Karaté: Achraf Ouchen, l’espoir ne courbe pas l’échine

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

Arts MartiauxAutres SportsFlash InfosKaratéSport News Africa

Karaté: Achraf Ouchen, l’espoir ne courbe pas l’échine

A 23 ans, le Marocain a presque tout connu dans le karaté: succès en juniors et seniors, distinction royale. Mais aussi une absence à de grandes compétitions internationales pour de curieuses raisons. L’un des plus grands espoirs du karaté au Maroc reste néanmoins toujours ambitieux. Il ne vise rien d’autre que le podium à Tokyo.

Il est encore très jeune mais affiche un physique de petit déménageur. Le karatéka Achraf Ouchen, 23 ans, a marqué sa discipline. Le natif de Nador, une ville du nord du Maroc, affiche un joli palmarès. Il a offert au Royaume chérifien une médaille d’argent, la première obtenue aux Mondiaux seniors dans l’histoire du karaté marocain. C’était en 2016 à Linz, en terre autrichienne, lors des 23es Championnats du monde de karaté (Kumité +84 kg). Une grande prouesse d’un jeune espoir, saluée partout au Maroc. Parmi ses autres faits d’armes, une médaille de bronze aux Championnats du monde juniors et l’or en moins de 21 ans. S’ajoutent à sa collection, l’or aux Jeux Africains de Rabat (2019) et le bronze lors des championnats d’Afrique à Tanger (2020).

Toutefois, le jeune athlète n’est pas rassasié pour autant. Il vise loin dans ce sport qu’il a commencé à pratiquer à bas âge. «J’étais un enfant hyper actif, c’est pour cela que mes parents ont choisi le karaté pour moi dès l’âge de 5 ans au seul dojo de mon quartier dans ma ville natale Nador, au club Abtal Annasr de karaté», se souvient Achraf Ouchen. «Mes parents ont toujours eu l’idée que le sport est aussi important que les études et j’ai choisi le karaté puisque j’étais également un grand fan des sports de combats et des films d’action à la télévision», confie-t-il à SportsNewsAfrica.

Ascension

Ce choix leur a en tout cas donné raison. Le jeune garçon connaît une ascension fulgurante dans son parcours de combattant. Sa passion lui permet d’obtenir une grande reconnaissance au plus haut sommet de l’Etat. En 2015, tout juste champion du monde juniors à Jakarta, Achraf reçoit les félicitations du Roi Mohammed VI pour son exploit. Un an plus tard, il décroche les honneurs avec le «Wissam Alaoui», distinction décernée par le souverain chérifien. «C’était une très grande motivation et surtout un honneur pour moi. Cela m’a permis de poursuivre mon travail et de décrocher une médaille lors des championnats du monde seniors», se réjouit l’athlète.

Mais comme dans toute carrière, le parcours sera semé de quelques embûches. Le jeune karatéka traverse des périodes difficile dont il préfère ne pas parler. En effet, il n’a pas été de la délégation qui a participé aux Mondiaux de Madrid en 2018. Un problème avec la Fédération ? Achraf explique à demi-mots: «Mon absence aux derniers championnats du monde à Madrid est due à plusieurs facteurs que je préfère garder personnellement». Il n’est pas plus prolixe, s’agissant de sa situation avec l’équipe nationale. «Mes participations aux compétitions avec l’équipe nationale se sont arrêtées fin 2017 pour reprendre à mi-2019», dit-il sans plus. Pourquoi ? «Des raisons personnelles aussi que je préfère garder pour moi», réaffirme le natif de Nador.

Premiers succès au «Karaté Combat»

Achraf Ouchen aurait-il choisi une autre voie ? Le karatéka précise qu’il combat au niveau de la WKF (Fédération mondiale de karaté). Il est également un combattant professionnel du «Karaté combat», un autre style créé en 2018. Ce choix serait-il à l’origine des péripéties survenues dans sa jeune carrière ? Quoi qu’il en soit, l’athlète n’a pas courbé l’échine. Dans ce format de karaté, il fait son chemin, remportant déjà trois succès dans autant de combats, dont un par KO. Le Karaté combat se déroule dans une sorte de fosse; il tient plus du full-contact, avec des crochets, coups de poing marteau et KO. Les combattants, torse nu, bénéficient aussi de primes évolutives.

Pourtant, la participation d’Achraf Ouchen à ces combats ne l’empêche pas d’être inscrit à la WKF. Il vise d’ailleurs les prochains championnats du monde. «Avec la situation actuelle que le monde vit et les compétitions WKF en arrêt, je suis en pleine préparation pour l’un des combats les plus importants. Celui de la ceinture de champion du monde de Karaté combat».

Tokyo en ligne de mire

Au niveau de la WKF, Achraf veut toujours l’or après l’argent remporté à Linz. Mais en dehors des Mondiaux, le nordiste veut aussi disputer les JO et monter au moins sur le podium. «Je veux poursuivre mon rêve et aller décrocher une médaille olympique lors des JO pour le karaté marocain et surtout pour le peuple».

Outre le karaté, l’athlète suit des études à l’Institut royal de formation des cadres sportifs. «Je suis actuellement en phase finale pour l’obtention de ma licence professionnelle en entraînement sportif à cet Institut, considéré comme le meilleur au Maroc dans le domaine sportif». Pour y arriver, il connaît la marche à suivre. «Construire une carrière professionnelle en même temps que celle de sportif de haut niveau est très difficile. Mais quand tu as la motivation et l’amour nécessaire des parents qui veulent toujours te voir réaliser tes rêves et avoir beaucoup de succès, cela te motive plus encore. Cela te pousse à exceller à tous les niveaux», dit-il d’un air positif. Achraf se décrit comme une personne «ambitieuse» pour qui «rien n’est impossible».

Momo HADJI

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com