fbpx
French VERSION

Jaspit Bumrah: "Le cricket devrait chercher une alternative à la salive pour faire briller la balle"

La star indienne du cricket Jasprit Bumrah déclare que le cricket devrait chercher une "alternative" pour faire briller la balle si l'organe directeur du jeu interdisait l'utilisation de la salive pendant la pandémie de coronavirus.

Le cricket est un sport collectif, mettant aux prises deux équipes de 11 joueurs, très populaire dans les pays anglophones. Au coeur du jeu, une petite balle en cuir de 22 cm, objet de tous les crachats! Justement, le Conseil international du cricket (ICC) a reçu un avis médical indiquant que les crachats présentent un risque de transmission du COVID-19. L'ICC va donc probablement interdire le retour du jeu lors de sa réunion de la semaine prochaine. 

Les poignées de main, les high-five de célébration et les étreintes seront probablement interdites lorsque le cricket international reprendra avec des protocoles de sécurité en place.

"Je n'étais pas très doué pour les câlins de toute façon, et pas non plus pour les high-five, donc cela ne me dérange pas beaucoup", affirme M. Bumrah  dans un chat vidéo avec l'ancien joueur de bowling des Antilles, Ian Bishop, et l'ex-capitaine de l'Afrique du Sud, Shaun Pollock.

"La seule chose qui m'intéresse, c'est la salive. Je ne sais pas quelles directives nous devons suivre à notre retour, mais je pense qu'il devrait y avoir une alternative.", ajoute le joueur indien de 26 ans. Selon lui, si la balle n'est pas bien entretenue, c'est difficile pour les joueurs.

Usage de la salive

Coronavirus: le cricket envisage une révolution pour éviter la ...

Les joueurs de cricket essuient généralement la balle avec un pan de leurs vêtements ou avec leur salive ou encore leur sueur. Le président du comité de cricket de l'ICC, Anil Kumble, qui recommande l'interdiction de la salive, insiste surtout que cette mesure est  "provisoire".

Comme alternative, le fabricant australien de balles de cricket Kookaburra développe un applicateur de cire pour que les joueurs puissent faire briller la balle sans utiliser leur salive. Mais cette nouveauté nécessiterait une modification des lois du cricket qui interdisent l'utilisation de toute substance artificielle pour nettoyer la balle.

Les joueurs ont été accusés par le passé d'utiliser des pastilles, de la vaseline et de la résine pour conserver la brillance de la balle, et de l'érafler avec des bouchons de bouteille, des fermetures éclair de pantalon, du gravier ou des ongles.

L'incident récent le plus notoire a eu lieu en 2018, lorsque des joueurs australiens ont tenté de modifier le ballon avec du papier de verre lors d'un test contre l'Afrique du Sud au Cap, ce qui a entraîné de longues interdictions pour les trois personnes impliquées : Steve Smith, David Warner et Cameron Bancroft.

Adèle F. DIOP

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram