fbpx
French VERSION

Hugo Broos : Un «sorcier blanc» en messie 

Vainqueur de la CAN 2017 à Libreville avec le Cameroun, Hugo Broos a réussi, en une année à peine, à construire une équipe qui gagne.

Son arrivée sur le banc de l’équipe nationale du Cameroun est accompagnée d'une vague de critiques. Notamment au sein de la presse locale dans les habits de porte-parole d’une opinion publique qui ne voulait pas d’un «looser», encore moins d’un «no name» pour conduire les Lions Indomptables à la CAN 2017. Broos n’avait pas le CV de ses prédécesseurs. Ni l’aura d'un Artur Jorge (2005-2006), Otto Pfister (2008- 2009) ou encore Paul Marie Leguen (2010). «Au début, il y avait beaucoup de propos blessants contre ma personne. Ce n'était pas agréable. A chaque fois que je faisais quelque chose, on me critiquait», s’est souvent rappelé le technicien belge.

Hugo Broos, l’architecte

Et pourtant, un an après son arrivée, le natif de Humbeek en Belgique offre à la nation vert-rouge-jaune sa cinquième couronne continentale. Sans jamais perdre le moindre le match. Même si ses choix n’ont pas toujours fait l’unanimité. Ses équations tactiques qui pouvaient faire penser à des tâtonnements se sont avérées à la fin être «un cas d'école». En six matchs disputés à la CAN, Hugo Broos a aligné cinq onze différents, et n’a utilisé la même équipe de départ qu’en demie et en finale. Ce qui témoigne d’une dynamique de groupe efficiente, et d’une homogénéité dans le groupe des Lions «made by Hugo Broos». Le secret ? La cure de jouvence opérée par le technicien flamand dès son arrivée.

«Je vais être très clair : quand je suis arrivé, j’ai constaté que la moyenne d’âge était assez élevée. Pour préparer l’avenir, il fallait s’intéresser à des joueurs plus jeunes», avoue Hugo Broos au lendemain de son exploit. Le Belge procède à une amputation sans anesthésie de quelques anciens en privilégiant le renouvellement et un groupe sans véritable star, dont la moyenne d’âge était de 24 ans. Au bout du compte, une génération spontanée dépourvue d’expérience, qui a inscrit avec maestria son nom en lettres d’or dans les annales du football africain. «Hugo Broos a toujours voulu montrer qu’il n’y a pas de super joueurs, mais des joueurs qui n’en font qu’un, un groupe, une équipe qui vit comme un seul homme. Nous avons tous adhéré à sa philosophie», lançait Benjamin Moukandjo.

La reconstruction en marche

Sans Maxim Choupo-Moting, ni Samuel Eto’o, encore moins Joël Matip ou André Onana, le technicien belge réussit à mettre sur pied une équipe unie et conquérante. Une équipe qui n’a pas de grand nom, mais qui a su faire peur. Broos met fin aux guerres d’égo en instaurant un parfait esprit d’équipe. Il supprime les «titres fonciers» que certains croyaient détenir en sélection, en créant une saine concurrence entre ses poulains, obligés de se surpasser durant les séances d’entraînements pour mériter une place sur le terrain. «Hugo Broos a donné une âme et une manière de vivre à cette équipe. Il est arrivé avec sa philosophie, et nous les joueurs, nous avons adhéré à son discours. C’était vraiment une nouvelle famille», soutient Jacques Zoua, l’un des héros de 2017.

Spécialiste des contrepieds, Broos surprend tout le monde à chaque match, lors de cette campagne gabonaise. Un coup, c’est Vincent Aboubakar qui est consigné sur le banc de touche alors qu’il aurait pu apporter une plus-value en attaque; un coup c’est Nicolas Nkoulou qu’il envoie poireauter sous son chasuble de remplaçant pour titulariser le duo Ngadeu-Teikeu en défense centrale. Quand certains tacticiens pensent qu’il opère des choix risqués, Broos, au fond de lui, s'en moque en silence. Le Belge sait où il va. «J'ai remarqué que les gens sont très impatients au Cameroun. Mais je pense qu’aujourd’hui, tout le monde a compris comment je travaille et ce que je veux atteindre comme objectif avec cette équipe. Les résultats sont là», confiait Hugo Broos. Cela, nul ne peut le contester. Même s’il est limogé quelques mois plus tard, pour n’avoir pas qualifié le Cameroun à la Coupe du monde de Russie 2018.

Kigoum WANDJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram