemps. Il a un très bon niveau international. Il a réalisé l’impossible en amenant l’équipe du Sénégal en finale (2019). Ce qui n’était pas gagné d’avance. Les Nigérianes ont gagné parce qu'elles étaient plus vivaces et plus jeunes que les Lionnes. Mais tous les pays aimeraient avoir Cheikh Sarr. Le Sénégal a toujours eu de très bons coachs locaux et Cheikh Sarr en fait partie.

Le Mali fait partie des meilleures nations en basket féminin continental. Pensez-vous pouvoir détrôner les D-Tigers du Nigeria ?

En 2021, nous nous battrons pour remporter l'Afrobasket féminin. Je le dis clairement. Nous partons pour la Coupe et rien d’autre. En 2019, j’avais dit que c’était le moment de rajeunir l’équipe, apporter du sang neuf. A Dakar, la moyenne d'âge était de 23 ans. Six joueuses étaient à leur première campagne africaine. Elles ont toutes étaient championnes d’Afrique en cadettes et juniors. Maintenant, elles ont muri. Et la plupart d’entre elles joue dans des championnats de haut niveau. On aimerait les avoir toutes pour aller chercher la Coupe en 2021. Et tous les moyens seront mis pour atteindre cet objectif.

Mais les Nigérianes ne sont-elles pas les favorites pour cet Afrobasket 2021 ?

Nous avons la capacité de détrôner les Nigérianes. J’aurais aimé même que la compétition se passe au Nigeria. ça nous aurait été beaucoup plus favorable. Car ce n’est pas très facile de jouer chez soi. Mais avec un bon coaching, on peut remporter l'Afrobasket féminin.

Propos recueillis par Ablaye DIALLO

 

 

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

SNA LE LIVESCORE

11:35I-League
Sudeva Delhi
2 - 2
74 
TRAU FC
12:00Premier League
Resources Capital
0 - 3
49 
Lee Man Warriors
13:00DFB Pokal Women
Potsdam W
0 - 0
Sand W
13:001. Liga Women
Slovacko W
0 - 0
Plzen W
12:00Premier League
Spartak Moscow
0 - 0
Half Time
Rubin Kazan

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram