fbpx
French VERSION

Jeu d'échecs-Alexis Arnal-Bass : « Ma devise est les échecs contre l'échec»

En cette période marquée par la pandémie de Covid-19, le jeu d’échecs connait un regain d’intérêt significatif à travers le monde. Avec les confinements notés dans plusieurs pays, les adeptes de ce jeu se sont multipliés. Au Sénégal, cet intérêt est aussi noté chez les enfants. C’est ainsi qu’Alexis Arnal-Bass, un professeur d’échecs, initie ces derniers au jeu. Cela dans le but de leur permettre de développer leur intellect et leur confiance en soi. Dans cet entretien, ce passionné des échecs revient sur l’importance de ce jeu dans la vie.

Alexis Arnal Bass jeu échecs
Alexis Arnal-Bass avec ses élèves lors d'un tournoi de jeu d'échecs

A quel âge avez-vous commencé à jouer aux échecs ?

J'ai commencé à jouer aux échecs à l’âge de 6 ans à Pezens, du côté de Carcassonne (Commune en France), avec le regretté directeur de notre école primaire, Michel Bernardini. Quatre ans après, j'ai réussi (avec 3 autres camarades) à me qualifier pour le championnat scolaire de France. Il se déroulait dans la magnifique ville d'Angers. À l'époque, je n'étais pas avec mes parents et, j'étais le seul enfant noir d'un village de moins de mille habitants.

J'ai continué à jouer régulièrement jusqu'à ce que je fasse le choix du rugby (champion de France et trois fois vainqueurs de la Coupe de France juniors et espoirs) très tôt dans mon adolescence. Ce choix a été au détriment de mon assiduité échiquéenne. Et, ce n'est qu'après un accident de vie que je me suis remis au jeu d'échecs. J’avais 23 ans à l’époque. Puis, quand j'ai déménagé à Toulouse à l’âge de 30 ans, j’ai commencé à donner des cours sur le jeu pour partager mon virus.

Que représente ce jeu pour vous ?

La pratique des échecs m'a permis à moi, l'ancien pupille de l'État de France, de retrouver ma famille paternelle africaine. Et de venir m'installer au Sénégal où, j'ai le bonheur et la motivation de partager ma passion. Ma devise est d’ailleurs : "les échecs contre l'échec".

Toutefois, ma plus grande fierté, c'est d'avoir pu expliquer tout cela à Gary Kasparov (le grand maitre russe, considéré comme le meilleur joueur d’échecs de tout les temps), lors de sa visite au Sénégal, il y a quelques années (janvier 2014). Ce dernier a même accepté de poser avec un ballon de rugby avec les élèves de la Maison de rugby du Sénégal. Je peux ainsi dire que les échecs m'ont apporté la force mentale et la confiance en soi nécessaire pour la vie.

                       ''Le vainqueur du tournoi U14 est une fille''

Vous initiez des enfants au jeu d’échecs. Comment les parents apprécient le fait de voir leurs enfants s’intéresser à ce jeu ?

Ils apprécient beaucoup ces cours d’échecs pour leurs enfants et sont assez surpris de la capacité de concentration de leurs gamins. Ils apprécient également la façon dont j’organise mes séances, en responsabilisant mes élèves. Mais également, les comptes rendus que je leur fais sur le niveau intellectuel, mais aussi le comportement de ces derniers.

Alexis Arnal-Bass

Alexis Arnal-Bass lors du tournoi d'échecs avec les enfants le 9 mai 2021

Vous avez récemment organisé (le 9 mai) un tournoi de jeu d'échecs pour enfants. Avez-vous compté des filles parmi les participants ?

Oui ! Le tournoi a enregistré la participation de cinq filles. Toutefois, deux d’entre elles étaient absentes lors des joutes. Le vainqueur du tournoi U14 est d’ailleurs une fille. Elle s’appelle Salomé.

Il faut dire que d’habitude, on compte moins de filles que de garçons dans nos tournois. Mais quand même, depuis 15 ans que j’enseigne à Dakar, elles réussissent à se classer dans le trio de tête et à même remporter souvent des trophées.

                  ''J’ai initié des jeunes talibés du SAMU social de Ouakam''

 

Est-ce que le jeu d'échecs attire les sponsors ?

Je suis chanceux d’avoir des parents d’élèves qui sponsorisent parfois mes tournois. Il y a aussi quelques restaurants et boutiques de la place qui parrainent nos tournois.

Combien d’élèves comptez-vous ?

Je compte 22 élèves en cours particuliers à domicile, et presque 24 en cours collectif. D’habitude, ces derniers débutent à l’âge de 4 ou 5 ans. En grandissant certains d’entre eux continuent à pratiquer même étant collégiens, lycéens ou étudiants. Cela, quel que soit l’endroit où ils se trouvent dans le monde : Washington, Porto, Paris, Montréal ou ailleurs.

Salomé qui a remporté les deux derniers tournois que j’ai organisés à Dakar, a, par exemple, participé au tournoi en ligne de Paris. Elle a obtenu la quatrième place parmi les filles, ce qui lui a ouvert les portes de la qualification pour les championnats de France.

Pour beaucoup de personnes, les échecs sont réservés aux intellectuels ou aux plus nantis. Cette perception est loin de la réalité. La preuve : récemment, j’ai initié des jeunes talibés du SAMU social de Ouakam, mais aussi des enfants qui ne savent ni lire ni écrire. J’ai aussi encadré des enfants autistes pour qui, l’initiation au jeu d’échecs renforçait leur confiance en soi. Chacun d’entre eux a pu exprimer sa capacité à réfléchir et à trouver des solutions.

Quel est l’avenir de ces enfants dans les jeu d'échecs ?

Leur avenir dans le jeu dépend de plusieurs facteurs : leur volonté, leur régularité, mais aussi des outils supplémentaires et indispensables aux échecs. Comme par exemple leur accès aux livres sur le jeu d’échecs et leur participation régulière à des tournois.

Aujourd’hui beaucoup de gens s’adonnent au jeu d’échecs en ligne. Comment appréciez-vous cela ?

J’ai toujours utilisé l’outil informatique pour continuer à développer mes cours d’échecs pour enfants ou adultes, à distance. Mais n’empêche, nous utilisons toujours de vrais échiquiers et jouons en vidéo pour garder le côté humain de chacun d’entre nous.

Avec les écrans multiples et diverses, nos enfants sont devenus très exposés. Nous devons les protéger des insomnies, des troubles psychiques et des risques épileptiques que peuvent causer les écrans. J’ai été formé en synergologie, et croyez-moi, nous devons utiliser les écrans avec parcimonie.

Entretien réalisé par Jules DIA

 

 

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram